Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Série "patrimoine religieux" : l'église de Saint-Prix recèle un mobilier remarquable !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Série "patrimoine religieux" : l'église de Saint-Prix recèle un mobilier remarquable !

Publié le : 14-11-2021

 Eglise du Vieux village de Saint-Prix

SÉRIE "Le patrimoine religieux"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Intéressons-nous aujourd'hui à l'église Saint-Prix qui se situe dans le vieux village, à l'orée de la Forêt de Montmorency.

Eglise de Saint-PrixTout au long de l'année, l'église de Saint-Prix attire de nombreux visiteurs qui viennent découvrir le vieux village. Une conférencière est souvent présente dans l'édifice pour vous décrire l'architecture et le mobilier remarquable de l'édifice.
Notons pour commencer que l'église est inscrite aux Monuments historiques depuis 1926. Mais pour découvrir son histoire il faut remonter au XIe siècle. En effet, c'est à cette époque qu'une première église romane a été construite. Mais au XIIIe siècle, elle a été reconstruite en style plutôt gothique avant d'être de nouveau transformée au XVIe siècle avec une option "Renaissance" à la clé.
Eglise de Saint-PrixPour nous narrer ces différentes transformations, retrouvons Gérard Ducoeur, historien de l'association Valmorency, qui nous rappelle quelques dates concernant l'histoire de cette église de Saint-Prix :
« Au XIIIe siècle, l’église est reconstruite en forme de croix latine. Elle garde des éléments du XIe siècle, comme la corniche chanfreinée de la face orientale du clocher, décorée de billettes et reposant sur des modillons, et une autre corniche chanfreinée avec décor de denticules, sur la face occidentale intérieure des combles. Du XIIIe siècle, ne subsistent que le clocher, deux piliers à l’est et deux autres à l’entrée de la nef. La sacristie est construite au XVIe siècle et l’église est alors placée sous le vocable de Saint-Fiacre. Pour répondre à l’affluence des pèlerins, le chœur est agrandi, avec mise en place des collatéraux, triple au sud, de 1620 à 1628, et simple au nord en 1633, se répartissant ainsi en sept chapelles.
Au XVIIIe siècle, la toiture est surélevée, ce qui occulte les quatre fenêtres hautes qui éclairent le chœur et la base du clocher du XIIIe siècle. Les deux piliers ouest du clocher, qui menacent de s’écrouler sont rebâtis. Au XIXe siècle, le collatéral le plus au sud est supprimé, de même qu’une travée à l’ouest et le porche saillant, qui est relié par un grand escalier appuyé au presbytère en longeant la rue de la Croix-Saint-Jacques. Le porche est refait en 1896 par Lucien Magne, l’architecte restaurateur de la collégiale Saint-Martin de Montmorency, et concepteur de l’église néo-romane d’Ermont en 1886-1887. »

Retable de la ViergeOutre son architecture qui a subi différentes affluences, l'autre spécificité de l'église réside dans son mobilier qui date du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Certaines pièces sont même classées au titre des monuments historiques.
Parmi ces éléments, la chaire à prêcher, les stalles, le retable du maître-autel, le tabernacle et l'ancien maître-autel, les statues et les nombreux tableaux méritent le détour. La fiche Wikipédia (voir en fin d'article) décrit avec précision le mobilier présent dans l'église.
Enfin, la ville de Saint-Prix a entrepris depuis de nombreuses restaurations de tableaux, d'une piéta, de l'autel Saint-Antoine et récemment du Retable de la Vierge. Saluons ce travail qui permet de sauvegarder un patrimoine exceptionnel !

Pour terminer, voici une petite anecdote au sujet la nouvelle horloge de l’église du Vieux village ! Elle est relatée par Gérard Bourse, historien de Saint-Prix : « En novembre 1862, les Saint-Prissiens se plaignent auprès du Maire que depuis fort longtemps l’horloge ne sonne pas et le cadran ne les marque plus. Constat bien embêtant d’autant qu'à cette période, le rythme de travail des cultivateurs et des vignerons est ponctué par cette horloge.
Reconnaissant que la vieille horloge réparée déjà bien des fois n’est plus en état de supporter aucune réparation, le Conseil Municipal s’adresse au spécialiste des horloges d’édifice, Jean Wagner (neveu de Bernard-Henry Wagner fondateur de l’entreprise du même nom en 1790) pour une dernière chance. Le nouveau mécanisme coûtera mille francs (environ 3300 €) que la Ville paiera en quatre annuités de deux cent cinquante francs sans intérêts !

