Accueil > Histoire locale > Rencontres de François > Transition énergétique : François Berguerand de Bessancourt prône un véritable changement de société ! (1ère partie)
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Transition énergétique : François Berguerand de Bessancourt prône un véritable changement de société ! (1ère partie)

Publié le : 25-01-2016

François Berguerand Retenez bien son nom ! François Berguerand, scientifique et inventeur, ouvre le débat en publiant "Transition énergétique une vraie nécessité ?" Cet habitant de Bessancourt établit un état des lieux sans concession et délivre quelques pistes pour que notre société réussisse sa révolution ! Une rencontre exceptionnelle.

Vous venez d'écrire un livre "Transition énergétique une vraie nécessité ?" qui bouleverse de nombreuses idées reçues. Avant d'aborder vos positions vis-à-vis de la situation actuelle, faisons connaissance en évoquant votre parcours professionnel.
Je ne vais pas vous surprendre en vous disant que j'ai toujours travaillé dans le monde des énergies : au début, dans un bureau d'étude où l'on cherchait déjà comment faire des économies d'énergie tout en explorant les énergies nouvelles et renouvelables.
Puis chez ALSTOM, j'ai travaillé entre autres sur les cycles combinés performants et sur les nouvelles centrales à lit fluidisé circulant bien moins polluantes que les vieux modèles encore opérants. Un équipement que les Chinois se sont récemment appropriés, mais encore peu installé, tandis que les Allemands qui fermaient certaines centrales nucléaires se sont rabattus sur leurs vieilles centrales au charbon nous faisant cadeau de leurs pollutions ! Maintenant en retraite, je suis donc bien placé pour écrire sur le sujet des énergies et j'ai donc voulu écrire ce livre pour rétablir quelques vérités !

Vous avez aussi réalisé des cahiers scientifiques à la disposition du grand public ?
En effet, j'ai mis à disposition à la bibliothèque de Bessancourt, puis sur internet, différents cahiers scientifiques sur de nombreux sujets comme l'énergie, la pollution, le réchauffement climatique, le nucléaire. Ce sont des ouvrages de vulgarisation qui rejoignent l'ambition de mon dernier livre : exposer des vérités sur des sujets scientifiques.

TRANSITION ENERGETIQUE UNE VRAIE NECESSITE ? de François BerguerandL'écologie, la transition énergétique sont des sujets d'actualité.
C'est  vrai mais j'ai l'impression que l'on se fout de nous quand j'entends tout ce qu'on nous dit. Par exemple, vous avez vu le résultat de la COP 21 ? Nous nous réjouissons de son succès mais dans le texte final, ce ne sont que des engagements virtuels. Il n'y a aucun vrai engagement chiffré pour 2020, 2025, 2050 etc. On en reste à des intentions résumées par cette phrase :"on fera de notre mieux pour ne pas avoir 2 degrés de réchauffement climatique". Toujours la même méthode attentiste depuis les années 70.

