Accueil > Solidarité > Actions solidaires > De nombreuses associations se mobilisent pour un grand rassemblement à Eaubonne contre le refus de la misère.
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

De nombreuses associations se mobilisent pour un grand rassemblement à Eaubonne contre le refus de la misère.

Publié le : 06-10-2014

JOURNEE REFUS DE LA MISEREGrand rassemblement à Eaubonne! En effet, les délégations départementales d’ATD Quart Monde, Amnesty International, le Secours Catholique, le CCFD-Terre solidaire, l’ASET95 et La Case de Villiers-le-Bel, avec le soutien de la ville d’Eaubonne, organisent un grand événement de rencontres et d'échanges festifs pour appeler à unir nos forces contre la pauvreté dans le monde, en France mais aussi au plus près de nous dans le Val d’Oise.

Geneviève Hottois, membre d'ATD Quart Monde au sein du collectif "17 octobre en Val d'Oise", nous explique la démarche de cet événement :
« Depuis 1992, le 17 octobre est déclaré Journée mondiale du refus de la misère par l’ONU.
Dans ce cadre, le samedi 11 octobre 2014, des associations valdoisiennes proposent un rassemblement placé RASSEMBLEMENT à EAUBONNEsur le thème « Ensemble vers un monde sans discrimination ; Combattre nos préjugés, c’est combattre la pauvreté ». Il sera centré sur les témoignages et la parole des personnes qui connaissent au quotidien l’exclusion et la pauvreté.
Espaces de débats, animations ludiques et festives, expositions, ateliers, jeux seront proposés pour s’interroger sur ce que peut faire chaque citoyen pour combattre les préjugés, en particulier les enfants et les jeunes. »

Samedi 11 octobre 2014 de 14h à 18h - Place du 11 novembre, parvis de la médiathèque Maurice Genevoix (ou à la salle de l'Orangerie en cas d'intempérie) Eaubonne – entrée libre.

 

Bonus : zoom sur le Père Joseph Wresinski (1917-1988), initiateur de cette journée  du 17 octobre (extrait du site internet refuserlamisere.org)

PERE JOSEPH WRESINSKIA l’origine de cette journée, un homme qui a vécu l’extrême pauvreté

Né d’un père polonais et d’une mère espagnole, le 12 février 1917, l’enfant Joseph Wresinski grandit dans un foyer très pauvre à Angers, France. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1946, à Soissons. Curé dans des paroisses ouvrières et rurales, pendant dix ans, dans le département de l’Aisne, son évêque lui propose en 1956 de rejoindre un camp de sans-logis, à Noisy-le-Grand (région parisienne).

Le 14 juillet 1956, il rejoint les 252 familles rassemblées dans le camp des sans-logis. Il y éprouve un véritable choc. "Ce jour-là, je suis entré dans le malheur", écrira-t-il plus tard. Désormais, il consacrera toute son énergie à faire reconnaître ce peuple en quête de dignité, un peuple avec une pensée et une expérience uniques, indispensables à la société. "J’ai été hanté par l’idée que jamais ces familles ne sortiraient de la misère aussi longtemps qu’elles ne seraient pas accueillies dans leur ensemble, en tant que peuple, là où débattaient les autres hommes. Je me suis promis que si je restais, je ferais en sorte que ces familles puissent gravir les marches du Vatican, de l’Elysée, de l’ONU..."

A Noisy-le-Grand, il proposera aux familles de créer un jardin d’enfants et une bibliothèque. "Ce n’est pas tellement de nourriture, de vêtements qu’avaient besoin tous ces gens, mais de dignité, de ne plus dépendre du bon vouloir des autres." Une chapelle, un atelier pour les jeunes et les adultes, une laverie, un salon d’esthétique pour les femmes vont être réalisés peu à peu. Avec les familles vivant à Noisy-le-Grand, le père Joseph Wresinski créera une association qui deviendra "Aide à Toute Détresse" (ATD). Une certitude anime le père Joseph Wresinski : "La misère est l’œuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire."

