Accueil > Histoire locale > Ciné-patrimoine > Ciné-patrimoine : Jacques Demy et Gilles Grangier filment furtivement le lac, le casino et l'hippodrome d'Enghien !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Ciné-patrimoine : Jacques Demy et Gilles Grangier filment furtivement le lac, le casino et l'hippodrome d'Enghien !

Publié le : 14-06-2021

extrait de  Baie des anges de Jacques Demy
Ciné-patrimoine Claude Schwab, ermontois et cinéphile invétéré, nous invite à découvrir les célèbres films tournés dans notre Vallée de Montmorency.
Aujourd'hui, il évoque "La baie des anges" de Jacques Demy et "Le gentleman d'Epsom" de Gilles Grangier où les deux réalisateurs ont filmé furtivement le lac, le casino et l'hippodrome d'Enghien.


extrait de  Baie des anges de Jacques DemyAujourd'hui je vous invite à jouer avec moi... mais attention jouer comporte des risques (et les protagonistes des deux films que nous allons évoquer pourraient en témoigner !!).
Allons d'abord au Casino d'Enghien : nous sommes au tout début de la "Baie des Anges", un film que Jacques Demy réalise en 1962, juste avant les célèbres "Parapluies de Cherbourg" et les non moins célèbres "Demoiselles de Rochefort". Jean Fournier (Claude Mann), un jeune employé de banque, est séduit par les propos de son collègue Caron (Paul Guers) : obtenir beaucoup d'argent en une seule soirée, c'est simple comme bonjour, on peut gagner "six mois de salaire en une heure" en allant jouer à la roulette au casino d'Enghien... Vous avez remarqué que le nom du tentateur n'est sûrement pas un hasard : Caron, c'est le passeur des Enfers ! (ne parle-t-on pas de l'enfer du jeu ? c'est sur les rives de cet enfer que Jean va accoster !). Et le malheur de Jean, c'est qu'il va gagner beaucoup d'argent ce premier soir, bouleverser ses projets de vacances et renoncer au séjour chez son oncle dans le Loiret au profit de Nice, de Cannes, de Monte Carlo...et de leurs casinos ! Il y rencontrera Jackie (Jeanne Moreau) et connaitra avec elle des hauts et des (très) bas, au gré des caprices de la petite bille d'ivoire.
extrait de  Baie des anges de Jacques DemySi vous revoyez le film en espérant (re)découvrir Enghien tel qu'il était dans les années 60, vous risquez d'être fortement déçus : en effet nous ne voyons la ville que très fugitivement grâce à 2 plans qu'il ne faut donc surtout pas rater ! mais la "Baie des Anges" a bien d'autres charmes : la musique  de Michel Legrand, la photo de Jean Rabier (notamment le formidable travelling arrière sur la Promenade des Anglais qui ouvre le film), le jeu étonnant de Jeanne Moreau qui est éblouissante dans les robes noires et/ou blanches de Pierre Cardin avec son boa et son porte cigarette...

Progressons d'une station de train et gagnons l'hippodrome de Soisy pour y retrouver Richard Briand-Charmery dit le Commandant (Jean Gabin) dans un film de Gilles Grangier "Le Gentleman d'Epsom" (1962). Le Commandant ("commandant de tout", dira respectueusement un de ses admirateurs) habite une modeste pension de famille, mais joue les grands seigneurs sur les champs de courses en escroquant sans scrupules les parieurs naïfs qui croient dur comme fer en ses "increvables " tuyaux : en fait, comme le dit justement son beau-frère (Jean Martinelli), il accumule surtout "les Berezina hippiques et les Waterloo chevalins" (on reconnait aisément la patte de Michel Audiard dialoguiste).
extrait Le Gentleman d'Epsom de Gilles GrangierAprès avoir arpenté au début du film l'hippodrome de Longchamp, nous retrouvons notre Commandant sur celui d'Enghien : ne manquez surtout pas l'arrivée du train en gare de Champ de Courses avec la locomotive à vapeur et de très anciens wagons qui appartiennent résolument à une autre époque.
La situation de Richard (qui mérite mal son prénom !) est à ce moment tellement dégradée qu'il se voit contraint de jouer les barons au bonneteau pour pouvoir acheter le ticket d'entrée sur l'hippodrome. Nouvelle déconvenue avec la onzième place de Centurion (qui devait évidemment gagner haut la patte !) ; heureusement un turfiste compatissant lui prête de quoi parier sur Jolie Môme...qui remporte sa course ! "Les choses finissent toujours par rentrer dans l'ordre" philosophera le Gentleman d'Epsom à la fin du film...mais auparavant nous l'accompagnerons encore à Chantilly pour le prix de Diane (commenté par Léon Zitrone soi-même !) et à Auteuil où il grugera le naïf restaurateur Ripeux, interprété magistralement par Louis de Funès.
Les jeux sont faits ? Rien ne va plus !

affiches Baie des anges - Gentleman d'Epsom

 

