Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Ciné-patrimoine : cambriolage d'un hôtel particulier à Saint-Gratien !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Ciné-patrimoine : cambriolage d'un hôtel particulier à Saint-Gratien !

Publié le : 08-02-2021

Hotel particulier à Saint-Gratien (décor du

Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleCiné-patrimoine : nouveau rendez-vous avec Claude Schwab, ermontois et cinéphile invétéré. Il nous invite à découvrir les célèbres films tournés dans notre Vallée de Montmorency.
Aujourd'hui, il évoque le célèbre film de Jean-Pierre Melville "Le doulos" dont une scène importante a été tournée à Saint-Gratien !

"Dans "Le Doulos", réalisé en 1962, une seule scène se déroule dans le Val d'Oise : celle du cambriolage d'un hôtel particulier très cossu.
Dans la fiction le casse a lieu à Neuilly, très précisément 86 avenue du Général Grenier. Mais non seulement cette rue n'existe pas à Neuilly, mais la scène a été tournée à Saint Gratien, à la limite d'Enghien et de Soisy sous Montmorency : il s'agit bel et bien du grand hôtel particulier qui se trouve au 92 de l'avenue de Ceinture, à l'angle de l'avenue du Petit Lac.
Petite tromperie pour le spectateur, mais vérités et mensonges n'est-ce pas là le sujet du film ? N'oublions pas la phrase empruntée à Céline et placée par Melville en exergue dès le générique : "Il faut choisir...Mourir...ou Mentir".
Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleEn blousons et baskets, avec le parfait attirail de monte-en-l'air chevronnés, Maurice Faugel (Serge Reggiani) et Rémy(Philippe Nahon, comédien décédé en avril 2020) neutralisent sans coup férir le vieux gardien de la villa, bloquent le chien jappeur dans la salle de bains et se mettent au travail : le coffre ne devrait pas poser de problème à un "perceur" expérimenté comme Rémy ! Hélas pour eux, la police a été prévenue (l'identité du dénonciateur nous sera révélée un peu plus tard). S'ensuit une fusillade à quelques hectomètres de la maison visitée, fusillade au cours de laquelle Rémy et l'inspecteur Salignari (Daniel Crohem) trouvent la mort.
Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleNous ne sommes plus avenue de Ceinture, mais "dans la première à gauche" en sortant de la villa : avenue du Petit Lac. Se venger de l'indic (du "doulos"), tel sera désormais le credo de Faugel-Reggiani mais des surprises l'attendent !

Evidemment en presque 60 ans, notre hôtel particulier a subi quelques transformations : un nouveau pavillon a été construit, agrandissant considérablement la surface habitable, l'escalier extérieur a été totalement repensé, une balustrade a été ajoutée dans le jardin, mais on reconnaît sans peine la façade principale, le parc et la longue grille qui court sur une bonne centaine de mètres face au lac d'Enghien.

Affiche Le DoulosJe ne peux que vous conseiller de revoir ce film sans tenir compte de ce que son réalisateur déclarait à Rui Noguera ("Le cinéma selon Jean Pierre Melville") : « "Le Doulos" est un film très compliqué, très difficile à comprendre, car j'ai retourné deux fois les situations qui étaient dans le roman (une Série noire de Pierre Lesou) ». Votre attention sera récompensée : il y a dans l'interprétation outre Reggiani, Jean-Paul Belmondo qui adopte un jeu tout en retenue (le fameux "underplay"), calqué sur certains grands acteurs américains (Humphrey Bogart au premier chef), il y a les décors qui ressemblent à ceux des grands films noirs hollywoodiens, il y a la superbe photo noir et blanc de Nicolas Hayer (le générique notamment avec Reggiani marchant dans la rue Watt est un travelling d'anthologie), il y a quelques dialogues cultes ("Salut les hommes et tant pis si je me trompe " phrase prononcée par le même Reggiani quand il pénètre dans la cellule de la prison) et il y a donc....Saint Gratien !