Quelle est votre position sur le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est un vaste sujet et j'aborde un thème rarement évoqué : je ne suis pas sûr que l'homme soit l'unique responsable de cette situation. En effet, mes études et celles de divers chercheurs dans le Monde montrent qu'il n’y a pas qu’un réchauffement de l'air mais aussi … un cycle de l'eau, moins visible mais bien réel ! Les médias ne l’évoquent que trop rarement préférant laisser le GIEC insister sur le réchauffement de l’air par nos pollutions de gaz à effet de serre. Or il y a le rayonnement solaire et cosmique et le magnétisme qui jouent sur la planète et le réchauffement de l'eau. Cependant ce qui se passe en dessous on n'en parle jamais, sauf dans les études russes qui l'abordent. En effet toutes les planètes du système solaire se sont récemment réchauffées, pourtant aux dernières nouvelles elles ne sont pas habitées par l'homme. Un autre phénomène a donc lieu et inexpliqué à ce jour. On s'en rend bien compte : la banquise ne fond pas qu'en surface mais aussi dessous. Il y a un problème à étudier : la Terre se réchauffe et réchauffe l’eau puis l’air ! Il n’y a pas que la pollution humaine au CO2. Les périodes de réchauffement et de glaciation ont toujours existé même avant l’homme. Toutefois, et indépendamment du réchauffement, lutter contre la pollution est néanmoins une nécessité vitale.
Il faut être clair : on aura beau essayer de faire "moins de 2 degrés", cela ne changera pas fondamentalement les résultats… Les dérèglements sont déjà là. Nous serons obligés de faire migrer une grande partie de ceux qui sont en littoral car ils vont "trinquer". Le nier ou faire l’impasse serait une erreur grave. Il faut donc prendre des mesures pour cela, en plus de la transition énergétique, afin de s’adapter aux nécessités en cours et futures.
Dans l'histoire, les périodes de glaciation et de réchauffement se succèdent. Par exemple, assez récemment, vers 1400-1600 ap JC (en fait dès 1200 jusqu'à environ 1800), il y a eu de grands froids partout, principalement en Europe, et donc beaucoup de famines et de nombreux morts. Aujourd'hui, quand on regarde les courbes, les températures devraient descendre, c'est le résultat des études effectuées par carottes glacières compilant les 850 000 dernières années..
Alors la question est posée : est-ce le CO2 et le méthane qui sont responsables de l'élévation de la température ou bien est-ce l'élévation de la température qui provoque l'augmentation du CO2 ? Personne ne le sait… C'est le paradoxe de l'œuf et de la poule : « Qu'est-ce qui est apparu en premier : l'œuf ou la poule ? »

Alors quelles sont les actions à mener pour réaliser cette fameuse transition énergétique ?
Le problème de la transition énergétique est plus un problème de disponibilité des ressources et de lutte contre les pollutions mortelles que de réchauffement climatique par l’homme.
Pour réussir cette transition, il faut résoudre le problème essentiel, celui des lobbys qui bloquent les évolutions technologiques pour des raisons financières et cupides ! Je dénonce ces influences dans mon livre. Il faut un véritable changement de société ! J'insiste, on ne pourra rien faire sans un changement de société. La corruption qui bloque tout est inadmissible.

Sinon que se passera-t-il ?
On ne sera pas tous morts mais, à l'évidence auront lieu d’énormes inégalités, des famines, une réduction de la population…

Evoquons les nouvelles énergies ? Le gaz de schiste par exemple.
C'est le pire ! En effet, l'exploitation du gaz de schiste lancée aux Etats-Unis pollue énormément les sols et les nappes phréatiques. Les fermiers américains ont de l'eau polluée, chargée de gaz, qui sort des robinets. Les Américains ne s'y retrouvent même pas : cela coûte très cher de l'exploiter et ce n'est même pas rentable !

Il faut donc opter pour les énergies renouvelables ? C'est notre salut ?
L'éolien et le solaire photovoltaïque sont évidemment des énergies à développer mais il y a un hic : elles ne fonctionnent pas en continu ni toujours à pleine puissance et ne génèrent que de l'électricité. Or, on ne se sait pas encore stocker l'électricité… Depuis 20 ans, on cherche la possibilité de garder l'électricité sous la forme d'un mouvement de rotation mais cela n'est pas encore au point à grande échelle. On envisage aussi d’utiliser pompage éolien et photovoltaïque pour remplir nos grands barrages en manque de pluviométrie. En attendant on remet cette électricité sur le réseau national avec grandes pertes et surcoûts.
Il y a cependant d’autres énergies qui commencent à être bien développées en commençant par le bois, l'hydraulique, la géothermie, le solaire thermique, les hydroliennes, l’énergie des vagues, … pour ne parler que des plus évidentes.

