Accueil > Histoire locale > Personnalités locales > Le premier maire de Beauchamp a fait chanter tous les Poilus avec sa "Madelon" !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Le premier maire de Beauchamp a fait chanter tous les Poilus avec sa "Madelon" !

Publié le : 04-04-2022

Louis Bousquet maire de BeauchampLouis Bousquet, premier maire de Beauchamp, a écrit "Quand la Madelon", cette chanson qui est devenue l'hymne des soldats pendant la Première Guerre Mondiale. Mais comment en est-il venu à écrire cette chanson mémorable ?

Quand Madelon vient nous servir à boire
Sous la tonnelle on frôle son jupon
Et chacun lui raconte une histoire
Une histoire à sa façon...

Beauchamp est une jeune commune. Elle prit son autonomie en 1922. Auparavant le territoire était rattaché essentiellement à Taverny. Et le premier maire de la commune fut Louis Bousquet, plus connu en tant que parolier, chansonnier et éditeur français.
Né en 1871, il a écrit de très nombreux succès comme "Si j'avais des ailes", "La caissière du grand café" mais aussi "Quand la Madelon" qui est restée dans l'Histoire en devenant l'hymne des Poilus.
QUAND MADELON partitionMais comment est-il venu à écrire cette chanson mémorable ?
Depuis 1906, Louis Bousquet travaillait avec les grands compositeurs de l'époque comme Vincent Scotto, Henri Maifait, Henri Piccolini. En 1914, au début de la guerre, son ami Bach lui demanda une chanson pour son spectacle de comique troupier qu'il présente à l'Eldorado, la célèbre salle parisienne. Louis Bousquet s'occupe des paroles et Bach l'emmène chez Camille Robert qui fera la musique de "La Madelon". Résultat : ce sera d'abord une marche de fanfare, sur laquelle Louis Bousquet a écrit un texte gai.
Mais le succès ne sera malheureusement pas au rendez-vous pour Bach lors de son spectacle présenté à l'Eldorado. Mais alors comment "Quand la Madelon" est-elle vraiment devenue l'hymne des Poilus ?
Nous le devons au chansonnier Sioul qui était présent… à l'Eldorado.
Mobilisé comme artilleur et cantonné à l’école Jules-Ferry de Fontenay-sous-Bois, il chante "La Madelon" à ses camarades et c'est ainsi que la chanson s'est propagée dans les rangs des Poilus. Nous pouvons dire que cet air est devenu incontournable au front avant de devenir un succès populaire repris par tout le monde. Notons que c'est seulement en 1917, que ce succès a été enregistré par le chanteur Marcelly.
Louis Bousquet a donc écrit ses paroles qui sont devenues incontournables et inscrites maintenant dans le patrimoine français.

Statue érigée à BeauchampPour se souvenir cet épisode et rendre hommage à Louis Bousquet, une statue a été érigée dans le parc de la mairie de Beauchamp, à l'occasion du 50e anniversaire de l'armistice de 1918. Elle fut réalisée par le sculpteur René Andréi et inaugurée par Henri Duvillard, ministre des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre.

En ce qui concerne la Madelon, une plaque a été apposée en 1921 sur la façade de l’école de Fontenay-sous-Bois, indiquant : « La Madelon est partie d’ici en août 1914 pour faire le tour du monde ».
Enfin, chantée, ressassée, "La Madelon" est devenue aussi un classique du cinéma sous les traits de Line Renaud, entourée notamment de Jean Richard, Roger Pierre et Jean Carmet.

Chanson de "La Madelon"

Pour le repos, le plaisir du militaire,
Il est là-bas à deux pas de la forêt
Une maison aux murs tout couverts de lierre
« Aux Tourlourous » c'est le nom du cabaret.
La servante est jeune et gentille,
Légère comme un papillon.
Comme son vin son œil pétille,
Nous l'appelons la Madelon
Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour,
Ce n'est que Madelon mais pour nous c'est l'amour

QUAND MADELON...Refrain :
Quand Madelon vient nous servir à boire
Sous la tonnelle on frôle son jupon
Et chacun lui raconte une histoire
Une histoire à sa façon
La Madelon pour nous n'est pas sévère
Quand on lui prend la taille ou le menton
Elle rit, c'est tout le mal qu'elle sait faire
Madelon, Madelon, Madelon !

Nous avons tous au pays une payse
Qui nous attend et que l'on épousera
Mais elle est loin, bien trop loin pour qu'on lui dise
Ce qu'on fera quand la classe rentrera
En comptant les jours on soupire
Et quand le temps nous semble long
Tout ce qu'on ne peut pas lui dire
On va le dire à Madelon
On l'embrasse dans les coins. Elle dit « veux-tu finir… »
On s'figure que c'est l'autre, ça nous fait bien plaisir.

LA MADELON de Jean RoyerRefrain

Un caporal en képi de fantaisie
S'en fut trouver Madelon un beau matin
Et, fou d'amour, lui dit qu'elle était jolie
Et qu'il venait pour lui demander sa main
La Madelon, pas bête, en somme,
Lui répondit en souriant :
Et pourquoi prendrais-je un seul homme
Quand j'aime tout un régiment ?
Tes amis vont venir. Tu n'auras pas ma main
J'en ai bien trop besoin pour leur verser du vin

Refrain

 

Article publié en 2018 et actualisé en avril 2022

Louis Bousquet maire de BeauchampLouis Bousquet, premier maire de Beauchamp, a écrit "Quand la Madelon", cette chanson qui est devenue l'hymne des soldats pendant la Première Guerre Mondiale. Mais comment en est-il venu à écrire cette chanson mémorable ?