Des hommes et des femmes de tous horizons le rejoignent peu à peu. Certains, venant de nombreux pays, choisissent d’engager leur avenir avec les plus pauvres. Ainsi nait le volontariat permanent du Mouvement ATD Quart Monde. Membre du Conseil économique et social de la République française à partir de 1979, le père Joseph Wresinski rédigera un Rapport aux répercussions sociales et politiques importantes à travers l’Europe et dans le monde. Ce rapport intitulé "Grande pauvreté et précarité économique et sociale" est adopté le 11 février 1987. Pour la première fois, le peuple du Quart Monde s’exprime officiellement par la voix de l’un des siens. Le rapport reconnaît la misère comme une violation des droits de l’homme. Il est proclamé qu’il n’est pas possible de supprimer la grande pauvreté sans associer d’emblée les plus pauvres comme partenaires.

REFUS DE LA MISEREQuelques mois plus tard, le 17 octobre 1987, à Paris, répondant à l’appel du père Joseph Wresinski, plus de 100 000 personnes expriment la nécessité de s’unir pour faire respecter les droits de l’homme en se rassemblant autour du parvis du Trocadéro à Paris, à l’endroit où fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. A cette occasion, une dalle affirmant que les plus pauvres sont les créateurs d’une humanité fraternelle, a été gravés. On peut y lire l’appel du père Joseph : "Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré". Ce rassemblement a institué le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère. Cette journée a été reconnue officiellement par les Nations Unies le 22 décembre 1992.

Le 14 février 1988, le père Joseph Wresinski décède. Il est inhumé à Méry-sur-Oise (Val d’Oise, France), où se trouve le centre international du Mouvement ATD Quart Monde. Son nom est désormais lié à la libération des plus pauvres dont il a été durant toute sa vie un authentique représentant. La Maison Joseph Wresinski de Baillet-en-France (Val d’Oise, France) rassemble l’ensemble de ses publications et écrits et contribue à répandre son message à travers le monde.

JOURNEE REFUS DE LA MISEREGrand rassemblement à Eaubonne! En effet, les délégations départementales d’ATD Quart Monde, Amnesty International, le Secours Catholique, le CCFD-Terre solidaire, l’ASET95 et La Case de Villiers-le-Bel, avec le soutien de la ville d’Eaubonne, organisent un grand événement de rencontres et d'échanges festifs pour appeler à unir nos forces contre la pauvreté dans le monde, en France mais aussi au plus près de nous dans le Val d’Oise.

Geneviève Hottois, membre d'ATD Quart Monde au sein du collectif "17 octobre en Val d'Oise", nous explique la démarche de cet événement :
« Depuis 1992, le 17 octobre est déclaré Journée mondiale du refus de la misère par l’ONU.
Dans ce cadre, le samedi 11 octobre 2014, des associations valdoisiennes proposent un rassemblement placé RASSEMBLEMENT à EAUBONNEsur le thème « Ensemble vers un monde sans discrimination ; Combattre nos préjugés, c’est combattre la pauvreté ». Il sera centré sur les témoignages et la parole des personnes qui connaissent au quotidien l’exclusion et la pauvreté.
Espaces de débats, animations ludiques et festives, expositions, ateliers, jeux seront proposés pour s’interroger sur ce que peut faire chaque citoyen pour combattre les préjugés, en particulier les enfants et les jeunes. »

Samedi 11 octobre 2014 de 14h à 18h - Place du 11 novembre, parvis de la médiathèque Maurice Genevoix (ou à la salle de l'Orangerie en cas d'intempérie) Eaubonne – entrée libre.