Et quel avenir pour le nucléaire ?
La France, comme le Japon et quelques autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, l'Angleterre a fait le choix du nucléaire. Le Président De Gaulle savait que le Centrale nucléaire de Blayaischarbon, le pétrole et le gaz étaient des énergies fossiles donc épuisables et il ne souhaitait pas que la France soit dépendante au niveau énergétique. Alors, comme il lui fallait aussi développer la bombe atomique à titre de dissuasion, il a privilégié le nucléaire faisant d’une pierre deux coups. Depuis, l'uranium utilisé provient du Niger (avec prises d'otages voire têtes coupées).
Mais, dans le monde, c'est le charbon qui occupe la plus large place, le nucléaire mondial représentant que 4 % de l'énergie produite (mais 80 % de l'électricité en France).
Vous l'aurez compris, le nucléaire français ne passera pas à la trappe du jour au lendemain, mais nous n'avons pas su créer de la diversité. On est bloqué dans un système qui devient de plus en plus cher et les déchets posent un problème monumental. En effet, l'enfouissement des déchets c'est ouvrir la boite de Pandore. C'est comme si vous mettiez la poussière sous le tapis lorsque vous faites le ménage !
D'autre part, l'Etat s'est engagé dans le développement du projet ASTRID, une centrale qui servirait à nous débarrasser des dangereux stocks de plutonium en les brûlant… un "Superphénix" amélioré ! Un projet aussi difficile à mener à terme que la fusion nucléaire
Alors que faire ? Aux Etats-Unis, ils ont décidé d'étendre la vie d'une centrale jusqu'à 70 ou 80 ans alors qu'on sait qu'une centrale nucléaire vieille de 40 ans présente déjà de gros problèmes de "sénilité" donc de risques ! Pourtant la France a bien envie de faire la même chose que les Américains…
De plus, on a frôlé plusieurs fois la catastrophe nucléaire en France. Il faut le savoir ! En 1969 et 1980, des fusions partielles du cœur de réacteurs ont eu lieu à la centrale de Saint-Laurent-les-Eaux. Et en 1999 la centrale du Blayais a été inondée par la Gironde en crue et le fonctionnement des pompes de refroidissement en a été perturbé jusqu’au niveau de risque de fusion du cœur du réacteur. Je n'invente pas, ces informations sont disponibles sur internet mais, à l'époque, ces incidents ont été relatés très discrètement. Ce fut comme pour le nuage radioactif de Tchernobyl qui n’a jamais traversé notre frontière !... Et bien d’autres incidents sur centrales nucléaires dans le monde avant Fukushima. Mais pouvons nous arrêter tout le nucléaire dès demain ? Ne rêvons pas.

Alors que faire ? On se sent impuissant devant cette situation. Si on pouvait résumer, comment pourrait-on définir la transition énergétique ?
Ce n'est pas uniquement un changement d'énergie pour une autre mais, je le répète,  un véritable changement de société.
En effet tout le monde consomme à outrance même nous les Français ! Evidemment les pays émergeants, à forte population, comme la Chine et l'Inde, ont soif de consommer et veulent évoluer vers notre mode de société. A nous de les aider à utiliser les nouvelles technologies propres et efficaces en restant sobres. Et procédons avec raison dans un esprit sain.

Alors comment faire pour réussir cette transition ?
Des pistes existent : il faut miser sur les énergies renouvelables, abandonner progressivement les énergies fossiles mais en même temps réduire les consommations. Je suis assez proche du courant de pensée du mouvement Negawatt qui prône la sobriété, l'efficacité et le renouvelable.
Il faut donc, pour sortir du nucléaire sale actuel, une approche scientifique mais aussi une approche comportementale.
 En effet, actuellement à peine plus de 10 % de l'électricité est réalisée en France par les énergies renouvelables (solaire et éolienne plus un peu de géothermie). C’est peu et cela n’a que très lentement évolué depuis le choc pétrolier de 1973.
Reste qu'il faut aussi opter pour une croissance intelligente. En effet, actuellement la croissance économique entraine automatiquement une croissance de la consommation d'énergie. Il faut absolument briser cette conséquence, sinon, nous allons droit dans le mur !

