Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les chroniques de Moritz : "Le cocktail du chat"
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Les chroniques de Moritz : "Le cocktail du chat"

Publié le : 26-04-2020

Gérard Pouettre

Moritz a réalisé sa revue de presse et nous donne des conseils pour ce confinement qui dure. Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

Le cocktail du chat

MoritzA la fin de sa revue de presse, Moritz s’est rendu compte que la question récurrente à laquelle les humains voulaient absolument une réponse était : Comment tenir le coup pendant cette période ?
Les mots clé qui symbolisaient cette demande - antistress, prise de distance, sérénité, anti déprime, confiance en soi, autonomie, etc - font partie intégrante de l’univers de Moritz.
Il se considère donc comme une sorte d’expert de la survie en période de crise. Il a recensé un cocktail de conseils qui font l’actualité. A chacun de préparer son mélange personnel car Moritz lui-même a ses préférences et se voit mal adopter toutes les suggestions.

Commençons par la méditation : vous vous placez face à un Moritz (la plupart s’y prêtent), les bras bien à plat devant vous et vous clignez des yeux en même temps que lui, avec une respiration féline, très discrète. Si vous le faites tous les jours, 15 minutes, vous augmentez votre matière grise dans plusieurs zones du cerveau donc vous rajeunissez et vous dormez mieux. Voilà pourquoi Moritz dort bien !

Que faire de l’énergie accumulée ? Moritz vous fait une proposition qu’il ne s’applique pas à lui-même pour des motifs personnels mais dont l’efficacité est réelle : le nettoyage. Sur NRJ (Nettoyage, Rangement, Jardinage), ils ont expliqué que nettoyer permet de se débarrasser de l’hostilité et de la nervosité, procure une tranquillité d’esprit et un sentiment de fierté.

Par contre, il est prêt à entreprendre le nettoyage de son cerveau par la détox numérique. Sur LCI (Le Cerveau Intoxiqué), ils ont conseillé de faire un jeûne de médias car en plus de la pandémie, c’est l’infodémie qui nous guette. Encore un néologisme que Moritz pourra utiliser pour impressionner ses copains même s’ils sont moins accros que lui mais tout de même trop sensibles à l’overdose d’infos déprimantes et de fake news.

En Allemagne, pour redonner confiance et sérénité, une émission de télévision semble toutefois connaitre une énorme réussite, en particulier chez les enfants : « La petite souris qui rassure » avec pour compères un éléphant bleu et un canard jaune. Moritz aurait bien sûr préféré Le petit chat qui rassure mais il faut être fair play. Cherchez votre émission bienveillante.
Un autre moyen, sans écran, de favoriser une prise de distance, grâce à l’imaginaire, est la lecture de contes. A Pau, une conteuse lit tous les soirs des contes pour les habitants de son immeuble. Selon un sondage de Moritz, les plus demandés sont Le chat botté, Le chat perché, Le chat et le petit lézard…

Toutes ces méthodes restent bien douces à côté des deux suivantes. Pour ceux qui ont vraiment peur de l’effondrement de la civilisation Moritz conseille le survivalisme. Il ne vous suivra pas car il craint une trop grande marginalisation et le confort d’un chalet isolé lui parait trop rudimentaire pour ses exigences mais il reconnait que la vie en autonomie complète a ses avantages.
Dans le même registre, mais Moritz ose à peine l’évoquer tellement cela l’effraie, la demande de bunkers a explosé aux Etats-Unis. Si vous cherchez la sécurité avant tout, consultez le catalogue sur Internet ! Il a même vu des modèles de luxe mais de là à rester confiné toute sa vie…

A l’inverse absolu, vous pouvez essayer le secret danois du bonheur : le Pyt. Moritz pensait que c’était un objet, une machine miraculeuse ou un lieu pour se ressourcer. Non, ce n’est qu’un mot. Dès qu’un tracas quotidien le perturbe, le danois dit Pyt, pour dédramatiser, pour ne pas blâmer l’autre, pour ne pas se décourager… C’est une pratique générale efficace qui réduit le stress, qui est liée à l’indice de bonheur très élevé des danois. Moritz veut rapidement se faire installer un bouton Pyt comme dans les écoles danoises et apprendre à miauler Pyt.

En France, on est loin de là mais il y a un progrès : au lieu de l’indifférence ou d’un simple bonjour, on dit maintenant : « Prenez soin de vous ».

