Accueil > Histoire locale > Personnalités locales > Mme Broutin, la châtelaine de Cernay à Ermont, était une femme engagée !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Mme Broutin, la châtelaine de Cernay à Ermont, était une femme engagée !

Publié le : 26-04-2021

Mme BroutinMarie Broutin n'est pas la personnalité la plus connue, mais celle qui a géré le domaine du Château de Cernay à Ermont s'est révélée une personnalité libre et très engagée, notamment pendant la "Terreur". 

Plongeons-nous au temps de la Révolution : le village d'Ermont comptait environ 500 habitants et le domaine de la seigneurerie de Cernay était composé notamment d'un grand château, d'un beau parc et jardin. En 1788, ce sont les époux Broutin qui ont fait l'acquisition du château et des dépendances.
Pierre Michel Broutin deviendra un député de l’île de France (île Maurice) à la Convention et restera un partisan de l'esclavage. Mais il ne laissera pas de trace dans notre histoire locale malgré l'acquisition de la seigneurerie de Cernay. En effet, le couple se séparera rapidement et divorcera même en 1794, cette procédure étant instituée en 1792. M Broutin ira alors vivre à Paris
Intéressons-nous plutôt à Marie Broutin qui deviendra donc une des premières femmes divorcées. Elle restera par contre fidèle à Ermont et gérera avec autoritarisme son domaine.
Château de Cernay à ErmontDans son château de Cernay, elle va accueillir de nombreuses personnalités intellectuelles, des philosophes, des écrivains. Son Salon littéraire va connaître une belle notoriété. Le poète André Chenier, le député Desmeuniers et l'abbé académicien Morellet qui a participé à la rédaction du "Dictionnaire" font partie des plus assidus aux rendez-vous du château ermontois.
Ensuite, Mme Broutin va se faire remarquer au moment de la Terreur en 1793 : elle n'hésitera pas à cacher dans son domaine des députés girondins. Parmi ceux-ci, on notera la présence du député Pierre-Louis Lacretelle, également académicien, qui deviendra l'amant de la châtelaine. Une perquisition a même eu lieu au château où trois anciens députés y étaient logés. Rien de suspect n'a été trouvé mais comme la maison était bien garnie en victuailles, « Marie Broutin s'est vu contrainte à fournir de l'avoine pour le service de la poste aux chevaux de Franconville » nous rapporte l'historien André Vaquier dans son livre consacré à Ermont à l'époque révolutionnaire.
Apès cete épisode, Marie Broutin restera à Cernay jusqu'à son décès le 24 juillet 1801.

Par la suite, M Broutin se décida à vendre en 1802 "son" château qui sera par la suite détruit puis remplacé. Le nouvel édifice sera à son tour détruit pour laisser la place au… Lycée van Gogh au cours du XXe siècle.

Mme BroutinMarie Broutin n'est pas la personnalité la plus connue, mais celle qui a géré le domaine du Château de Cernay à Ermont s'est révélée une personnalité libre et très engagée, notamment pendant la "Terreur". 

Plongeons-nous au temps de la Révolution : le village d'Ermont comptait environ 500 habitants et le domaine de la seigneurerie de Cernay était composé notamment d'un grand château, d'un beau parc et jardin. En 1788, ce sont les époux Broutin qui ont fait l'acquisition du château et des dépendances.
Pierre Michel Broutin deviendra un député de l’île de France (île Maurice) à la Convention et restera un partisan de l'esclavage. Mais il ne laissera pas de trace dans notre histoire locale malgré l'acquisition de la seigneurerie de Cernay. En effet, le couple se séparera rapidement et divorcera même en 1794, cette procédure étant instituée en 1792. M Broutin ira alors vivre à Paris
Intéressons-nous plutôt à Marie Broutin qui deviendra donc une des premières femmes divorcées. Elle restera par contre fidèle à Ermont et gérera avec autoritarisme son domaine.
Château de Cernay à ErmontDans son château de Cernay, elle va accueillir de nombreuses personnalités intellectuelles, des philosophes, des écrivains. Son Salon littéraire va connaître une belle notoriété. Le poète André Chenier, le député Desmeuniers et l'abbé académicien Morellet qui a participé à la rédaction du "Dictionnaire" font partie des plus assidus aux rendez-vous du château ermontois.
Ensuite, Mme Broutin va se faire remarquer au moment de la Terreur en 1793 : elle n'hésitera pas à cacher dans son domaine des députés girondins. Parmi ceux-ci, on notera la présence du député Pierre-Louis Lacretelle, également académicien, qui deviendra l'amant de la châtelaine. Une perquisition a même eu lieu au château où trois anciens députés y étaient logés. Rien de suspect n'a été trouvé mais comme la maison était bien garnie en victuailles, « Marie Broutin s'est vu contrainte à fournir de l'avoine pour le service de la poste aux chevaux de Franconville » nous rapporte l'historien André Vaquier dans son livre consacré à Ermont à l'époque révolutionnaire.
Apès cete épisode, Marie Broutin restera à Cernay jusqu'à son décès le 24 juillet 1801.

Par la suite, M Broutin se décida à vendre en 1802 "son" château qui sera par la suite détruit puis remplacé. Le nouvel édifice sera à son tour détruit pour laisser la place au… Lycée van Gogh au cours du XXe siècle.


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28