François BerguerandVous abordez la transition énergétique mais n'est-ce pas toute la société qui est en "transition" ?
C'est vrai, le monde évolue. De plus en plus souvent, la robotisation coûte moins cher à meilleure productivité et donc provoque inexorablement du chômage ou de l'esclavage. Mais j'ose le dire : cette évolution est normale. Cependant nous pourrions très bien vivre décemment en travaillant moins si certains voyous n’avaient pas mis le monde en esclavage. Notre époque ressemble un peu à la Grèce ancienne ou la Rome ancienne dont le modèle de société a décliné et une autre société a pris le relais. La différence aujourd'hui, c'est que tout va plus vite, l'information notamment. Et les bons ajustements trainent. Mais réjouissons-nous car nous avons cette chance de vivre dans une société qui accélère. Certes, ça défile à une vitesse prodigieuse mais j'en suis sûr, nos enfants seront plus adaptés au changement et je l'espère moins corrompus. Les vieux "restés" honnêtes pourront leur apporter leur expérience… Nos parents ont déjà connu de gros bouleversements comme l'arrivée du téléphone, l'avion, la voiture, la radio, les ordinateurs. Aujourd'hui, un gamin de 2 ans va faire fonctionner un téléphone avant que nous ayons eu le temps de réagir ! Il y a de l’espoir ! Les découvertes s’en viennent aussi. Et nos enfants se souviendront de nos méfaits pour savoir s’en affranchir.

Grand merci à François Berguerand pour toutes ces explications, cet enthousiasme communicatif. Et notre Bessancourtois ne se contente pas d'analyser une situation, il invente des solutions exceptionnelles. Il a déposé quatre brevets qu'il cherche à mettre en production. Nous le retrouverons la semaine prochaine afin qu'il nous présente ses inventions révolutionnaires.
Il se plait aussi à démonter les théories officielles qui ne cadrent plus (voir son livre : "Notre système solaire – Une autre naissance" aux Editions Amalthée du groupe Hachette).
A suivre.

 

Contact François Berguerand :franbed@numericable.fr
Blog : francois-berguerand.com


>> Informations complètes sur les brevets de François Berguerand

>> Les cahiers économiques et cahiers scientifiques de François Berguerand

NOTRE SYSTEME SOLAIRE de François Berguerand"Transition énergétique une vraie nécessité ?" de François Berguerand - Editions Amalthée - 220 pages - 19,5 €

"Notre système solaire – Une autre naissance"  de François Berguerand - Editions Amalthée - 176 pages - 16,3 €

 

 

 

François Berguerand Retenez bien son nom ! François Berguerand, scientifique et inventeur, ouvre le débat en publiant "Transition énergétique une vraie nécessité ?" Cet habitant de Bessancourt établit un état des lieux sans concession et délivre quelques pistes pour que notre société réussisse sa révolution ! Une rencontre exceptionnelle.

Vous venez d'écrire un livre "Transition énergétique une vraie nécessité ?" qui bouleverse de nombreuses idées reçues. Avant d'aborder vos positions vis-à-vis de la situation actuelle, faisons connaissance en évoquant votre parcours professionnel.
Je ne vais pas vous surprendre en vous disant que j'ai toujours travaillé dans le monde des énergies : au début, dans un bureau d'étude où l'on cherchait déjà comment faire des économies d'énergie tout en explorant les énergies nouvelles et renouvelables.
Puis chez ALSTOM, j'ai travaillé entre autres sur les cycles combinés performants et sur les nouvelles centrales à lit fluidisé circulant bien moins polluantes que les vieux modèles encore opérants. Un équipement que les Chinois se sont récemment appropriés, mais encore peu installé, tandis que les Allemands qui fermaient certaines centrales nucléaires se sont rabattus sur leurs vieilles centrales au charbon nous faisant cadeau de leurs pollutions ! Maintenant en retraite, je suis donc bien placé pour écrire sur le sujet des énergies et j'ai donc voulu écrire ce livre pour rétablir quelques vérités !

Vous avez aussi réalisé des cahiers scientifiques à la disposition du grand public ?
En effet, j'ai mis à disposition à la bibliothèque de Bessancourt, puis sur internet, différents cahiers scientifiques sur de nombreux sujets comme l'énergie, la pollution, le réchauffement climatique, le nucléaire. Ce sont des ouvrages de vulgarisation qui rejoignent l'ambition de mon dernier livre : exposer des vérités sur des sujets scientifiques.

