Chargement ...
[Fermer]
[Fermer]

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Vous êtes ici: Page d'accueil > Histoire locale > Rencontres de François > Tiphaine Sadoun nous raconte la naissance de "Crocolivre"...
Les rencontres de François avec les personnalisés locales

Retrouvez ici
les entreprises
locales
qui font confiance
au Journal
de François

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Librairie spéciale Vallée de Montmorency – Val d'Oise

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

Tiphaine Sadoun nous raconte la naissance de "Crocolivre", la librairie jeunesse d'Enghien ! Interview passionnante.

Tiphaine SadounDepuis le 29 septembre 2017, la librairie "Crocolivre" a ouvert ses portes à Enghien-les-Bains. Tiphaine Sadoun, récente lauréate de la Fondation Lagardère catégorie "libraire", nous raconte son métier et ses projets d'animations pour les enfants. Une rencontre passionnante !

Depuis septembre, vous avez repris la librairie jeunesse d'Enghien que vous avez baptisée "Crocolivre". C'est vous qui avez trouvé le nom ?
Non, c'est le public qui a choisi ! En effet, nous avons lancé une campagne sur différents supports (réseaux sociaux, sites internet comme "perles de libraire" etc..) pour inviter le public à proposer un nom pour la librairie. Deux conditions étaient imposées : il fallait le nom d'un animal pour rappeler le côté enfantin et le mot livre ou librairie pour expliciter le lieu.
Nous avons eu 400 réponses ! Nous avons gardé les 10 noms qui revenaient le plus et le public a ensuite choisi : 800 votes !! Nous n'en revenons pas. Et c'est Crocolivre qui s'est imposé ! Cela tombe bien, j'aime beaucoup ce nom !!

Avez-vous réalisé un rêve en reprenant cette librairie à Enghien ?
Oui ! C'est vrai que cette librairie représente beaucoup pour moi. En effet, je suis née à Enghien et j'ai grandi à Eaubonne. Il n'y avait pas de télé à la maison et j'ai baigné dans les livres grâce à ma maman qui m'emmenait… dans cette librairie qui existait depuis 50 ans sous le nom de "La cigale et la fourmi".
Après mon Bac, j'ai intégré une école d'Art car mon rêve c'était de devenir architecte… mais au bout d'un an, je me suis vite rendu compte que ce rêve-là ne se réalisera pas ! J'ai enchainé avec un BTS communication avec spécialisation édition… Ainsi j'ai travaillé pendant 5 ans pour des petites maisons d'éditeurs avant de rejoindre la librairie "Le Presse Papier" d'Argenteuil. J'ai été embauché sans formation je me suis vite rendu compte que ce métier de libraire ne s'improvise pas du tout. J'avais la connaissance littéraire mais cela ne suffisait pas !
J'ai alors repris des études en suivant en alternance une formation à l'INFL, l'Institut National de Formation de la Librairie. En 2 ans, ils m'ont fourni une formation complète. En littérature jeunesse j'étais "calée" mais un libraire doit savoir présenter, vendre tout type de livres : jeunesse mais aussi cuisine, romans, beaux-arts… Il faut savoir parler d'un livre sur les vampires comme d'un livre de cuisine !

CrocolivreRevenons plus précisément à "Crocolivre" : quel a été le déclic pour la reprise de la librairie ?
J'apprends que les propriétaires de "La Cigale et la Fourmi" souhaitent vendre cette librairie qui existait depuis 50 ans. Mais étant enceinte, je ne me voyais pas me lancer dans cette aventure. Mais en 2017, j'apprends que la librairie va disparaître au profit d'un kebab…
Mon mari a alors joué un rôle important : il m'a soutenu et m'a encouragé : à chaque fois que l'on passait devant la librairie, il me disait toujours : « C'est ton magasin… »
Comme je vous l'ai dit, j'avais le rêve d'avoir "ma" librairie mais, quand j'étais salariée au "Presse-papier" d'Argenteuil, le statut de salarié me convenait et, je l'avoue, j'avais peur de me lancer.
Bref, je suis désolée pour les amateurs de kébab mais j'ai franchi le pas et contacté les propriétaires de l'ancienne librairie. Avec l'aide mon mari, j'ai constitué mon dossier puis, après plusieurs étapes, nous avons obtenu notre prêt et commencé les travaux nécessaires. C'est ensuite le 29 septembre que Crocolivre a vu le jour !