 

Bonus : zoom sur le Père Joseph Wresinski (1917-1988), initiateur de cette journée  du 17 octobre (extrait du site internet refuserlamisere.org)

PERE JOSEPH WRESINSKIA l’origine de cette journée, un homme qui a vécu l’extrême pauvreté

Né d’un père polonais et d’une mère espagnole, le 12 février 1917, l’enfant Joseph Wresinski grandit dans un foyer très pauvre à Angers, France. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1946, à Soissons. Curé dans des paroisses ouvrières et rurales, pendant dix ans, dans le département de l’Aisne, son évêque lui propose en 1956 de rejoindre un camp de sans-logis, à Noisy-le-Grand (région parisienne).

Le 14 juillet 1956, il rejoint les 252 familles rassemblées dans le camp des sans-logis. Il y éprouve un véritable choc. "Ce jour-là, je suis entré dans le malheur", écrira-t-il plus tard. Désormais, il consacrera toute son énergie à faire reconnaître ce peuple en quête de dignité, un peuple avec une pensée et une expérience uniques, indispensables à la société. "J’ai été hanté par l’idée que jamais ces familles ne sortiraient de la misère aussi longtemps qu’elles ne seraient pas accueillies dans leur ensemble, en tant que peuple, là où débattaient les autres hommes. Je me suis promis que si je restais, je ferais en sorte que ces familles puissent gravir les marches du Vatican, de l’Elysée, de l’ONU..."

A Noisy-le-Grand, il proposera aux familles de créer un jardin d’enfants et une bibliothèque. "Ce n’est pas tellement de nourriture, de vêtements qu’avaient besoin tous ces gens, mais de dignité, de ne plus dépendre du bon vouloir des autres." Une chapelle, un atelier pour les jeunes et les adultes, une laverie, un salon d’esthétique pour les femmes vont être réalisés peu à peu. Avec les familles vivant à Noisy-le-Grand, le père Joseph Wresinski créera une association qui deviendra "Aide à Toute Détresse" (ATD). Une certitude anime le père Joseph Wresinski : "La misère est l’œuvre des hommes, seuls les hommes peuvent la détruire."

Des hommes et des femmes de tous horizons le rejoignent peu à peu. Certains, venant de nombreux pays, choisissent d’engager leur avenir avec les plus pauvres. Ainsi nait le volontariat permanent du Mouvement ATD Quart Monde. Membre du Conseil économique et social de la République française à partir de 1979, le père Joseph Wresinski rédigera un Rapport aux répercussions sociales et politiques importantes à travers l’Europe et dans le monde. Ce rapport intitulé "Grande pauvreté et précarité économique et sociale" est adopté le 11 février 1987. Pour la première fois, le peuple du Quart Monde s’exprime officiellement par la voix de l’un des siens. Le rapport reconnaît la misère comme une violation des droits de l’homme. Il est proclamé qu’il n’est pas possible de supprimer la grande pauvreté sans associer d’emblée les plus pauvres comme partenaires.

REFUS DE LA MISEREQuelques mois plus tard, le 17 octobre 1987, à Paris, répondant à l’appel du père Joseph Wresinski, plus de 100 000 personnes expriment la nécessité de s’unir pour faire respecter les droits de l’homme en se rassemblant autour du parvis du Trocadéro à Paris, à l’endroit où fut signée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. A cette occasion, une dalle affirmant que les plus pauvres sont les créateurs d’une humanité fraternelle, a été gravés. On peut y lire l’appel du père Joseph : "Là où des hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré". Ce rassemblement a institué le 17 octobre, Journée mondiale du refus de la misère. Cette journée a été reconnue officiellement par les Nations Unies le 22 décembre 1992.

Le 14 février 1988, le père Joseph Wresinski décède. Il est inhumé à Méry-sur-Oise (Val d’Oise, France), où se trouve le centre international du Mouvement ATD Quart Monde. Son nom est désormais lié à la libération des plus pauvres dont il a été durant toute sa vie un authentique représentant. La Maison Joseph Wresinski de Baillet-en-France (Val d’Oise, France) rassemble l’ensemble de ses publications et écrits et contribue à répandre son message à travers le monde.

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Actions solidaires"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Actions solidaires"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28