En savoir plus
> Fiche Wikipédia consacrée à l'église Saint-Prix
> Site "Monumentum" : page consacrée à l'église de Saint-Prix
> Site "Belle église" : page dédiée à l'église de Saint-Prix

Zoom sur la restauration de l'autel de la Vierge


 Eglise du Vieux village de Saint-Prix

SÉRIE "Le patrimoine religieux"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Intéressons-nous aujourd'hui à l'église Saint-Prix qui se situe dans le vieux village, à l'orée de la Forêt de Montmorency.

Eglise de Saint-PrixTout au long de l'année, l'église de Saint-Prix attire de nombreux visiteurs qui viennent découvrir le vieux village. Une conférencière est souvent présente dans l'édifice pour vous décrire l'architecture et le mobilier remarquable de l'édifice.
Notons pour commencer que l'église est inscrite aux Monuments historiques depuis 1926. Mais pour découvrir son histoire il faut remonter au XIe siècle. En effet, c'est à cette époque qu'une première église romane a été construite. Mais au XIIIe siècle, elle a été reconstruite en style plutôt gothique avant d'être de nouveau transformée au XVIe siècle avec une option "Renaissance" à la clé.
Eglise de Saint-PrixPour nous narrer ces différentes transformations, retrouvons Gérard Ducoeur, historien de l'association Valmorency, qui nous rappelle quelques dates concernant l'histoire de cette église de Saint-Prix :
« Au XIIIe siècle, l’église est reconstruite en forme de croix latine. Elle garde des éléments du XIe siècle, comme la corniche chanfreinée de la face orientale du clocher, décorée de billettes et reposant sur des modillons, et une autre corniche chanfreinée avec décor de denticules, sur la face occidentale intérieure des combles. Du XIIIe siècle, ne subsistent que le clocher, deux piliers à l’est et deux autres à l’entrée de la nef. La sacristie est construite au XVIe siècle et l’église est alors placée sous le vocable de Saint-Fiacre. Pour répondre à l’affluence des pèlerins, le chœur est agrandi, avec mise en place des collatéraux, triple au sud, de 1620 à 1628, et simple au nord en 1633, se répartissant ainsi en sept chapelles.
Au XVIIIe siècle, la toiture est surélevée, ce qui occulte les quatre fenêtres hautes qui éclairent le chœur et la base du clocher du XIIIe siècle. Les deux piliers ouest du clocher, qui menacent de s’écrouler sont rebâtis. Au XIXe siècle, le collatéral le plus au sud est supprimé, de même qu’une travée à l’ouest et le porche saillant, qui est relié par un grand escalier appuyé au presbytère en longeant la rue de la Croix-Saint-Jacques. Le porche est refait en 1896 par Lucien Magne, l’architecte restaurateur de la collégiale Saint-Martin de Montmorency, et concepteur de l’église néo-romane d’Ermont en 1886-1887. »

Retable de la ViergeOutre son architecture qui a subi différentes affluences, l'autre spécificité de l'église réside dans son mobilier qui date du XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Certaines pièces sont même classées au titre des monuments historiques.
Parmi ces éléments, la chaire à prêcher, les stalles, le retable du maître-autel, le tabernacle et l'ancien maître-autel, les statues et les nombreux tableaux méritent le détour. La fiche Wikipédia (voir en fin d'article) décrit avec précision le mobilier présent dans l'église.
Enfin, la ville de Saint-Prix a entrepris depuis de nombreuses restaurations de tableaux, d'une piéta, de l'autel Saint-Antoine et récemment du Retable de la Vierge. Saluons ce travail qui permet de sauvegarder un patrimoine exceptionnel !

Pour terminer, voici une petite anecdote au sujet la nouvelle horloge de l’église du Vieux village ! Elle est relatée par Gérard Bourse, historien de Saint-Prix : « En novembre 1862, les Saint-Prissiens se plaignent auprès du Maire que depuis fort longtemps l’horloge ne sonne pas et le cadran ne les marque plus. Constat bien embêtant d’autant qu'à cette période, le rythme de travail des cultivateurs et des vignerons est ponctué par cette horloge.
Reconnaissant que la vieille horloge réparée déjà bien des fois n’est plus en état de supporter aucune réparation, le Conseil Municipal s’adresse au spécialiste des horloges d’édifice, Jean Wagner (neveu de Bernard-Henry Wagner fondateur de l’entreprise du même nom en 1790) pour une dernière chance. Le nouveau mécanisme coûtera mille francs (environ 3300 €) que la Ville paiera en quatre annuités de deux cent cinquante francs sans intérêts !

En savoir plus
> Fiche Wikipédia consacrée à l'église Saint-Prix
> Site "Monumentum" : page consacrée à l'église de Saint-Prix
> Site "Belle église" : page dédiée à l'église de Saint-Prix

Zoom sur la restauration de l'autel de la Vierge


Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28