Accueil > Petites infos > Nature - Ecologie > Coupes dans la forêt de Montmorency : l'ONF explique son action.

Coupes dans la forêt de Montmorency : l'ONF explique son action.

Publié le : 22-03-2021

Forêt de MontmorencyIl y a 15 jours, les élus de la Vallée de Montmorency et de nombreux habitants signaient une pétition afin d'obtenir un moratoire sur les coupes et un audit indépendant de l'ONF sur la gestion du massif forestier. (voir article)
Devant cette mobilisation, l'Office National des Forêts a souhaité réagir sur son site internet en informant une nouvelle fois de la situation de la forêt, en crise sanitaire depuis 2018 :
« En forêt de Montmorency, l'ONF a réalisé en 2019 et 2020 de nombreuses coupes et plantations, notamment en raison de problèmes sanitaires. Cette forêt domaniale du Val-d'Oise souffre, comme 34 % des forêts de châtaigniers d'Île-de-France, de la maladie de l'encre.
Ce pathogène microscopique détruit le système racinaire des châtaigniers. Les arbres touchés se caractérisent par des feuilles jaunâtres et petites, un dessèchement des rameaux, des fructifications de petite taille puis un dépérissement général.
L'encre du châtaignier, à l’état latent, s’est propagée très rapidement ces dernières années au sein des châtaigniers en raison de printemps humides qui ont engorgé les terrains, favorisant sa multiplication et son déplacement dans le sol. Les périodes de sécheresse suivantes n’ont pas permis aux arbres nécrosés de réagir. Ce constat a été réalisé par l'ONF en collaboration avec le département santé des forêts (DSF) du ministère de l’Agriculture et l’INRA, grâce à des mesures d’analyse prises en laboratoire.
Les épicéas de cette forêt ont aussi subi des attaques de scolytes. Les larves de ces insectes, dits "ravageurs", se nourrissent de la sève des arbres et provoquent leur mort. »

Forêt de Montmorency (photo Jean-Pierre Even)Devant cette situation décrite, l'ONF a réalisé de nombreuses coupes rases qui ont provoqué une réaction vive de tous les habitants de la Vallée qui tiennent au poumon vert de la région.
« Face à la propagation très rapide de ces pathogènes, l'ONF doit trouver des solutions pour assurer la pérennité de la forêt. En l'absence de traitement, les châtaigniers malades sont coupés. Ces coupes sanitaires conduisent parfois à des coupes rases sur certaines parcelles.
Ces coupes sont et seront suivies de plantations d’essences mieux adaptées au sol et tolérantes au pathogène.
Plus de 20 000 arbres, principalement des chênes sessiles, seront ainsi plantés. Ces plantations seront précédées d'opérations de préparation des sols. Les jeunes plants seront protégés de la dent du gibier par des protections individuelles. »

L'ONF a donc choisi la pédagogie pour expliquer son action. A n'en pas douter, l'Office va être souvent sollicité pour répondre aux nombreuses questions qui restent en suspens...


Bonus : Aux origines de l'encre du châtaignier (source onf.fr)
Cette maladie est à l'origine des dégâts considérables dans la châtaigneraie française entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. Puis elle est restée "silencieuse" pour réapparaître dans les années 1990-2000 dans les régions soumises au climat atlantique. On constate un développement de cette maladie en Île-de-France, notamment dû aux hivers doux et aux printemps pluvieux, favorables à la prolifération de ce pathogène qui se propage plus facilement dans l’eau. Cette maladie concerne toute la châtaigneraie du nord-ouest de la France.