Hotel particulier à Saint-Gratien (décor du

Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleCiné-patrimoine : nouveau rendez-vous avec Claude Schwab, ermontois et cinéphile invétéré. Il nous invite à découvrir les célèbres films tournés dans notre Vallée de Montmorency.
Aujourd'hui, il évoque le célèbre film de Jean-Pierre Melville "Le doulos" dont une scène importante a été tournée à Saint-Gratien !

"Dans "Le Doulos", réalisé en 1962, une seule scène se déroule dans le Val d'Oise : celle du cambriolage d'un hôtel particulier très cossu.
Dans la fiction le casse a lieu à Neuilly, très précisément 86 avenue du Général Grenier. Mais non seulement cette rue n'existe pas à Neuilly, mais la scène a été tournée à Saint Gratien, à la limite d'Enghien et de Soisy sous Montmorency : il s'agit bel et bien du grand hôtel particulier qui se trouve au 92 de l'avenue de Ceinture, à l'angle de l'avenue du Petit Lac.
Petite tromperie pour le spectateur, mais vérités et mensonges n'est-ce pas là le sujet du film ? N'oublions pas la phrase empruntée à Céline et placée par Melville en exergue dès le générique : "Il faut choisir...Mourir...ou Mentir".
Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleEn blousons et baskets, avec le parfait attirail de monte-en-l'air chevronnés, Maurice Faugel (Serge Reggiani) et Rémy(Philippe Nahon, comédien décédé en avril 2020) neutralisent sans coup férir le vieux gardien de la villa, bloquent le chien jappeur dans la salle de bains et se mettent au travail : le coffre ne devrait pas poser de problème à un "perceur" expérimenté comme Rémy ! Hélas pour eux, la police a été prévenue (l'identité du dénonciateur nous sera révélée un peu plus tard). S'ensuit une fusillade à quelques hectomètres de la maison visitée, fusillade au cours de laquelle Rémy et l'inspecteur Salignari (Daniel Crohem) trouvent la mort.
Issu du film le Doulos de Jean-Pierre MelvilleNous ne sommes plus avenue de Ceinture, mais "dans la première à gauche" en sortant de la villa : avenue du Petit Lac. Se venger de l'indic (du "doulos"), tel sera désormais le credo de Faugel-Reggiani mais des surprises l'attendent !

Evidemment en presque 60 ans, notre hôtel particulier a subi quelques transformations : un nouveau pavillon a été construit, agrandissant considérablement la surface habitable, l'escalier extérieur a été totalement repensé, une balustrade a été ajoutée dans le jardin, mais on reconnaît sans peine la façade principale, le parc et la longue grille qui court sur une bonne centaine de mètres face au lac d'Enghien.

Affiche Le DoulosJe ne peux que vous conseiller de revoir ce film sans tenir compte de ce que son réalisateur déclarait à Rui Noguera ("Le cinéma selon Jean Pierre Melville") : « "Le Doulos" est un film très compliqué, très difficile à comprendre, car j'ai retourné deux fois les situations qui étaient dans le roman (une Série noire de Pierre Lesou) ». Votre attention sera récompensée : il y a dans l'interprétation outre Reggiani, Jean-Paul Belmondo qui adopte un jeu tout en retenue (le fameux "underplay"), calqué sur certains grands acteurs américains (Humphrey Bogart au premier chef), il y a les décors qui ressemblent à ceux des grands films noirs hollywoodiens, il y a la superbe photo noir et blanc de Nicolas Hayer (le générique notamment avec Reggiani marchant dans la rue Watt est un travelling d'anthologie), il y a quelques dialogues cultes ("Salut les hommes et tant pis si je me trompe " phrase prononcée par le même Reggiani quand il pénètre dans la cellule de la prison) et il y a donc....Saint Gratien !

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
2 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Carlsen - Il y a 29 jours
Excellent article. Merci !
capelle - Il y a 29 jours
Chapeau !
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28