Crocolivre - Tiphaine SadounComment présentez-vous votre métier de libraire ?
Souvent j'entends cette réflexion : « Libraire, c'est un beau métier qui permet de lire toute la journée. » Cela me fait rire ! Souvent je commence ma présentation du métier par cette réflexion : le métier de libraire, c'est physique ! Il y a énormément de manutention. L'autre jour j'ai reçu des commandes de dictionnaires… les cartons pesaient 40 kg !
D'autre part, la journée du libraire commence tôt. En effet, je livre les commandes des collectivités et médiathèques entre 8 h et 10 h avant de recevoir à l'ouverture de la librairie mes propres commandes : il faut donc ouvrir les cartons, ranger les livres en rayon et le tout en donnant évidemment priorité aux personnes qui viennent dans la librairie.
J'aime partager ma passion en conseillant l'achat d'un album, d'un roman jeunesse ou bien d'un coloriage pour que l'enfant soit heureux… et les parents aussi !
Depuis l'ouverture, ce sont les albums pour les 3-6 ans, ainsi que les premières lectures, petits romans pour les 7-9 ans qui remportent un franc succès ! Sans oublier les produits dérivés des succès littéraires comme le jeu "Tomtom et Nana" ou les nouveaux jeux de cartes créés par les éditeurs de jeux de cartes...
En résumé, "libraire jeunesse" aujourd'hui c'est proposer des produits qui donnent le goût de la lecture et des activités pédagogiques à tous les enfants !

Crocolivre - livre  frileuxC'est un très beau challenge que vous avez relevé. Quels sont les atouts de votre librairie consacrée à la littérature jeunesse ?
Je souhaite que ma librairie soit un lieu de vie ! Evidemment je présente une offre très variée de livres, albums mais aussi des coloriages, des loisirs créatifs, des jeux de cartes et même des jouets de très grande qualité.
Face à l'attrait d'Amazon ou autres grandes surfaces, la différence se fait évidemment sur le conseil qui est essentiel.
Ensuite nous rénovons un grand espace sous la librairie qui sera consacré aux animations à l'attention des enfants : contes, lecture, spectacle, loisirs créatifs. Je m'appuie pour ce projet sur ma formation à l'INFL où j'ai fait un rapport de fin de cursus sur les animations pour les enfants et sur mon expérience précédente au "Presse papier" où je recevais chaque mois une cinquantaine d'enfants pour diverses activités.

Récemment vous avez fait la "une" en recevant la Bourse de la Fondation Jean-Luc Lagardère dans la catégorie "libraire". En quoi ce coup de pouce est-il important ?

Cela représente beaucoup pour moi. Un ami m'avait conseillé de m'inscrire car il m'avait dit : « Même si tu n'obtiens pas la bourse, c'est très formateur ! » Il ne croyait pas si bien dire ! J'ai dû prendre une semaine de congé pour réaliser sérieusement mon dossier de candidature que j'ai rendu le 10 juin 2017 à la dernière minute ! Ensuite, on m'a annoncé en août que j'étais dans une "top liste", puis en septembre dans les 5 dossiers retenus, puis en octobre dans les 3 ! C'était l'heure des oraux pour les trois finalistes devant un jury d'une dizaine de professionnels. Et je fus choisie ! C'est vraiment une belle récompense pour mon engagement.
Cette gratification financière de 30 000 euros est donc un véritable coup de pouce qui me permet de peaufiner mon projet d'animations en aménageant du mieux possible l'espace dédié à ces activités. De plus, l'enseigne "Crocolivre"va être enfin posée sur la librairie ! Enfin, j'ai pu embaucher une jeune apprentie qui suit aussi la formation de l'INFL. Transmettre la passion de mon métier est aussi une de mes priorités.

CrocolivreAu bout des six premiers mois d'existence de Crocolivre, quelles sont vos premières impressions ?
J'apprends tous les jours et je n'ai pas encore tous mes repères ! Je découvre une nouvelle clientèle et je n'ai pas d'éléments de comparaison au sujet des ventes, même si le démarrage est bon.
Ce qui change, ce que l'on ne compte plus ses heures quand on est à son compte ! Au début, j'angoissais de ne pas y arriver, il m'arrivait même de saisir mes commandes la nuit ! Aujourd'hui, j'apprécie de faire ce que je veux, à ma manière et de rendre les gens heureux quand ils viennent dans ma librairie !

Merci à Tiphaine pour sa disponibilité et longue vie à Crocolivre !

Crocolivre 28 rue du Général de Gaulle (au fond de la cour). Horaires d'ouverture : du mardi au samedi de 10h à 19h et le dimanche de 10h à 13h. Contact : 01 39 64 08 98 – adresse mail : crocolivre@gmail.com

IdFMVous pouvez aussi retrouver Tiphaine le dernier vendredi de chaque mois dans la matinale d'IdFM 98.0 FM– Radio Enghien entre 8h et 9h : elle vous délivre ses coups de cœur littéraires.

Tiphaine SadounDepuis le 29 septembre 2017, la librairie "Crocolivre" a ouvert ses portes à Enghien-les-Bains. Tiphaine Sadoun, récente lauréate de la Fondation Lagardère catégorie "libraire", nous raconte son métier et ses projets d'animations pour les enfants. Une rencontre passionnante !

Depuis septembre, vous avez repris la librairie jeunesse d'Enghien que vous avez baptisée "Crocolivre". C'est vous qui avez trouvé le nom ?
Non, c'est le public qui a choisi ! En effet, nous avons lancé une campagne sur différents supports (réseaux sociaux, sites internet comme "perles de libraire" etc..) pour inviter le public à proposer un nom pour la librairie. