Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Un enclos funéraire au cœur d'un lotissement d'immeubles à Soisy !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Un enclos funéraire au cœur d'un lotissement d'immeubles à Soisy !

Publié le : 07-02-2022

Sépulture Louis Gervais Delamarre

Stèle de Granit à Soisy-sous-MontmorencC'est dans une rue discrète de Soisy-sous-Montmorency que je vous emmène pour y découvrir un monument historique un peu particulier : un enclos funéraire situé en plein milieu d'un lotissement de bâtiments. Y sont enterrés Louis-Gervais Delamarre mort en 1827 et son amie Mme Chamorin-Villeneuve, décédée en 1804. Mais comment expliquer que cette sépulture subsiste au cœur d'un ensemble d'immeuble ? Pour cela, il nous faut nous plonger dans la vie de Louis Gervais Delamarre.

Avouons-le : Louis Gervais Delamarre n'est pas très connu mais, en découvrant sa vie, nous remarquerons qu'il a eu un destin assez particulier.
Né en 1766 vers Beauvais, il commença sa carrière en étant maître clerc chez un procureur très connu. En 1791, il prend sa suite mais les événements révolutionnaires l'empêchent d'exercer, les offices de procureur étant supprimées. Pour vivre, il s'engage alors à défendre des personnalités importantes, des nobles notamment, qui étaient menacées de confiscations. Ses affaires ont bien marché, même si par deux fois, il échappe à la guillotine,  la première fois grâce à un don à un personnage influent, puis la seconde en raison de la chute de Robespierre.
Louis-Gervais DelamarreC'est en 1802 qu'il décide de quitter ses fonctions pour des raisons de santé et de s'installer à Soisy. Il y achète une propriété sur un terrain qu'il nommera "l'Elysée de Soisy", en référence à "la Nouvelle Héloïse" de Rousseau. Notre historien local Hervé Collet a retrouvé dans un livre de Charles Oudiette datant de 1817 (Dictionnaire topographique des environs de Paris, jusqu'à 20 lieues à la ronde) une description des lieux :
« (La propriété) nommée "l'Elysée de Soisy", est moins une maison de campagne qu'un ermitage, créé en 1804 par M. Delamarre, à qui elle appartient. La distribution faite du local en plantations forestières, et le mélange avec la campagne, à cause que la propriété n'en est séparée que par des fossés et des bayes, lui ont valu la dénomination de l'Elysée de Soisy.
Le ruisseau qui traverse cet ermitage, et la bonne tenue du local, ajoutent à l'intérêt qu'il inspire, et justifient la disposition à laquelle on cède souvent d'y faire une visite ».

C'est sur cette propriété, que Louis Gervais Delamarre démarre une "deuxième carrière", orientée vers la recherche agricole et principalement les plantations forestières. Soisy lui sert de "laboratoire" avant d'acheter le domaine d'Harcourt où il cherchera mettre en valeur ce domaine de grande étendue qui comportait, outre le château, des bois et des terres
C'est là-bas qu'il étudiera avec précision la culture des pins, résumée dans un livre de référence "Traité pratique de la Culture des Pins à grandes dimensions".
A sa mort, le 27 juillet 1827, il lèguera son domaine d'Harcourt à la Société royale et centrale d’Agriculture. Pour la petite histoire, c'est le 17 janvier 1828 que le roi Charles X autorisera par ordonnance la Société royale à accepter ce legs universel.

Sepulture Louis Gervais DelamarreMais revenons à Soisy !
Louis Gervais Delamarre partage sa vie depuis 1790 avec Agathe-Antoinette Chamorin de Villeneuve. Celle-ci meurt en 1804 et est inhumée dans la propriété de Soisy ! Cet événement le marquera pour le restant de sa vie.
Dans son testament, il exprime le souhait de reposer « parallèlement et sur le côté gauche du tombeau de son amie » ce qui a été respecté. Ensuite, il léguera sa propriété de Soisy à l’Hôtel-Dieu de Montmorency afin de « s’assurer de la conservation du monument que j’ai élevé à la mémoire de Mme Chamorin-Villeneuve ».
L'Hôtel-Dieu fait donc entourer d'une clôture circulaire les tombes confiées à sa garde. En 1837, il lotit le terrain en parcelles agricoles et vend la maison, qui est démolie.
La ville de Soisy a ensuite évolué démographiquement et les projets immobiliers se sont succédés. Le tombeau tomba en désuétude. Ce n'est qu'en 1977 que le souvenir de Louis Gervais Delamarre a été restauré grâce à l’intervention d’Armand Jardillier, Président de la section culturelle de la Société libre d'Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres de l'Eure, département où se situe… le domaine d'Harcourt !
Le lieu situé au milieu d'un ensemble d'immeubles et maisons de banlieue est donc désormais préservé avec une stèle de granite.
Vous pouvez l'apercevoir avenue Monstesquieu à Soisy-sous-Montmorency.

> biographie complète : "Louis-Gervais Delamarre, Ancien homme de loi, propriétaire et cultivateur forestier", donateur du domaine d’Harcourt à la Société royale et centrale d’Agriculture par Christian Ferault et René Groussard.

