Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Série "patrimoine religieux" : l’église Saint-Flaive d'Ermont, agrandie au XXe siècle...
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Série "patrimoine religieux" : l’église Saint-Flaive d'Ermont, agrandie au XXe siècle de manière originale.

Publié le : 17-01-2022

Eglise Saint-Flaive d'Ermont
SÉRIE
"Le patrimoine religieux"

Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Cette semaine, zoom sur l'église Saint-Flaive d'Ermont et son agrandissement moderne.

L'église Saint-Flaive fait partie des églises les plus remarquables de la Vallée de Montmorency car les deux parties de son architecture traduisent facilement l'évolution de la paroisse.
Eglise Saint-Flaive d'Ermont (source Wikipedia)En effet, en un coup d'œil, on remarque "l'ancienne église" et son agrandissement en forme de navire. L'agrandissement a été réalisé en 1964, basé sur des plans de Gilbert Faux pour répondre à l'essor démographique de la ville. On notera que l'architecte appartenait au Mouvement moderne, de même que Le Corbusier. La forme ovale de l'église rappelle par exemple la Chapelle de Ronchamp, réalisée par le célèbre architecte et urbaniste. Ce projet d'agrandissement a été porté par le maire Robert Bichet et le Père François Huppe. Et La bénédiction solennelle a eu lieu le samedi 18 décembre 1965 par l'évêque de Versailles Mgr renard.
Intéressons-nous au mobilier de l'église. Claudia Garderet nous le décrit sur le site internet de la paroisse d'Ermont : « Le mobilier est adapté à la célébration de la messe face au peuple, selon la tradition de Vatican II. La table eucharistique en bois est placée sur une estrade circulaire, rendant les cérémonies bien visibles de tous de participants. Le Christ en fer à béton, haut de 5,30 m, est l'œuvre de Gérard Souquet. Le crucifix d'autel en bois et la statue de Marie, sculptée dans la masse d'un tronc d'arbre, sont de Gubel, mort en 1966. Les bancs ont été fabriqués dans les ateliers Houssard. L'orgue, de la manufacture Beuchet-Debierre, de Nantes, a été inauguré en 1967 par Gaston Litaize, mort en 1991. Le chemin de croix en bronze, acheté par souscription des paroissiens, a été ajouté en 1984. »Eglise Saint-Flaive d'Ermont (source Wikipedia)

Avec cet agrandissement, l'ancienne église parait petite. Elle a été construite vers 1886 pour remplacer le précédent édifice qui datait du XIIe siècle et tombait en ruine. C'est le célèbre architecte Lucien Magne qui sera chargé de la construction de l'édifice religieux disposé en croix latine composée d'une nef unique à charpente apparente et de deux chapelles latérales dans le transept.
C'est à cette occasion de la création de l'église que Lucien Magne dirigera des fouilles très fructueuses. En effet, Claudia Garderet nous précise « qu'une ancienne villa gallo-romaine, entourée de son cimetière, a été découverte en 1885, lors du creusement du chantier pour la reconstruction de l'église. Lucien Magne, architecte des Monuments historiques, découvrit 12 sarcophages en pierre et 48 en plâtre, datés du VIe au IXe siècle, ainsi que des fragments de tuiles et de céramiques sigillées gallo-romaines, qui attestent que le premier sanctuaire chrétien a été bâti à l'emplacement d'une villa gallo-romaine et autour d'une memoria (sépulture vénérée). Des vases rituels contenant des restes d'incinération et profondément enterrés ont été retrouvés. Lors des travaux de 1963, sont mis au jour 25 sarcophages de pierre ou de plâtre et les vestiges de l'église carolingienne, de plan carré de 11m de côté, aux murs épais de 1m, à contreforts d'angles, bâtie sur la nécropole mérovingienne et citée dans un acte de l'abbaye bénédictine de Saint Denis. » (extrait site internet de la paroisse d'Ermont).

Eglise Saint-Flaive d'ErmontEnfin évoquons Saint-Flaive et les deux versions concernant le protecteur de l'église. Elles sont résumées sur le site de la ville d'Ermont :
« Premièrement, l'existence d'un jeune berger qui, refusant les avances d'une matrone, aurait pris l'habit ecclésiastique et se serait fait ermite. Il aurait vécu saintement sur la colline de Sannois près d'une fontaine miraculeuse qu'il aurait fait jaillir en tapant son bâton sur la roche pour soigner un malade.
La seconde version, étant que Saint-Flaive aurait été l'archevêque de Rouen au VIème siècle ce qui expliquerait qu'il soit représenté en habits pontificaux avec crosse et mitre. Tous les livres à travers les siècles sont unanimes pour faire état de sa grande sainteté. »

> En savoir plus
L'histoire générale d'Ermont
sur le site Valmorency
Histoire de la paroisse d'Ermont par Claudia Garderet
Lucien Magne l'architecte qui a participé aux restaurations des églises d'Ermont, Montmorency, Saint-Prix, Taverny… sur le site du Journal de François

Eglise Saint-Flaive d'Ermont

Eglise Saint-Flaive d'Ermont

Eglise Saint-Flaive d'Ermont
SÉRIE
"Le patrimoine religieux"

Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2021-2022 de découvrir les principaux édifices religieux de notre chère Vallée de Montmorency et leur histoire à travers les siècles.
Cette semaine, zoom sur l'église Saint-Flaive d'Ermont et son agrandissement moderne.

