Accueil > Histoire locale > Patrimoine > L'Orangerie de Montmorency : vestige des châteaux disparus de Montmorency.
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

L'Orangerie de Montmorency : vestige des châteaux disparus de Montmorency.

Publié le : 15-01-2023

Orangerie de Montmorency

Les habitants de Montmorency fréquentent régulièrement ce lieu chargé d'histoire que représente l'Orangerie du Château Crozat de Montmorency : en effet, elle abrite actuellement le Conservatoire de musique et de danse de la ville. Mais arrêtons-nous nous sur ce vestige qui date du XIIIe siècle.

Tout d'abord resituons le contexte et plongeons-nous à la fin du XVIIe siècle à l'époque de Louis XIV. Et c'est précisément le premier peintre du Roi Soleil, Charles le Brun, celui qui a réalisé, entre autres, le plafond de la Galerie des Glaces de Versailles, que nous retrouvons à Montmorency en 1670. Il y fait construire sa maison de campagne que l'on appellera modestement "le Petit Château" !
Orangerie de MontmorencyA la disparition de l'artiste, la propriété est rachetée Pierre Crozat un riche financier qui l'agrandira. Il fera aussi construire une nouvelle demeure en 1709 appelée "le Grand Château".
C'est dix ans plus tard, en 1719 que Pierre Crozat décide d'ajouter une Orangerie au bout du parc aménagé (20 ha) qui séparait le "Petit Château" du "Grand Château"
Christophe Morin dans son livre " Au service du château" nous donne des précisions très intéressantes sur cette Orangerie :
« Vers 1720, Crozat le jeune, propriétaire depuis 1702 de l’ancien domaine de Charles Le Brun à Montmorency, commande à Gilles-Marie Oppenord une orangerie destinée à clore la composition de son jardin. Le bâtiment, réalisé semble-t-il vers 1720, révèle l’ingéniosité de l’architecte par son plan curviligne, parfaitement adapté à la topographie du domaine. En effet, le bâtiment sépare le jardin de la voie publique et rachète l’irrégularité du terrain, en remplissant la fonction de mur de soutènement pour cette partie du parc. L’orangerie, exposée au sud, épouse la forme d’un bassin circulaire, véritable rotule du plan complexe du domaine où bassins, cascades et vertugadins (jardins en escalier) se succèdent selon des axes variés, autour des deux châteaux de Le Brun, puis de Crozat, dans des phases de construction successives, bien analysées par K. Krause à partir de différentes descriptions retrouvées aux Archives nationales. Le bâtiment permet surtout de masquer la partie du village visible depuis le bas du jardin, alors que la vue sur la campagne est privilégiée quelques degrés plus à l’ouest où, par-dessus le chemin public, le promeneur embrasse la vue d’un potager, au dessin réglé sur celui des allées du parc. Enfin, l’orangerie clôt l’axe nord-sud du parc terminé à son autre extrémité par les parterres de broderies disposés au pied du corps de logis élevé par Cartaud pour Crozat en 1709. »

La fin de l'histoire est ensuite terrible pour les deux Châteaux. Le parc étant mal entretenu, le "Petit Château" a été détruit en 1791 par un propriétaire qui a souhaité modifié le style de la propriété, le "Grand château" a subi le même sort en 1817 par un entrepreneur de travaux publics. Nous noterons pour être complet que le "Château de Dino", que l'on connait actuellement a été seulement construit en 1878 sur une ancienne parcelle du parc où se trouvaient les deux châteaux détruits.
Quant à notre Orangerie, elle reste donc le seul vestige de cette époque. Elle a été bien dégradée au cours des siècles avant une restauration récente : elle a été inscrite au titre des monuments historiques en 1977 et se situe au 23-27 rue du Temple.

Plan de l'Orangerie de Montmorency

Article publié en 2018 et actualisé en janvier 2023

Orangerie de Montmorency

Les habitants de Montmorency fréquentent régulièrement ce lieu chargé d'histoire que représente l'Orangerie du Château Crozat de Montmorency : en effet, elle abrite actuellement le Conservatoire de musique et de danse de la ville. Mais arrêtons-nous nous sur ce vestige qui date du XIIIe siècle.

Tout d'abord resituons le contexte et plongeons-nous à la fin du XVIIe siècle à l'époque de Louis XIV. Et c'est précisément le premier peintre du Roi Soleil, Charles le Brun, celui qui a réalisé, entre autres, le plafond de la Galerie des Glaces de Versailles, que nous retrouvons à Montmorency en 1670. Il y fait construire sa maison de campagne que l'on appellera modestement "le Petit Château" !
Orangerie de MontmorencyA la disparition de l'artiste, la propriété est rachetée Pierre Crozat un riche financier qui l'agrandira. Il fera aussi construire une nouvelle demeure en 1709 appelée "le Grand Château".
C'est dix ans plus tard, en 1719 que Pierre Crozat décide d'ajouter une Orangerie au bout du parc aménagé (20 ha) qui séparait le "Petit Château" du "Grand Château"
Christophe Morin dans son livre " Au service du château" nous donne des précisions très intéressantes sur cette Orangerie :
« Vers 1720, Crozat le jeune, propriétaire depuis 1702 de l’ancien domaine de Charles Le Brun à Montmorency, commande à Gilles-Marie Oppenord une orangerie destinée à clore la composition de son jardin. Le bâtiment, réalisé semble-t-il vers 1720, révèle l’ingéniosité de l’architecte par son plan curviligne, parfaitement adapté à la topographie du domaine. En effet, le bâtiment sépare le jardin de la voie publique et rachète l’irrégularité du terrain, en remplissant la fonction de mur de soutènement pour cette partie du parc. L’orangerie, exposée au sud, épouse la forme d’un bassin circulaire, véritable rotule du plan complexe du domaine où bassins, cascades et vertugadins (jardins en escalier) se succèdent selon des axes variés, autour des deux châteaux de Le Brun, puis de Crozat, dans des phases de construction successives, bien analysées par K. Krause à partir de différentes descriptions retrouvées aux Archives nationales. Le bâtiment permet surtout de masquer la partie du village visible depuis le bas du jardin, alors que la vue sur la campagne est privilégiée quelques degrés plus à l’ouest où, par-dessus le chemin public, le promeneur embrasse la vue d’un potager, au dessin réglé sur celui des allées du parc. Enfin, l’orangerie clôt l’axe nord-sud du parc terminé à son autre extrémité par les parterres de broderies disposés au pied du corps de logis élevé par Cartaud pour Crozat en 1709. »

La fin de l'histoire est ensuite terrible pour les deux Châteaux. Le parc étant mal entretenu, le "Petit Château" a été détruit en 1791 par un propriétaire qui a souhaité modifié le style de la propriété, le "Grand château" a subi le même sort en 1817 par un entrepreneur de travaux publics. Nous noterons pour être complet que le "Château de Dino", que l'on connait actuellement a été seulement construit en 1878 sur une ancienne parcelle du parc où se trouvaient les deux châteaux détruits.
Quant à notre Orangerie, elle reste donc le seul vestige de cette époque. Elle a été bien dégradée au cours des siècles avant une restauration récente : elle a été inscrite au titre des monuments historiques en 1977 et se situe au 23-27 rue du Temple.

Plan de l'Orangerie de Montmorency

Article publié en 2018 et actualisé en janvier 2023

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28