Accueil > Histoire locale > Personnalités locales > Hommage à Lyne Chardonnet, actrice enghiennoise partie trop tôt…
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Hommage à Lyne Chardonnet, actrice enghiennoise partie trop tôt…

Publié le : 06-12-2020

Lyne Chardonnet dans Mon oncle Benjamin (extrait du site BDFF)

Il y a quarante ans, le 11 décembre 1980 disparaissait à Enghien Lyne Chardonnet. Aujourd'hui très peu de monde se souvient de cette actrice qui est morte précocement à 37 ans d'un cancer du foie. Mais sa courte carrière mérite tout de même un coup de projecteur.

Guy Bedos et Lyne Chardonnet dans L'Oeuf (extrait du site BDFF)Si vous survolez la filmographie de Lyne Chardonnet, vous repérez aussitôt le titre de deux films célèbres :  dans "Mayerling" de Térence Young (1968), elle côtoiera Catherine Deneuve en jouant sa sœur et dans "Mon oncle Benjamin" d'Edouard Molinaro (1969), elle interprètera le rôle d'Arabelle, la fille du docteur, amoureuse du vicomte, joué par Bernard Alane. Au départ, c'était Claude Jade qui était pressentie pour le rôle mais celle-ci a préféré le rôle principal du film !
Nous retrouverons aussi Lyne et sa jolie frimousse aux côtés de Roger Hanin dans "Bruno, l'enfant du dimanche" de Louis Grospierre (1968) ou bien du jeune Guy Bedos dans "L'œuf" de Jean Herman
(1971). N'oublions pas non plus qu'elle a donné la réplique à deux monstres sacrés aux caractères bien trempés, Jean Gabin et Louis de Funès, dans "Le tatoué" de Denys de La Patellière. « Je garde un excellent souvenir du tournage de ce film étant donné qu'il est toujours intéressant pour une jeune comédienne d'avoir l'occasion de travailler avec deux personnages aussi exceptionnels. Ils m'ont d'ailleurs tous deux appris beaucoup de choses. Jean Gabin m'a inculqué le sens du professionnalisme lequel n'est pas tellement courant en France. » avait-elle déclaré en 1976 dans la presse magazine.
Lyne est restée modeste tout au long de sa vie car elle était aussi une grande professionnelle. Après des études au Lycée Monod d'Enghien, elle avait rejoint elle Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique où elle a obtenu deux seconds prix de comédie, classique et moderne.
Roger Hanin et Lyne Chardonnet dans Bruno, l'enfant du dimanche (extrait du site BDFF)A la télévision, elle a aussi fait partie des "Gens de Mogador", la célèbre série des années 1970 qui réunissait un casting royal : Marie-Josée Nat, Marie-France Pisier, Brigitte Fossey et Jean-Claude Drouot entre autres.
Ensuite, sa carrière décline et ne fait plus que quelques petites apparitions dans un film de Jacques Demy ("Lady Oscar") ou Jacques Deray ("Trois hommes à abattre").
Côté vie privé, Lyne Chardonnet sera la première épouse de l'écrivain Paul-Loup Sulitzer en se mariant en Angleterre. Le couple divorcera au bout d'un an. Elle aura ensuite une fille avec le metteur en scène Jacques Cortal. Ce dernier rendra enfin hommage à Lyne en 2003 en réalisant le film "Quand je vois le soleil" qui évoque la maladie incurable d'une danseuse interprétée par Marie-Claude Pietragalla.
Aujourd'hui Lyne Chardonnet repose dans le cimetière de Soisy-sous-Montmorency.

Lyne Chardonnet dans Mon oncle Benjamin (extrait du site BDFF)

Il y a quarante ans, le 11 décembre 1980 disparaissait à Enghien Lyne Chardonnet. Aujourd'hui très peu de monde se souvient de cette actrice qui est morte précocement à 37 ans d'un cancer du foie. Mais sa courte carrière mérite tout de même un coup de projecteur.

