Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Série "patrimoine religieux" : l'incontournable Collégiale de Montmorency !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Série "patrimoine religieux" : l'incontournable Collégiale de Montmorency !

Publié le : 14-03-2022

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

SÉRIE "Le patrimoine religieux"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Cette semaine, zoom sur la plus connue des églises de la régon, l'incontournable Collégiale de Montmorency !

Collégiale Saint-Martin de Montmorency« Le visiteur, même le plus blasé, lorsqu'il gravit notre colline ne peut rester indifférent à l'élégance de la Collégiale Saint-Martin. Symbole de Montmorency, elle en constitue le principal attrait architectural. » c'est ainsi que Jacqueline Rabasse et André Duchesne ont commencé leur livret consacré à l'église phare de la Vallée de Montmorency , avec celle de Taverny.

Les historiens nous apprennent qu'une première église a été construite au début du XIIe siècle sous l'égide de Mathieu 1er de Montmorency mais il ne reste presque aucune trace de cet édifice.
En effet, après le maudit XIVe siècle (la peste, la guerre de Cent Ans) c'est dans les années 1515-1530 que Guillaume de Montmorency aura a cœur de restaurer l'église et de prévoir son tombeau qui serait placé dans le chœur de l'église
Après son décès c'est au célèbre Connétable Anne de Montmorency que revient la poursuite des travaux et notamment de la nef  de 1557 à 1563.
Mais soyons honnêtes : le cœur d'Anne de Montmorency balançait plus du côté d'Ecouen ou Chantilly où il fit construire des châteaux remarquables. A sa mort au combat en 1567, les travaux n'étaient pas totalement et durèrent ensuite jusqu'en 1586 sous l'impulsion de son épouse Marguerite de Savoie.
C'est à cette époque que l'on a réfléchi à la sépulture et au mausolée d'Anne de Montmorency que nous décrivent nos deux historiens Jacqueline Rabasse et André Duchesne : « Le mausolée impressionna d'abord à l'époque par sa hauteur, 6m50 (soit la moitié exactement de la hauteur sous-clé de la nef), mais également par son ornementation, ou la beauté du marbre noir et vert des colonnades, constituait un écrin splendide aux gisants de marbre blanc. Tout en haut brillaient de leurs mille feux les orants de bronze. Le tout était auréolé de la lumière colorée des nouveaux vitraux qui s'ajoutaient à ceux de Guillaume. »
Aujourd'hui les deux gisants sont visibles eu Musée du Louvre et pour "revoir" le mausolée,  je vous conseille la visite en "réalité augmentée" de la Collégiale, organisée régulièrement par l'Office du tourisme de Montmorency.

Vitrail de la Collégiale de MontmorencyEnsuite en 1617 les Oratoriens ont pris la charge de la Collégiale puis est survenu la Révolution qui a fait de gros dégâts : démontage du mausolée, ouverture des cercueils pour récupérer le plomb et le cuivre, tombeau de de Guillaume détruit. Les restes des ossements des Montmorency seront tout de même réunis et conservés dans la crypte de l'église.
Enfin, à la fin du XIXe siècle, c'est l'architecte Lucien Magne qui a été chargé de restaurer la Collégiale pour lui donner son aspect actuel avec notamment l'adjonction d'une façade, d'une sacristie et d'un clocher.
Evidemment, il est impossible d'évoquer la Collégiale sans mentionner ses nombreux vitraux qui font un des attraits exceptionnels de l'édifice.
Parmi ceux-ci, quatorze datent de la Renaissance et six d'entre eux sont même classés Monuments historiques depuis 1897. Et lors de la restauration menée par Lucien Magne, sept vitraux modernes représentant les derniers membres de la lignée du Connétable ont été ajoutés sans oublier la grande verrière (située au-dessus la tribune derrière l'orgue) qui rappelle la bataille de Bouvines où Mathieu II a brillé !

Enfin les curieux remarqueront les deux cénotaphes du sénateur Niemcewicz et du général Kniaziewicz réalisés en 1848 par Ladislas Oleszcynski, qui sont des symboles de l'accueil de nombreux Polonais à Montmorency après l'échec de l'insurrection de 1830.

Grande verrière de la Collégiale de MontmorencyVous l'aurez compris, la Collégiale de Montmorency fait partir des monuments incontournables de la Vallée de Montmorency.
Et bonne nouvelle, dès le 9 avril, de nouvelles visites "en réalité augmentée" sont organisées. N'hésitez pas !

Bonus : quelle est la différence entre une collégiale et une cathédrale ?
il existe environ 500 collégiales en France. En résumé, une collégiale, c’est comme une cathédrale sauf qu’il n’y a pas d’évêque et donc pas de cathèdre. Restent les chanoines, qui se réunissent en collège, d’où le nom.
Ne cherchez plus les chanoines. La Révolution les a chassés des cathédrales comme des collégiales (mais il en reste dans quelques monastères). Les collégiales sont aujourd’hui de simples églises paroissiales.
> en savoir plus

> Page Wikipédia de la Collégiale de Montmorency

> Livre "La collégiale Saint-Martin de Montmorency" par Jacqueline Rabasse et André Duchesne – disponible sur la Petite Boutique du Journal de François

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

 

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

SÉRIE "Le patrimoine religieux"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Cette semaine, zoom sur la plus connue des églises de la régon, l'incontournable Collégiale de Montmorency !