TRANSITION ENERGETIQUE UNE VRAIE NECESSITE ? de François BerguerandL'écologie, la transition énergétique sont des sujets d'actualité.
C'est  vrai mais j'ai l'impression que l'on se fout de nous quand j'entends tout ce qu'on nous dit. Par exemple, vous avez vu le résultat de la COP 21 ? Nous nous réjouissons de son succès mais dans le texte final, ce ne sont que des engagements virtuels. Il n'y a aucun vrai engagement chiffré pour 2020, 2025, 2050 etc. On en reste à des intentions résumées par cette phrase :"on fera de notre mieux pour ne pas avoir 2 degrés de réchauffement climatique". Toujours la même méthode attentiste depuis les années 70.

Quelle est votre position sur le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est un vaste sujet et j'aborde un thème rarement évoqué : je ne suis pas sûr que l'homme soit l'unique responsable de cette situation. En effet, mes études et celles de divers chercheurs dans le Monde montrent qu'il n’y a pas qu’un réchauffement de l'air mais aussi … un cycle de l'eau, moins visible mais bien réel ! Les médias ne l’évoquent que trop rarement préférant laisser le GIEC insister sur le réchauffement de l’air par nos pollutions de gaz à effet de serre. Or il y a le rayonnement solaire et cosmique et le magnétisme qui jouent sur la planète et le réchauffement de l'eau. Cependant ce qui se passe en dessous on n'en parle jamais, sauf dans les études russes qui l'abordent. En effet toutes les planètes du système solaire se sont récemment réchauffées, pourtant aux dernières nouvelles elles ne sont pas habitées par l'homme. Un autre phénomène a donc lieu et inexpliqué à ce jour. On s'en rend bien compte : la banquise ne fond pas qu'en surface mais aussi dessous. Il y a un problème à étudier : la Terre se réchauffe et réchauffe l’eau puis l’air ! Il n’y a pas que la pollution humaine au CO2. Les périodes de réchauffement et de glaciation ont toujours existé même avant l’homme. Toutefois, et indépendamment du réchauffement, lutter contre la pollution est néanmoins une nécessité vitale.
Il faut être clair : on aura beau essayer de faire "moins de 2 degrés", cela ne changera pas fondamentalement les résultats… Les dérèglements sont déjà là. Nous serons obligés de faire migrer une grande partie de ceux qui sont en littoral car ils vont "trinquer". Le nier ou faire l’impasse serait une erreur grave. Il faut donc prendre des mesures pour cela, en plus de la transition énergétique, afin de s’adapter aux nécessités en cours et futures.
Dans l'histoire, les périodes de glaciation et de réchauffement se succèdent. Par exemple, assez récemment, vers 1400-1600 ap JC (en fait dès 1200 jusqu'à environ 1800), il y a eu de grands froids partout, principalement en Europe, et donc beaucoup de famines et de nombreux morts. Aujourd'hui, quand on regarde les courbes, les températures devraient descendre, c'est le résultat des études effectuées par carottes glacières compilant les 850 000 dernières années..
Alors la question est posée : est-ce le CO2 et le méthane qui sont responsables de l'élévation de la température ou bien est-ce l'élévation de la température qui provoque l'augmentation du CO2 ? Personne ne le sait… C'est le paradoxe de l'œuf et de la poule : « Qu'est-ce qui est apparu en premier : l'œuf ou la poule ? »

Alors quelles sont les actions à mener pour réaliser cette fameuse transition énergétique ?
Le problème de la transition énergétique est plus un problème de disponibilité des ressources et de lutte contre les pollutions mortelles que de réchauffement climatique par l’homme.
Pour réussir cette transition, il faut résoudre le problème essentiel, celui des lobbys qui bloquent les évolutions technologiques pour des raisons financières et cupides ! Je dénonce ces influences dans mon livre. Il faut un véritable changement de société ! J'insiste, on ne pourra rien faire sans un changement de société. La corruption qui bloque tout est inadmissible.