Gérard Pouettre

Moritz a réalisé sa revue de presse et nous donne des conseils pour ce confinement qui dure. Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

Le cocktail du chat

MoritzA la fin de sa revue de presse, Moritz s’est rendu compte que la question récurrente à laquelle les humains voulaient absolument une réponse était : Comment tenir le coup pendant cette période ?
Les mots clé qui symbolisaient cette demande - antistress, prise de distance, sérénité, anti déprime, confiance en soi, autonomie, etc - font partie intégrante de l’univers de Moritz.
Il se considère donc comme une sorte d’expert de la survie en période de crise. Il a recensé un cocktail de conseils qui font l’actualité. A chacun de préparer son mélange personnel car Moritz lui-même a ses préférences et se voit mal adopter toutes les suggestions.

Commençons par la méditation : vous vous placez face à un Moritz (la plupart s’y prêtent), les bras bien à plat devant vous et vous clignez des yeux en même temps que lui, avec une respiration féline, très discrète. Si vous le faites tous les jours, 15 minutes, vous augmentez votre matière grise dans plusieurs zones du cerveau donc vous rajeunissez et vous dormez mieux. Voilà pourquoi Moritz dort bien !

Que faire de l’énergie accumulée ? Moritz vous fait une proposition qu’il ne s’applique pas à lui-même pour des motifs personnels mais dont l’efficacité est réelle : le nettoyage. Sur NRJ (Nettoyage, Rangement, Jardinage), ils ont expliqué que nettoyer permet de se débarrasser de l’hostilité et de la nervosité, procure une tranquillité d’esprit et un sentiment de fierté.

Par contre, il est prêt à entreprendre le nettoyage de son cerveau par la détox numérique. Sur LCI (Le Cerveau Intoxiqué), ils ont conseillé de faire un jeûne de médias car en plus de la pandémie, c’est l’infodémie qui nous guette. Encore un néologisme que Moritz pourra utiliser pour impressionner ses copains même s’ils sont moins accros que lui mais tout de même trop sensibles à l’overdose d’infos déprimantes et de fake news.

En Allemagne, pour redonner confiance et sérénité, une émission de télévision semble toutefois connaitre une énorme réussite, en particulier chez les enfants : « La petite souris qui rassure » avec pour compères un éléphant bleu et un canard jaune. Moritz aurait bien sûr préféré Le petit chat qui rassure mais il faut être fair play. Cherchez votre émission bienveillante.
Un autre moyen, sans écran, de favoriser une prise de distance, grâce à l’imaginaire, est la lecture de contes. A Pau, une conteuse lit tous les soirs des contes pour les habitants de son immeuble. Selon un sondage de Moritz, les plus demandés sont Le chat botté, Le chat perché, Le chat et le petit lézard…

Toutes ces méthodes restent bien douces à côté des deux suivantes. Pour ceux qui ont vraiment peur de l’effondrement de la civilisation Moritz conseille le survivalisme. Il ne vous suivra pas car il craint une trop grande marginalisation et le confort d’un chalet isolé lui parait trop rudimentaire pour ses exigences mais il reconnait que la vie en autonomie complète a ses avantages.
Dans le même registre, mais Moritz ose à peine l’évoquer tellement cela l’effraie, la demande de bunkers a explosé aux Etats-Unis. Si vous cherchez la sécurité avant tout, consultez le catalogue sur Internet ! Il a même vu des modèles de luxe mais de là à rester confiné toute sa vie…

A l’inverse absolu, vous pouvez essayer le secret danois du bonheur : le Pyt. Moritz pensait que c’était un objet, une machine miraculeuse ou un lieu pour se ressourcer. Non, ce n’est qu’un mot. Dès qu’un tracas quotidien le perturbe, le danois dit Pyt, pour dédramatiser, pour ne pas blâmer l’autre, pour ne pas se décourager… C’est une pratique générale efficace qui réduit le stress, qui est liée à l’indice de bonheur très élevé des danois. Moritz veut rapidement se faire installer un bouton Pyt comme dans les écoles danoises et apprendre à miauler Pyt.

En France, on est loin de là mais il y a un progrès : au lieu de l’indifférence ou d’un simple bonjour, on dit maintenant : « Prenez soin de vous ».


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28