Quand Madelon vient nous servir à boire
Sous la tonnelle on frôle son jupon
Et chacun lui raconte une histoire
Une histoire à sa façon...

Beauchamp est une jeune commune. Elle prit son autonomie en 1922. Auparavant le territoire était rattaché essentiellement à Taverny. Et le premier maire de la commune fut Louis Bousquet, plus connu en tant que parolier, chansonnier et éditeur français.
Né en 1871, il a écrit de très nombreux succès comme "Si j'avais des ailes", "La caissière du grand café" mais aussi "Quand la Madelon" qui est restée dans l'Histoire en devenant l'hymne des Poilus.
QUAND MADELON partitionMais comment est-il venu à écrire cette chanson mémorable ?
Depuis 1906, Louis Bousquet travaillait avec les grands compositeurs de l'époque comme Vincent Scotto, Henri Maifait, Henri Piccolini. En 1914, au début de la guerre, son ami Bach lui demanda une chanson pour son spectacle de comique troupier qu'il présente à l'Eldorado, la célèbre salle parisienne. Louis Bousquet s'occupe des paroles et Bach l'emmène chez Camille Robert qui fera la musique de "La Madelon". Résultat : ce sera d'abord une marche de fanfare, sur laquelle Louis Bousquet a écrit un texte gai.
Mais le succès ne sera malheureusement pas au rendez-vous pour Bach lors de son spectacle présenté à l'Eldorado. Mais alors comment "Quand la Madelon" est-elle vraiment devenue l'hymne des Poilus ?
Nous le devons au chansonnier Sioul qui était présent… à l'Eldorado.
Mobilisé comme artilleur et cantonné à l’école Jules-Ferry de Fontenay-sous-Bois, il chante "La Madelon" à ses camarades et c'est ainsi que la chanson s'est propagée dans les rangs des Poilus. Nous pouvons dire que cet air est devenu incontournable au front avant de devenir un succès populaire repris par tout le monde. Notons que c'est seulement en 1917, que ce succès a été enregistré par le chanteur Marcelly.
Louis Bousquet a donc écrit ses paroles qui sont devenues incontournables et inscrites maintenant dans le patrimoine français.

Statue érigée à BeauchampPour se souvenir cet épisode et rendre hommage à Louis Bousquet, une statue a été érigée dans le parc de la mairie de Beauchamp, à l'occasion du 50e anniversaire de l'armistice de 1918. Elle fut réalisée par le sculpteur René Andréi et inaugurée par Henri Duvillard, ministre des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre.

En ce qui concerne la Madelon, une plaque a été apposée en 1921 sur la façade de l’école de Fontenay-sous-Bois, indiquant : « La Madelon est partie d’ici en août 1914 pour faire le tour du monde ».
Enfin, chantée, ressassée, "La Madelon" est devenue aussi un classique du cinéma sous les traits de Line Renaud, entourée notamment de Jean Richard, Roger Pierre et Jean Carmet.

Chanson de "La Madelon"

Pour le repos, le plaisir du militaire,
Il est là-bas à deux pas de la forêt
Une maison aux murs tout couverts de lierre
« Aux Tourlourous » c'est le nom du cabaret.
La servante est jeune et gentille,
Légère comme un papillon.
Comme son vin son œil pétille,
Nous l'appelons la Madelon
Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour,
Ce n'est que Madelon mais pour nous c'est l'amour

QUAND MADELON...Refrain :
Quand Madelon vient nous servir à boire
Sous la tonnelle on frôle son jupon
Et chacun lui raconte une histoire
Une histoire à sa façon
La Madelon pour nous n'est pas sévère
Quand on lui prend la taille ou le menton
Elle rit, c'est tout le mal qu'elle sait faire
Madelon, Madelon, Madelon !

Nous avons tous au pays une payse
Qui nous attend et que l'on épousera
Mais elle est loin, bien trop loin pour qu'on lui dise
Ce qu'on fera quand la classe rentrera
En comptant les jours on soupire
Et quand le temps nous semble long
Tout ce qu'on ne peut pas lui dire
On va le dire à Madelon
On l'embrasse dans les coins. Elle dit « veux-tu finir… »
On s'figure que c'est l'autre, ça nous fait bien plaisir.

LA MADELON de Jean RoyerRefrain

Un caporal en képi de fantaisie
S'en fut trouver Madelon un beau matin
Et, fou d'amour, lui dit qu'elle était jolie
Et qu'il venait pour lui demander sa main
La Madelon, pas bête, en somme,
Lui répondit en souriant :
Et pourquoi prendrais-je un seul homme
Quand j'aime tout un régiment ?
Tes amis vont venir. Tu n'auras pas ma main
J'en ai bien trop besoin pour leur verser du vin

Refrain

 

Article publié en 2018 et actualisé en avril 2022


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28