Accueil > Histoire locale > Enigmes eaubonnaises > Enigmes eaubonnaises >> Félix Jobbé-Duval, l'invité de l'orangerie du Château de l'Olive.
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Enigmes eaubonnaises >> Félix Jobbé-Duval, l'invité de l'orangerie du Château de l'Olive.

Publié le : 31-05-2020

Paul MorsePaul Morse, historien d'Eaubonne et auteur du livre "Le Petit-Château d'Eaubonne de Ledoux et son parc", nous dévoile, tout au long de l'année, des secrets, des anecdotes qui composent l'histoire de la ville. Ses fameuses "Enigmes eaubonnaises" nous permettent aussi de découvrir des personnalités… exceptionnelles. A déguster sans modération !

 

Félix Jobbé-Duval, l'invité de l'orangerie du Château de l'Olive.

L'Orangerie du Clos de l'Olive à EaubonneQuel promeneur dans Eaubonne, en cheminant rue Cristina-Garcia entre le Conservatoire de la Ville et le centre, en passant devant cette ruine à l’angle de cette rue et la rue Jeanne-Robillon, ne s’est pas demandé à quoi servait ce bâtiment aujourd’hui à l’abandon ?
Peu de gens savent qu’il y a 90 ans, cette ancienne orangerie du Château de l’Olive (l’actuel Conservatoire) est devenu l’atelier d’un artiste-illustrateur bien connu, Félix Jobbé-Duval qui s’y installe en 1931 et y reste jusqu’à son décès en 1961.


Ce coin de terrain est, (pour combien de temps encore ?) complètement en friche. Le lierre et la glycine ont fini d’envahir l’ancienne orangerie, son toit menace ruine, les fenêtres n’ont plus de carreaux depuis longtemps. Le terrain est devenu le royaume des chats du quartier. Fin 2019 le bout de mur qui longeait la rue Cristina-Garcia commençait à s’écrouler. Il fut démoli et remplacé par une ganivelle en bois, ce qui permet de mieux voir ce qui se passe à l’intérieur de la propriété.

Félix Jobbé-DuvalC’est l’ancien banquier et citoyen suisse, Jules Frédéric Marcuard, propriétaire alors du Clos de l’Olive, qui recevait ses nombreux invités, écrivains ou artistes, dans son château dont l’orangerie était une dépendance. Après son décès en 1909, sa fille Hélène continue la tradition avec son mari l’écrivain Guy de Portalès. Parmi leurs invités figurait Félix Jobbé-Duval, illustrateur issu d’une famille de peintres et d’architectes renommés. Après s’être spécialisé dans l’illustration de livres pour enfants (ouvrages de la comtesse de Ségur aux éditions Casterman), il fut aussi l’illustrateur attitré de revues enfantines comme "Fillette", "le Pêle-Mêle", "Premières lectures", "Ma poupée", "Enfants de France", "Cri-Cri", "l’Almanach du Pèlerin"…
Il demande alors aux Marcuard de pouvoir s’installer dans cette orangerie pour en faire son atelier.

Retrouvons le récit complet sur l'installation de Félix Jobbé-Duval à Eaubonne.
> personnalités eaubonnaises > 13) Félix-Pol Jobbé-Duval

Vous pouvez aussi retrouver les précédentes énigmes eaubonnaises de Paul Morse >> enigmes eaubonnaises.





Paul MorsePaul Morse, historien d'Eaubonne et auteur du livre "Le Petit-Château d'Eaubonne de Ledoux et son parc", nous dévoile, tout au long de l'année, des secrets, des anecdotes qui composent l'histoire de la ville. Ses fameuses "Enigmes eaubonnaises" nous permettent aussi de découvrir des personnalités… exceptionnelles. A déguster sans modération !

 

Félix Jobbé-Duval, l'invité de l'orangerie du Château de l'Olive.

L'Orangerie du Clos de l'Olive à EaubonneQuel promeneur dans Eaubonne, en cheminant rue Cristina-Garcia entre le Conservatoire de la Ville et le centre, en passant devant cette ruine à l’angle de cette rue et la rue Jeanne-Robillon, ne s’est pas demandé à quoi servait ce bâtiment aujourd’hui à l’abandon ?
Peu de gens savent qu’il y a 90 ans, cette ancienne orangerie du Château de l’Olive (l’actuel Conservatoire) est devenu l’atelier d’un artiste-illustrateur bien connu, Félix Jobbé-Duval qui s’y installe en 1931 et y reste jusqu’à son décès en 1961.


Ce coin de terrain est, (pour combien de temps encore ?) complètement en friche. Le lierre et la glycine ont fini d’envahir l’ancienne orangerie, son toit menace ruine, les fenêtres n’ont plus de carreaux depuis longtemps. Le terrain est devenu le royaume des chats du quartier. Fin 2019 le bout de mur qui longeait la rue Cristina-Garcia commençait à s’écrouler. Il fut démoli et remplacé par une ganivelle en bois, ce qui permet de mieux voir ce qui se passe à l’intérieur de la propriété.

Félix Jobbé-DuvalC’est l’ancien banquier et citoyen suisse, Jules Frédéric Marcuard, propriétaire alors du Clos de l’Olive, qui recevait ses nombreux invités, écrivains ou artistes, dans son château dont l’orangerie était une dépendance. Après son décès en 1909, sa fille Hélène continue la tradition avec son mari l’écrivain Guy de Portalès. Parmi leurs invités figurait Félix Jobbé-Duval, illustrateur issu d’une famille de peintres et d’architectes renommés. Après s’être spécialisé dans l’illustration de livres pour enfants (ouvrages de la comtesse de Ségur aux éditions Casterman), il fut aussi l’illustrateur attitré de revues enfantines comme "Fillette", "le Pêle-Mêle", "Premières lectures", "Ma poupée", "Enfants de France", "Cri-Cri", "l’Almanach du Pèlerin"…
Il demande alors aux Marcuard de pouvoir s’installer dans cette orangerie pour en faire son atelier.

Retrouvons le récit complet sur l'installation de Félix Jobbé-Duval à Eaubonne.
> personnalités eaubonnaises > 13) Félix-Pol Jobbé-Duval

Vous pouvez aussi retrouver les précédentes énigmes eaubonnaises de Paul Morse >> enigmes eaubonnaises.





Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Enigmes eaubonnaises"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28