Collégiale Saint-Martin de Montmorency« Le visiteur, même le plus blasé, lorsqu'il gravit notre colline ne peut rester indifférent à l'élégance de la Collégiale Saint-Martin. Symbole de Montmorency, elle en constitue le principal attrait architectural. » c'est ainsi que Jacqueline Rabasse et André Duchesne ont commencé leur livret consacré à l'église phare de la Vallée de Montmorency , avec celle de Taverny.

Les historiens nous apprennent qu'une première église a été construite au début du XIIe siècle sous l'égide de Mathieu 1er de Montmorency mais il ne reste presque aucune trace de cet édifice.
En effet, après le maudit XIVe siècle (la peste, la guerre de Cent Ans) c'est dans les années 1515-1530 que Guillaume de Montmorency aura a cœur de restaurer l'église et de prévoir son tombeau qui serait placé dans le chœur de l'église
Après son décès c'est au célèbre Connétable Anne de Montmorency que revient la poursuite des travaux et notamment de la nef  de 1557 à 1563.
Mais soyons honnêtes : le cœur d'Anne de Montmorency balançait plus du côté d'Ecouen ou Chantilly où il fit construire des châteaux remarquables. A sa mort au combat en 1567, les travaux n'étaient pas totalement et durèrent ensuite jusqu'en 1586 sous l'impulsion de son épouse Marguerite de Savoie.
C'est à cette époque que l'on a réfléchi à la sépulture et au mausolée d'Anne de Montmorency que nous décrivent nos deux historiens Jacqueline Rabasse et André Duchesne : « Le mausolée impressionna d'abord à l'époque par sa hauteur, 6m50 (soit la moitié exactement de la hauteur sous-clé de la nef), mais également par son ornementation, ou la beauté du marbre noir et vert des colonnades, constituait un écrin splendide aux gisants de marbre blanc. Tout en haut brillaient de leurs mille feux les orants de bronze. Le tout était auréolé de la lumière colorée des nouveaux vitraux qui s'ajoutaient à ceux de Guillaume. »
Aujourd'hui les deux gisants sont visibles eu Musée du Louvre et pour "revoir" le mausolée,  je vous conseille la visite en "réalité augmentée" de la Collégiale, organisée régulièrement par l'Office du tourisme de Montmorency.

Vitrail de la Collégiale de MontmorencyEnsuite en 1617 les Oratoriens ont pris la charge de la Collégiale puis est survenu la Révolution qui a fait de gros dégâts : démontage du mausolée, ouverture des cercueils pour récupérer le plomb et le cuivre, tombeau de de Guillaume détruit. Les restes des ossements des Montmorency seront tout de même réunis et conservés dans la crypte de l'église.
Enfin, à la fin du XIXe siècle, c'est l'architecte Lucien Magne qui a été chargé de restaurer la Collégiale pour lui donner son aspect actuel avec notamment l'adjonction d'une façade, d'une sacristie et d'un clocher.
Evidemment, il est impossible d'évoquer la Collégiale sans mentionner ses nombreux vitraux qui font un des attraits exceptionnels de l'édifice.
Parmi ceux-ci, quatorze datent de la Renaissance et six d'entre eux sont même classés Monuments historiques depuis 1897. Et lors de la restauration menée par Lucien Magne, sept vitraux modernes représentant les derniers membres de la lignée du Connétable ont été ajoutés sans oublier la grande verrière (située au-dessus la tribune derrière l'orgue) qui rappelle la bataille de Bouvines où Mathieu II a brillé !

Enfin les curieux remarqueront les deux cénotaphes du sénateur Niemcewicz et du général Kniaziewicz réalisés en 1848 par Ladislas Oleszcynski, qui sont des symboles de l'accueil de nombreux Polonais à Montmorency après l'échec de l'insurrection de 1830.

Grande verrière de la Collégiale de MontmorencyVous l'aurez compris, la Collégiale de Montmorency fait partir des monuments incontournables de la Vallée de Montmorency.
Et bonne nouvelle, dès le 9 avril, de nouvelles visites "en réalité augmentée" sont organisées. N'hésitez pas !

Bonus : quelle est la différence entre une collégiale et une cathédrale ?
il existe environ 500 collégiales en France. En résumé, une collégiale, c’est comme une cathédrale sauf qu’il n’y a pas d’évêque et donc pas de cathèdre. Restent les chanoines, qui se réunissent en collège, d’où le nom.
Ne cherchez plus les chanoines. La Révolution les a chassés des cathédrales comme des collégiales (mais il en reste dans quelques monastères). Les collégiales sont aujourd’hui de simples églises paroissiales.
> en savoir plus

> Page Wikipédia de la Collégiale de Montmorency

> Livre "La collégiale Saint-Martin de Montmorency" par Jacqueline Rabasse et André Duchesne – disponible sur la Petite Boutique du Journal de François

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

 

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Collégiale Saint-Martin de Montmorency

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28