> Bande annonce de "La baie des anges" de Jacques Demy

> Bande annonce du "Gentleman d'Epsom" de Gilles Grangier

extrait de  Baie des anges de Jacques Demy
Ciné-patrimoine Claude Schwab, ermontois et cinéphile invétéré, nous invite à découvrir les célèbres films tournés dans notre Vallée de Montmorency.
Aujourd'hui, il évoque "La baie des anges" de Jacques Demy et "Le gentleman d'Epsom" de Gilles Grangier où les deux réalisateurs ont filmé furtivement le lac, le casino et l'hippodrome d'Enghien.


extrait de  Baie des anges de Jacques DemyAujourd'hui je vous invite à jouer avec moi... mais attention jouer comporte des risques (et les protagonistes des deux films que nous allons évoquer pourraient en témoigner !!).
Allons d'abord au Casino d'Enghien : nous sommes au tout début de la "Baie des Anges", un film que Jacques Demy réalise en 1962, juste avant les célèbres "Parapluies de Cherbourg" et les non moins célèbres "Demoiselles de Rochefort". Jean Fournier (Claude Mann), un jeune employé de banque, est séduit par les propos de son collègue Caron (Paul Guers) : obtenir beaucoup d'argent en une seule soirée, c'est simple comme bonjour, on peut gagner "six mois de salaire en une heure" en allant jouer à la roulette au casino d'Enghien... Vous avez remarqué que le nom du tentateur n'est sûrement pas un hasard : Caron, c'est le passeur des Enfers ! (ne parle-t-on pas de l'enfer du jeu ? c'est sur les rives de cet enfer que Jean va accoster !). Et le malheur de Jean, c'est qu'il va gagner beaucoup d'argent ce premier soir, bouleverser ses projets de vacances et renoncer au séjour chez son oncle dans le Loiret au profit de Nice, de Cannes, de Monte Carlo...et de leurs casinos ! Il y rencontrera Jackie (Jeanne Moreau) et connaitra avec elle des hauts et des (très) bas, au gré des caprices de la petite bille d'ivoire.
extrait de  Baie des anges de Jacques DemySi vous revoyez le film en espérant (re)découvrir Enghien tel qu'il était dans les années 60, vous risquez d'être fortement déçus : en effet nous ne voyons la ville que très fugitivement grâce à 2 plans qu'il ne faut donc surtout pas rater ! mais la "Baie des Anges" a bien d'autres charmes : la musique  de Michel Legrand, la photo de Jean Rabier (notamment le formidable travelling arrière sur la Promenade des Anglais qui ouvre le film), le jeu étonnant de Jeanne Moreau qui est éblouissante dans les robes noires et/ou blanches de Pierre Cardin avec son boa et son porte cigarette...

Progressons d'une station de train et gagnons l'hippodrome de Soisy pour y retrouver Richard Briand-Charmery dit le Commandant (Jean Gabin) dans un film de Gilles Grangier "Le Gentleman d'Epsom" (1962). Le Commandant ("commandant de tout", dira respectueusement un de ses admirateurs) habite une modeste pension de famille, mais joue les grands seigneurs sur les champs de courses en escroquant sans scrupules les parieurs naïfs qui croient dur comme fer en ses "increvables " tuyaux : en fait, comme le dit justement son beau-frère (Jean Martinelli), il accumule surtout "les Berezina hippiques et les Waterloo chevalins" (on reconnait aisément la patte de Michel Audiard dialoguiste).
extrait Le Gentleman d'Epsom de Gilles GrangierAprès avoir arpenté au début du film l'hippodrome de Longchamp, nous retrouvons notre Commandant sur celui d'Enghien : ne manquez surtout pas l'arrivée du train en gare de Champ de Courses avec la locomotive à vapeur et de très anciens wagons qui appartiennent résolument à une autre époque.
La situation de Richard (qui mérite mal son prénom !) est à ce moment tellement dégradée qu'il se voit contraint de jouer les barons au bonneteau pour pouvoir acheter le ticket d'entrée sur l'hippodrome. Nouvelle déconvenue avec la onzième place de Centurion (qui devait évidemment gagner haut la patte !) ; heureusement un turfiste compatissant lui prête de quoi parier sur Jolie Môme...qui remporte sa course ! "Les choses finissent toujours par rentrer dans l'ordre" philosophera le Gentleman d'Epsom à la fin du film...mais auparavant nous l'accompagnerons encore à Chantilly pour le prix de Diane (commenté par Léon Zitrone soi-même !) et à Auteuil où il grugera le naïf restaurateur Ripeux, interprété magistralement par Louis de Funès.
Les jeux sont faits ? Rien ne va plus !

affiches Baie des anges - Gentleman d'Epsom

 

> Bande annonce de "La baie des anges" de Jacques Demy

> Bande annonce du "Gentleman d'Epsom" de Gilles Grangier

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Ciné-patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Ciné-patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28