Sinon que se passera-t-il ?
On ne sera pas tous morts mais, à l'évidence auront lieu d’énormes inégalités, des famines, une réduction de la population…

Evoquons les nouvelles énergies ? Le gaz de schiste par exemple.
C'est le pire ! En effet, l'exploitation du gaz de schiste lancée aux Etats-Unis pollue énormément les sols et les nappes phréatiques. Les fermiers américains ont de l'eau polluée, chargée de gaz, qui sort des robinets. Les Américains ne s'y retrouvent même pas : cela coûte très cher de l'exploiter et ce n'est même pas rentable !

Il faut donc opter pour les énergies renouvelables ? C'est notre salut ?
L'éolien et le solaire photovoltaïque sont évidemment des énergies à développer mais il y a un hic : elles ne fonctionnent pas en continu ni toujours à pleine puissance et ne génèrent que de l'électricité. Or, on ne se sait pas encore stocker l'électricité… Depuis 20 ans, on cherche la possibilité de garder l'électricité sous la forme d'un mouvement de rotation mais cela n'est pas encore au point à grande échelle. On envisage aussi d’utiliser pompage éolien et photovoltaïque pour remplir nos grands barrages en manque de pluviométrie. En attendant on remet cette électricité sur le réseau national avec grandes pertes et surcoûts.
Il y a cependant d’autres énergies qui commencent à être bien développées en commençant par le bois, l'hydraulique, la géothermie, le solaire thermique, les hydroliennes, l’énergie des vagues, … pour ne parler que des plus évidentes.

Et quel avenir pour le nucléaire ?
La France, comme le Japon et quelques autres pays comme la Russie, les Etats-Unis, l'Angleterre a fait le choix du nucléaire. Le Président De Gaulle savait que le Centrale nucléaire de Blayaischarbon, le pétrole et le gaz étaient des énergies fossiles donc épuisables et il ne souhaitait pas que la France soit dépendante au niveau énergétique. Alors, comme il lui fallait aussi développer la bombe atomique à titre de dissuasion, il a privilégié le nucléaire faisant d’une pierre deux coups. Depuis, l'uranium utilisé provient du Niger (avec prises d'otages voire têtes coupées).
Mais, dans le monde, c'est le charbon qui occupe la plus large place, le nucléaire mondial représentant que 4 % de l'énergie produite (mais 80 % de l'électricité en France).
Vous l'aurez compris, le nucléaire français ne passera pas à la trappe du jour au lendemain, mais nous n'avons pas su créer de la diversité. On est bloqué dans un système qui devient de plus en plus cher et les déchets posent un problème monumental. En effet, l'enfouissement des déchets c'est ouvrir la boite de Pandore. C'est comme si vous mettiez la poussière sous le tapis lorsque vous faites le ménage !
D'autre part, l'Etat s'est engagé dans le développement du projet ASTRID, une centrale qui servirait à nous débarrasser des dangereux stocks de plutonium en les brûlant… un "Superphénix" amélioré ! Un projet aussi difficile à mener à terme que la fusion nucléaire
Alors que faire ? Aux Etats-Unis, ils ont décidé d'étendre la vie d'une centrale jusqu'à 70 ou 80 ans alors qu'on sait qu'une centrale nucléaire vieille de 40 ans présente déjà de gros problèmes de "sénilité" donc de risques ! Pourtant la France a bien envie de faire la même chose que les Américains…
De plus, on a frôlé plusieurs fois la catastrophe nucléaire en France. Il faut le savoir ! En 1969 et 1980, des fusions partielles du cœur de réacteurs ont eu lieu à la centrale de Saint-Laurent-les-Eaux. Et en 1999 la centrale du Blayais a été inondée par la Gironde en crue et le fonctionnement des pompes de refroidissement en a été perturbé jusqu’au niveau de risque de fusion du cœur du réacteur. Je n'invente pas, ces informations sont disponibles sur internet mais, à l'époque, ces incidents ont été relatés très discrètement. Ce fut comme pour le nuage radioactif de Tchernobyl qui n’a jamais traversé notre frontière !... Et bien d’autres incidents sur centrales nucléaires dans le monde avant Fukushima. Mais pouvons nous arrêter tout le nucléaire dès demain ? Ne rêvons pas.