Forêt de MontmorencyIl y a 15 jours, les élus de la Vallée de Montmorency et de nombreux habitants signaient une pétition afin d'obtenir un moratoire sur les coupes et un audit indépendant de l'ONF sur la gestion du massif forestier. (voir article)
Devant cette mobilisation, l'Office National des Forêts a souhaité réagir sur son site internet en informant une nouvelle fois de la situation de la forêt, en crise sanitaire depuis 2018 :
« En forêt de Montmorency, l'ONF a réalisé en 2019 et 2020 de nombreuses coupes et plantations, notamment en raison de problèmes sanitaires. Cette forêt domaniale du Val-d'Oise souffre, comme 34 % des forêts de châtaigniers d'Île-de-France, de la maladie de l'encre.
Ce pathogène microscopique détruit le système racinaire des châtaigniers. Les arbres touchés se caractérisent par des feuilles jaunâtres et petites, un dessèchement des rameaux, des fructifications de petite taille puis un dépérissement général.
L'encre du châtaignier, à l’état latent, s’est propagée très rapidement ces dernières années au sein des châtaigniers en raison de printemps humides qui ont engorgé les terrains, favorisant sa multiplication et son déplacement dans le sol. Les périodes de sécheresse suivantes n’ont pas permis aux arbres nécrosés de réagir. Ce constat a été réalisé par l'ONF en collaboration avec le département santé des forêts (DSF) du ministère de l’Agriculture et l’INRA, grâce à des mesures d’analyse prises en laboratoire.
Les épicéas de cette forêt ont aussi subi des attaques de scolytes. Les larves de ces insectes, dits "ravageurs", se nourrissent de la sève des arbres et provoquent leur mort. »

Forêt de Montmorency (photo Jean-Pierre Even)Devant cette situation décrite, l'ONF a réalisé de nombreuses coupes rases qui ont provoqué une réaction vive de tous les habitants de la Vallée qui tiennent au poumon vert de la région.
« Face à la propagation très rapide de ces pathogènes, l'ONF doit trouver des solutions pour assurer la pérennité de la forêt. En l'absence de traitement, les châtaigniers malades sont coupés. Ces coupes sanitaires conduisent parfois à des coupes rases sur certaines parcelles.
Ces coupes sont et seront suivies de plantations d’essences mieux adaptées au sol et tolérantes au pathogène.
Plus de 20 000 arbres, principalement des chênes sessiles, seront ainsi plantés. Ces plantations seront précédées d'opérations de préparation des sols. Les jeunes plants seront protégés de la dent du gibier par des protections individuelles. »

L'ONF a donc choisi la pédagogie pour expliquer son action. A n'en pas douter, l'Office va être souvent sollicité pour répondre aux nombreuses questions qui restent en suspens...


Bonus : Aux origines de l'encre du châtaignier (source onf.fr)
Cette maladie est à l'origine des dégâts considérables dans la châtaigneraie française entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle. Puis elle est restée "silencieuse" pour réapparaître dans les années 1990-2000 dans les régions soumises au climat atlantique. On constate un développement de cette maladie en Île-de-France, notamment dû aux hivers doux et aux printemps pluvieux, favorables à la prolifération de ce pathogène qui se propage plus facilement dans l’eau. Cette maladie concerne toute la châtaigneraie du nord-ouest de la France.

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Nature - Ecologie"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Nature - Ecologie"


Déposer un commentaire
4 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Terdiman Michèle - Il y a 29 jours
Il me semble aussi qu'il faut remplacer par des chênes, des arbres de forêts primaires, et non par des résineux.
Une question d'une béotienne: si le champignon abîme le système racinaire, couper les arbres suffit-il? Le champignon peut-il s'attaquer à d'autres racines?
Deuxième question: que deviennent chevreuils et biches, dans ces endroits devenus dénudés?
Merci à l'ONF pour ses réponses
Michèle
Oliviet - Il y a 30 jours
J'aimerai comprendre
Pourquoi des coupes rases, des chênes magnifiques abattus, des hêtres majestueux massacrés, eux aussi, ils ont la maladie de l'encre ???
Françoise Meynet - Il y a 30 jours
Bonjour
Certes on comprend pour ce qui en est de la maladie de l'encre, cependant vue l'ampleur des coupes, coupent-ils que les châtaigniers ? Et s'il faut les remplacer espérons que ce ne sera pas des résineux captant moins le CO2 et rendant les sols et les forêts plus pauvres. On espère y trouver des chênes et des arbres ayant appartenus aux forêts primaires et non plantés pour la coupe et l'industrie du bois à plus ou moins long terme comme dans le Morvan. Cordialement
heritier - Il y a 30 jours
La bonne santé des forêts est assurée par une bonne exploitation de celles çi.Les écolos sous couvert d'un soi disant discours scientifique veulent imposer une dictature intolérable.Prenez les forêts d'Europe du nord qui sont exploitées entre autre pour la pâte à papier ,les fabriques de meubles...etc elles ne disparaissent pas bien au contraire.
OUI à une démarche écologique raisonnée NON à cette dictature qui nous amènera à une régression économique qui fera le malheur des plus faibles.
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28