Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Le Moulin de Sannois, base de départ de la première carte de France !

Le Moulin de Sannois, base de départ de la première carte de France !

Publié le : 15-03-2020

extrait Carte de la France Cassini
Il faut remonter à l'époque de Louis XIV pour bien comprendre ce fait étonnant : le Moulin de Sannois a servi de base de départ pour la réalisation de la première carte de France.
En effet, le souverain souhaitait connaitre mieux la géographie de son royaume, les distances entre localités étant encore estimées en journées de chevauchée. Pour exaucer le vœu du roi, son ministre Colbert demande à l'Académie des Méthode de la triangulationSciences d'établir une carte de France la plus précise possible. Ce travail s'étalera durant soixante ans et cette première réalisation s'effectue grâce à la méthode de la triangulation géodésique, système très bien décrit dans la vidéo en fin d'article.

Pour réaliser cette avancée technique, quatre générations de la famille Cassini s'y sont succédé.
Le premier à travailler sur cette carte de France c'est Jean-Dominique, dit Cassini Ier (1625-1712) qui était un célèbre astronome, directeur de l’Observatoire de Paris, fondée en 1672.
Pour travailler sur la méridienne qui traverse Paris et qui sert de base à la réalisation de la carte de France, Cassini 1er se rend à Sannois et à Franconville. Evidemment son point d’observation est le moulin de Sannois, au Montrouillet et la butte de Cormeilles-en-Parisis.
Dans son livre paru en 1758 (Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris), l'abbé Lebeuf fera référence à Cassini : « Le Montrouillet est aussi à moitié sur la Paroisse de Ceannoy (Sannois), et [pour] l’autre moitié de celle d’Argentueil (Argenteuil)). Le moulin est de Ceannoy. Il est fort renommé dans les observations faites par M. Cassini pour la formation de sa Carte par triangles. On a de-là une des plus belles vues qui soient aux environs de Paris. »

Par la suite, son fils Jacques Cassini dit Cassini II (1677 - 1756), également astronome français, continua les travaux et décrivit la perpendiculaire à la méridienne de France.
Cassini IIIMais c'est César François Cassini dit Cassini III (1714 – 1784) qui récoltera les fruits du travail effectué par lui et ses prédécesseurs.
En effet, il présente au roi en 1756 les deux premières cartes particulières du royaume : Louis XV est satisfait mais décide de ne plus subventionner le projet de la carte de France car le royaume connait des soucis liés à la Guerre de Sept Ans. Mais Cassini n'abandonne pas et créée une société pour rassembler les fonds nécessaires à la réalisation des cartes. Pour l'anecdote, on notera que des personnalités de l'époque soutiendront financièrement la société et parmi celles-ci une certaine… marquise de Pompadour !
Comme son grand-père, il viendra à Franconville où il fera construire un pavillon. Mais très occupé, il n'y séjournera pas souvent. Il résidera la plupart du temps à l'Observatoire dont il devient à son tour le directeur général.
César-François Cassini décèdera en 1784 et c'est son fils, Jean-Dominique, dit Cassini IV qui finira ce travail de longue haleine : en effet, il restait une quinzaine de feuilles pour parachever ce qui restera comme une étape importante dans le connaissance géographique.de la France.

Encore actuellement, les chercheurs, les archéologues, les généalogistes consultent la carte des Cassini. Celle-ci est disponible en version papier dans la Bibliothèque nationale de France et sous forme numérique.

En savoir plus :
- Carte de France des Cassini : site geoportail.gouv.fr

- "Les Cassini" astronomes et géographes à Franconville : site Valmorency

 

Vidéo : le travail de plusieurs générations de cartographes pour réaliser la carte de Cassini, première carte détaillée de la France, ancêtre de notre carte IGN, est remis dans son contexte historique.