Guy Bedos et Lyne Chardonnet dans L'Oeuf (extrait du site BDFF)Si vous survolez la filmographie de Lyne Chardonnet, vous repérez aussitôt le titre de deux films célèbres :  dans "Mayerling" de Térence Young (1968), elle côtoiera Catherine Deneuve en jouant sa sœur et dans "Mon oncle Benjamin" d'Edouard Molinaro (1969), elle interprètera le rôle d'Arabelle, la fille du docteur, amoureuse du vicomte, joué par Bernard Alane. Au départ, c'était Claude Jade qui était pressentie pour le rôle mais celle-ci a préféré le rôle principal du film !
Nous retrouverons aussi Lyne et sa jolie frimousse aux côtés de Roger Hanin dans "Bruno, l'enfant du dimanche" de Louis Grospierre (1968) ou bien du jeune Guy Bedos dans "L'œuf" de Jean Herman
(1971). N'oublions pas non plus qu'elle a donné la réplique à deux monstres sacrés aux caractères bien trempés, Jean Gabin et Louis de Funès, dans "Le tatoué" de Denys de La Patellière. « Je garde un excellent souvenir du tournage de ce film étant donné qu'il est toujours intéressant pour une jeune comédienne d'avoir l'occasion de travailler avec deux personnages aussi exceptionnels. Ils m'ont d'ailleurs tous deux appris beaucoup de choses. Jean Gabin m'a inculqué le sens du professionnalisme lequel n'est pas tellement courant en France. » avait-elle déclaré en 1976 dans la presse magazine.
Lyne est restée modeste tout au long de sa vie car elle était aussi une grande professionnelle. Après des études au Lycée Monod d'Enghien, elle avait rejoint elle Conservatoire National Supérieur d'Art Dramatique où elle a obtenu deux seconds prix de comédie, classique et moderne.
Roger Hanin et Lyne Chardonnet dans Bruno, l'enfant du dimanche (extrait du site BDFF)A la télévision, elle a aussi fait partie des "Gens de Mogador", la célèbre série des années 1970 qui réunissait un casting royal : Marie-Josée Nat, Marie-France Pisier, Brigitte Fossey et Jean-Claude Drouot entre autres.
Ensuite, sa carrière décline et ne fait plus que quelques petites apparitions dans un film de Jacques Demy ("Lady Oscar") ou Jacques Deray ("Trois hommes à abattre").
Côté vie privé, Lyne Chardonnet sera la première épouse de l'écrivain Paul-Loup Sulitzer en se mariant en Angleterre. Le couple divorcera au bout d'un an. Elle aura ensuite une fille avec le metteur en scène Jacques Cortal. Ce dernier rendra enfin hommage à Lyne en 2003 en réalisant le film "Quand je vois le soleil" qui évoque la maladie incurable d'une danseuse interprétée par Marie-Claude Pietragalla.
Aujourd'hui Lyne Chardonnet repose dans le cimetière de Soisy-sous-Montmorency.


Déposer un commentaire
4 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Marie paule - Il y a 6 mois
Pensées pour Lyne ce jour on ne t’oublie pas????
Chardonnet PL - Il y a 1 an
Bonjour, je suis le frère de Lyne
Merci à vous d'avoir fait ce poste ;)
Dominique Bareil - Il y a 1 an
Pour avoir eu la fille de Lyne Chardonney en cp à l'école joyeuse avenue de la division Leclerc à Montmorency, le souvenir reste douloureux d'une famille terrassée par la souffrance.
La grand-mère était une femme formidable avec des vues pédagogiques innovantes et positives.
Lyne était une femme qui irradiait et que l'on ne peut oublier.
Merci pour cet article qui redonne vie à cette si belle femme.
BOUSQUET Jean Pierre - Il y a 1 an
Merci François pour cet article, j avais moi même envie d en réaliser un sur elle et le château où elle avait habitée..????????..
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28