Alors que faire ? On se sent impuissant devant cette situation. Si on pouvait résumer, comment pourrait-on définir la transition énergétique ?
Ce n'est pas uniquement un changement d'énergie pour une autre mais, je le répète,  un véritable changement de société.
En effet tout le monde consomme à outrance même nous les Français ! Evidemment les pays émergeants, à forte population, comme la Chine et l'Inde, ont soif de consommer et veulent évoluer vers notre mode de société. A nous de les aider à utiliser les nouvelles technologies propres et efficaces en restant sobres. Et procédons avec raison dans un esprit sain.

Alors comment faire pour réussir cette transition ?
Des pistes existent : il faut miser sur les énergies renouvelables, abandonner progressivement les énergies fossiles mais en même temps réduire les consommations. Je suis assez proche du courant de pensée du mouvement Negawatt qui prône la sobriété, l'efficacité et le renouvelable.
Il faut donc, pour sortir du nucléaire sale actuel, une approche scientifique mais aussi une approche comportementale.
 En effet, actuellement à peine plus de 10 % de l'électricité est réalisée en France par les énergies renouvelables (solaire et éolienne plus un peu de géothermie). C’est peu et cela n’a que très lentement évolué depuis le choc pétrolier de 1973.
Reste qu'il faut aussi opter pour une croissance intelligente. En effet, actuellement la croissance économique entraine automatiquement une croissance de la consommation d'énergie. Il faut absolument briser cette conséquence, sinon, nous allons droit dans le mur !

François BerguerandVous abordez la transition énergétique mais n'est-ce pas toute la société qui est en "transition" ?
C'est vrai, le monde évolue. De plus en plus souvent, la robotisation coûte moins cher à meilleure productivité et donc provoque inexorablement du chômage ou de l'esclavage. Mais j'ose le dire : cette évolution est normale. Cependant nous pourrions très bien vivre décemment en travaillant moins si certains voyous n’avaient pas mis le monde en esclavage. Notre époque ressemble un peu à la Grèce ancienne ou la Rome ancienne dont le modèle de société a décliné et une autre société a pris le relais. La différence aujourd'hui, c'est que tout va plus vite, l'information notamment. Et les bons ajustements trainent. Mais réjouissons-nous car nous avons cette chance de vivre dans une société qui accélère. Certes, ça défile à une vitesse prodigieuse mais j'en suis sûr, nos enfants seront plus adaptés au changement et je l'espère moins corrompus. Les vieux "restés" honnêtes pourront leur apporter leur expérience… Nos parents ont déjà connu de gros bouleversements comme l'arrivée du téléphone, l'avion, la voiture, la radio, les ordinateurs. Aujourd'hui, un gamin de 2 ans va faire fonctionner un téléphone avant que nous ayons eu le temps de réagir ! Il y a de l’espoir ! Les découvertes s’en viennent aussi. Et nos enfants se souviendront de nos méfaits pour savoir s’en affranchir.

Grand merci à François Berguerand pour toutes ces explications, cet enthousiasme communicatif. Et notre Bessancourtois ne se contente pas d'analyser une situation, il invente des solutions exceptionnelles. Il a déposé quatre brevets qu'il cherche à mettre en production. Nous le retrouverons la semaine prochaine afin qu'il nous présente ses inventions révolutionnaires.
Il se plait aussi à démonter les théories officielles qui ne cadrent plus (voir son livre : "Notre système solaire – Une autre naissance" aux Editions Amalthée du groupe Hachette).
A suivre.

 

Contact François Berguerand :franbed@numericable.fr
Blog : francois-berguerand.com


>> Informations complètes sur les brevets de François Berguerand

>> Les cahiers économiques et cahiers scientifiques de François Berguerand

NOTRE SYSTEME SOLAIRE de François Berguerand"Transition énergétique une vraie nécessité ?" de François Berguerand - Editions Amalthée - 220 pages - 19,5 €

"Notre système solaire – Une autre naissance"  de François Berguerand - Editions Amalthée - 176 pages - 16,3 €

 

 

 


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28