 

(Info Journal de François : cet article a été mis en ligne en 2017 et mis à jour en mars 2020)

extrait Carte de la France Cassini
Il faut remonter à l'époque de Louis XIV pour bien comprendre ce fait étonnant : le Moulin de Sannois a servi de base de départ pour la réalisation de la première carte de France.
En effet, le souverain souhaitait connaitre mieux la géographie de son royaume, les distances entre localités étant encore estimées en journées de chevauchée. Pour exaucer le vœu du roi, son ministre Colbert demande à l'Académie des Méthode de la triangulationSciences d'établir une carte de France la plus précise possible. Ce travail s'étalera durant soixante ans et cette première réalisation s'effectue grâce à la méthode de la triangulation géodésique, système très bien décrit dans la vidéo en fin d'article.

Pour réaliser cette avancée technique, quatre générations de la famille Cassini s'y sont succédé.
Le premier à travailler sur cette carte de France c'est Jean-Dominique, dit Cassini Ier (1625-1712) qui était un célèbre astronome, directeur de l’Observatoire de Paris, fondée en 1672.
Pour travailler sur la méridienne qui traverse Paris et qui sert de base à la réalisation de la carte de France, Cassini 1er se rend à Sannois et à Franconville. Evidemment son point d’observation est le moulin de Sannois, au Montrouillet et la butte de Cormeilles-en-Parisis.
Dans son livre paru en 1758 (Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris), l'abbé Lebeuf fera référence à Cassini : « Le Montrouillet est aussi à moitié sur la Paroisse de Ceannoy (Sannois), et [pour] l’autre moitié de celle d’Argentueil (Argenteuil)). Le moulin est de Ceannoy. Il est fort renommé dans les observations faites par M. Cassini pour la formation de sa Carte par triangles. On a de-là une des plus belles vues qui soient aux environs de Paris. »

Par la suite, son fils Jacques Cassini dit Cassini II (1677 - 1756), également astronome français, continua les travaux et décrivit la perpendiculaire à la méridienne de France.
Cassini IIIMais c'est César François Cassini dit Cassini III (1714 – 1784) qui récoltera les fruits du travail effectué par lui et ses prédécesseurs.
En effet, il présente au roi en 1756 les deux premières cartes particulières du royaume : Louis XV est satisfait mais décide de ne plus subventionner le projet de la carte de France car le royaume connait des soucis liés à la Guerre de Sept Ans. Mais Cassini n'abandonne pas et créée une société pour rassembler les fonds nécessaires à la réalisation des cartes. Pour l'anecdote, on notera que des personnalités de l'époque soutiendront financièrement la société et parmi celles-ci une certaine… marquise de Pompadour !
Comme son grand-père, il viendra à Franconville où il fera construire un pavillon. Mais très occupé, il n'y séjournera pas souvent. Il résidera la plupart du temps à l'Observatoire dont il devient à son tour le directeur général.
César-François Cassini décèdera en 1784 et c'est son fils, Jean-Dominique, dit Cassini IV qui finira ce travail de longue haleine : en effet, il restait une quinzaine de feuilles pour parachever ce qui restera comme une étape importante dans le connaissance géographique.de la France.

Encore actuellement, les chercheurs, les archéologues, les généalogistes consultent la carte des Cassini. Celle-ci est disponible en version papier dans la Bibliothèque nationale de France et sous forme numérique.

En savoir plus :
- Carte de France des Cassini : site geoportail.gouv.fr

- "Les Cassini" astronomes et géographes à Franconville : site Valmorency

 

Vidéo : le travail de plusieurs générations de cartographes pour réaliser la carte de Cassini, première carte détaillée de la France, ancêtre de notre carte IGN, est remis dans son contexte historique.

 

(Info Journal de François : cet article a été mis en ligne en 2017 et mis à jour en mars 2020)

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Edouard - Il y a 4 jours
Savez vous si le pavillon construit à Franconville existe toujours et où se trouvait-il ?
Merci pour vos publications toujours très intéressantes.
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28