L'église Saint-Flaive fait partie des églises les plus remarquables de la Vallée de Montmorency car les deux parties de son architecture traduisent facilement l'évolution de la paroisse.
Eglise Saint-Flaive d'Ermont (source Wikipedia)En effet, en un coup d'œil, on remarque "l'ancienne église" et son agrandissement en forme de navire. L'agrandissement a été réalisé en 1964, basé sur des plans de Gilbert Faux pour répondre à l'essor démographique de la ville. On notera que l'architecte appartenait au Mouvement moderne, de même que Le Corbusier. La forme ovale de l'église rappelle par exemple la Chapelle de Ronchamp, réalisée par le célèbre architecte et urbaniste. Ce projet d'agrandissement a été porté par le maire Robert Bichet et le Père François Huppe. Et La bénédiction solennelle a eu lieu le samedi 18 décembre 1965 par l'évêque de Versailles Mgr renard.
Intéressons-nous au mobilier de l'église. Claudia Garderet nous le décrit sur le site internet de la paroisse d'Ermont : « Le mobilier est adapté à la célébration de la messe face au peuple, selon la tradition de Vatican II. La table eucharistique en bois est placée sur une estrade circulaire, rendant les cérémonies bien visibles de tous de participants. Le Christ en fer à béton, haut de 5,30 m, est l'œuvre de Gérard Souquet. Le crucifix d'autel en bois et la statue de Marie, sculptée dans la masse d'un tronc d'arbre, sont de Gubel, mort en 1966. Les bancs ont été fabriqués dans les ateliers Houssard. L'orgue, de la manufacture Beuchet-Debierre, de Nantes, a été inauguré en 1967 par Gaston Litaize, mort en 1991. Le chemin de croix en bronze, acheté par souscription des paroissiens, a été ajouté en 1984. »Eglise Saint-Flaive d'Ermont (source Wikipedia)

Avec cet agrandissement, l'ancienne église parait petite. Elle a été construite vers 1886 pour remplacer le précédent édifice qui datait du XIIe siècle et tombait en ruine. C'est le célèbre architecte Lucien Magne qui sera chargé de la construction de l'édifice religieux disposé en croix latine composée d'une nef unique à charpente apparente et de deux chapelles latérales dans le transept.
C'est à cette occasion de la création de l'église que Lucien Magne dirigera des fouilles très fructueuses. En effet, Claudia Garderet nous précise « qu'une ancienne villa gallo-romaine, entourée de son cimetière, a été découverte en 1885, lors du creusement du chantier pour la reconstruction de l'église. Lucien Magne, architecte des Monuments historiques, découvrit 12 sarcophages en pierre et 48 en plâtre, datés du VIe au IXe siècle, ainsi que des fragments de tuiles et de céramiques sigillées gallo-romaines, qui attestent que le premier sanctuaire chrétien a été bâti à l'emplacement d'une villa gallo-romaine et autour d'une memoria (sépulture vénérée). Des vases rituels contenant des restes d'incinération et profondément enterrés ont été retrouvés. Lors des travaux de 1963, sont mis au jour 25 sarcophages de pierre ou de plâtre et les vestiges de l'église carolingienne, de plan carré de 11m de côté, aux murs épais de 1m, à contreforts d'angles, bâtie sur la nécropole mérovingienne et citée dans un acte de l'abbaye bénédictine de Saint Denis. » (extrait site internet de la paroisse d'Ermont).

Eglise Saint-Flaive d'ErmontEnfin évoquons Saint-Flaive et les deux versions concernant le protecteur de l'église. Elles sont résumées sur le site de la ville d'Ermont :
« Premièrement, l'existence d'un jeune berger qui, refusant les avances d'une matrone, aurait pris l'habit ecclésiastique et se serait fait ermite. Il aurait vécu saintement sur la colline de Sannois près d'une fontaine miraculeuse qu'il aurait fait jaillir en tapant son bâton sur la roche pour soigner un malade.
La seconde version, étant que Saint-Flaive aurait été l'archevêque de Rouen au VIème siècle ce qui expliquerait qu'il soit représenté en habits pontificaux avec crosse et mitre. Tous les livres à travers les siècles sont unanimes pour faire état de sa grande sainteté. »

> En savoir plus
L'histoire générale d'Ermont
sur le site Valmorency
Histoire de la paroisse d'Ermont par Claudia Garderet
Lucien Magne l'architecte qui a participé aux restaurations des églises d'Ermont, Montmorency, Saint-Prix, Taverny… sur le site du Journal de François

Eglise Saint-Flaive d'Ermont

Eglise Saint-Flaive d'Ermont

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28