 Stèle de granit à Soisy-sous-Montmorency

Article publié en 2018 et mis à jour en février 2022

Sépulture Louis Gervais Delamarre

Stèle de Granit à Soisy-sous-MontmorencC'est dans une rue discrète de Soisy-sous-Montmorency que je vous emmène pour y découvrir un monument historique un peu particulier : un enclos funéraire situé en plein milieu d'un lotissement de bâtiments. Y sont enterrés Louis-Gervais Delamarre mort en 1827 et son amie Mme Chamorin-Villeneuve, décédée en 1804. Mais comment expliquer que cette sépulture subsiste au cœur d'un ensemble d'immeuble ? Pour cela, il nous faut nous plonger dans la vie de Louis Gervais Delamarre.

Avouons-le : Louis Gervais Delamarre n'est pas très connu mais, en découvrant sa vie, nous remarquerons qu'il a eu un destin assez particulier.
Né en 1766 vers Beauvais, il commença sa carrière en étant maître clerc chez un procureur très connu. En 1791, il prend sa suite mais les événements révolutionnaires l'empêchent d'exercer, les offices de procureur étant supprimées. Pour vivre, il s'engage alors à défendre des personnalités importantes, des nobles notamment, qui étaient menacées de confiscations. Ses affaires ont bien marché, même si par deux fois, il échappe à la guillotine,  la première fois grâce à un don à un personnage influent, puis la seconde en raison de la chute de Robespierre.
Louis-Gervais DelamarreC'est en 1802 qu'il décide de quitter ses fonctions pour des raisons de santé et de s'installer à Soisy. Il y achète une propriété sur un terrain qu'il nommera "l'Elysée de Soisy", en référence à "la Nouvelle Héloïse" de Rousseau. Notre historien local Hervé Collet a retrouvé dans un livre de Charles Oudiette datant de 1817 (Dictionnaire topographique des environs de Paris, jusqu'à 20 lieues à la ronde) une description des lieux :
« (La propriété) nommée "l'Elysée de Soisy", est moins une maison de campagne qu'un ermitage, créé en 1804 par M. Delamarre, à qui elle appartient. La distribution faite du local en plantations forestières, et le mélange avec la campagne, à cause que la propriété n'en est séparée que par des fossés et des bayes, lui ont valu la dénomination de l'Elysée de Soisy.
Le ruisseau qui traverse cet ermitage, et la bonne tenue du local, ajoutent à l'intérêt qu'il inspire, et justifient la disposition à laquelle on cède souvent d'y faire une visite ».

C'est sur cette propriété, que Louis Gervais Delamarre démarre une "deuxième carrière", orientée vers la recherche agricole et principalement les plantations forestières. Soisy lui sert de "laboratoire" avant d'acheter le domaine d'Harcourt où il cherchera mettre en valeur ce domaine de grande étendue qui comportait, outre le château, des bois et des terres
C'est là-bas qu'il étudiera avec précision la culture des pins, résumée dans un livre de référence "Traité pratique de la Culture des Pins à grandes dimensions".
A sa mort, le 27 juillet 1827, il lèguera son domaine d'Harcourt à la Société royale et centrale d’Agriculture. Pour la petite histoire, c'est le 17 janvier 1828 que le roi Charles X autorisera par ordonnance la Société royale à accepter ce legs universel.

Sepulture Louis Gervais DelamarreMais revenons à Soisy !
Louis Gervais Delamarre partage sa vie depuis 1790 avec Agathe-Antoinette Chamorin de Villeneuve. Celle-ci meurt en 1804 et est inhumée dans la propriété de Soisy ! Cet événement le marquera pour le restant de sa vie.
Dans son testament, il exprime le souhait de reposer « parallèlement et sur le côté gauche du tombeau de son amie » ce qui a été respecté. Ensuite, il léguera sa propriété de Soisy à l’Hôtel-Dieu de Montmorency afin de « s’assurer de la conservation du monument que j’ai élevé à la mémoire de Mme Chamorin-Villeneuve ».
L'Hôtel-Dieu fait donc entourer d'une clôture circulaire les tombes confiées à sa garde. En 1837, il lotit le terrain en parcelles agricoles et vend la maison, qui est démolie.
La ville de Soisy a ensuite évolué démographiquement et les projets immobiliers se sont succédés. Le tombeau tomba en désuétude. Ce n'est qu'en 1977 que le souvenir de Louis Gervais Delamarre a été restauré grâce à l’intervention d’Armand Jardillier, Président de la section culturelle de la Société libre d'Agriculture, Sciences, Arts et Belles Lettres de l'Eure, département où se situe… le domaine d'Harcourt !
Le lieu situé au milieu d'un ensemble d'immeubles et maisons de banlieue est donc désormais préservé avec une stèle de granite.
Vous pouvez l'apercevoir avenue Monstesquieu à Soisy-sous-Montmorency.

> biographie complète : "Louis-Gervais Delamarre, Ancien homme de loi, propriétaire et cultivateur forestier", donateur du domaine d’Harcourt à la Société royale et centrale d’Agriculture par Christian Ferault et René Groussard.

 Stèle de granit à Soisy-sous-Montmorency

Article publié en 2018 et mis à jour en février 2022

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28