Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Arrivée du chemin de fer dans la Vallée de Montmorency : premières récriminations des habitants !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Arrivée du chemin de fer dans la Vallée de Montmorency : premières récriminations des habitants !

Publié le : 22-10-2020

Gare de Cernay - Ermont

SÉRIE "Le chemin de fer dans la Vallée de Montmorency"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2020-2021 de revivre l'arrivée du chemin de fer dans notre chère Vallée de Montmorency. Cet événement va bouleverser la vie quotidienne des habitants.
Aujourd'hui, revenons sur l'accueil mitigé des villageois envers la circulation des trains.

La présence du chemin de fer dans notre vallée recèle de très nombreux avantages et facilite notre mobilité quotidienne. Mais si nous nous replaçons 130 ans auparavant, l'ambiance n'était pas la même. La circulation régulière des trains n'a pas fait que des heureux et accepter ce "modernisme" n'a pas été si évident.
Gare de Franconville vers 1900Tout d'abord, n'oublions pas que les villages n'étaient pas très peuplés à la fin du XIXe siècle et, sans cette liaison vers la Belgique devant passer par la vallée de Montmorency, la région n'aurait pas été prioritaire dans le déploiement du chemin de fer.
Alors quelles ont été les réactions des habitants ? Tout d'abord, ils ont souligné le bruit et la pollution apportés par les trains puis ont déploré les villes "coupées en deux". Quant aux agriculteurs, ils ont déploré la perte de d'une partie de leur terrain et l'abattage rapide d'arbres fruitiers. A Franconville, on aurait même fait appel à des lanciers pour sécuriser les travaux en 1843.
Enfin, impossible de faire l'impasse sur les journées révolutionnaires de 1848 qui ont provoqué la chute du roi Louis-Philippe et l'avènement de la IIe République avec Napoléon III. En juin, les détracteurs du chemin de fer ont profité de la révolte des ouvriers parisiens pour saccager de nombreuses gares. Parmi les émeutiers qui ont détruit les gares d'Enghien, Ermont, Franconville et Herblay, certains auraient relevé la présence d'agriculteurs de la Vallée de Montmorency.
Mais ces événements n'ont pas empêché l'essor inexorable du chemin de fer dans la Vallée et un afflux régulier de nouveaux habitants dans la Vallée de Montmorency.

L'évolution des chemins de fer a ensuite été rapide. Les trains ont pu finalement rejoindre la Belgique en passant par Creil et ainsi la ligne Paris-Pontoise est devenue juste une ligne de banlieue qui a offert la possibilité de rejoindre la capitale rapidement.
Premier pavillon en pierres en 1866 peu avant sa démolition (wikipedia)C'est le moment d'évoquer aussi "les trains de légumes" qui ont rendu service aux nombreux maraichers de la région. Au lieu d'emmener leurs produits aux Halles en carriole, ils pouvaient bénéficier du transport en train et par la suite du "camionnage" de la gare du Nord jusqu'aux Halles. Une révolution pour les producteurs de la région !

A suivre.



Gare de Cernay - Ermont

SÉRIE "Le chemin de fer dans la Vallée de Montmorency"
Le Journal de François vous propose tout au long de cette saison 2020-2021 de revivre l'arrivée du chemin de fer dans notre chère Vallée de Montmorency. Cet événement va bouleverser la vie quotidienne des habitants.
Aujourd'hui, revenons sur l'accueil mitigé des villageois envers la circulation des trains.

La présence du chemin de fer dans notre vallée recèle de très nombreux avantages et facilite notre mobilité quotidienne. Mais si nous nous replaçons 130 ans auparavant, l'ambiance n'était pas la même. La circulation régulière des trains n'a pas fait que des heureux et accepter ce "modernisme" n'a pas été si évident.
Gare de Franconville vers 1900Tout d'abord, n'oublions pas que les villages n'étaient pas très peuplés à la fin du XIXe siècle et, sans cette liaison vers la Belgique devant passer par la vallée de Montmorency, la région n'aurait pas été prioritaire dans le déploiement du chemin de fer.
Alors quelles ont été les réactions des habitants ? Tout d'abord, ils ont souligné le bruit et la pollution apportés par les trains puis ont déploré les villes "coupées en deux". Quant aux agriculteurs, ils ont déploré la perte de d'une partie de leur terrain et l'abattage rapide d'arbres fruitiers. A Franconville, on aurait même fait appel à des lanciers pour sécuriser les travaux en 1843.
Enfin, impossible de faire l'impasse sur les journées révolutionnaires de 1848 qui ont provoqué la chute du roi Louis-Philippe et l'avènement de la IIe République avec Napoléon III. En juin, les détracteurs du chemin de fer ont profité de la révolte des ouvriers parisiens pour saccager de nombreuses gares. Parmi les émeutiers qui ont détruit les gares d'Enghien, Ermont, Franconville et Herblay, certains auraient relevé la présence d'agriculteurs de la Vallée de Montmorency.
Mais ces événements n'ont pas empêché l'essor inexorable du chemin de fer dans la Vallée et un afflux régulier de nouveaux habitants dans la Vallée de Montmorency.

L'évolution des chemins de fer a ensuite été rapide. Les trains ont pu finalement rejoindre la Belgique en passant par Creil et ainsi la ligne Paris-Pontoise est devenue juste une ligne de banlieue qui a offert la possibilité de rejoindre la capitale rapidement.
Premier pavillon en pierres en 1866 peu avant sa démolition (wikipedia)C'est le moment d'évoquer aussi "les trains de légumes" qui ont rendu service aux nombreux maraichers de la région. Au lieu d'emmener leurs produits aux Halles en carriole, ils pouvaient bénéficier du transport en train et par la suite du "camionnage" de la gare du Nord jusqu'aux Halles. Une révolution pour les producteurs de la région !

A suivre.



Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

héritier - Il y a 1 mois
Comme quoi,à toutes les époques' il y a eu des nostalgiques de la lampe à huile et de la marine à voiles
(quitte à plagier Charles De Gaulle)
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28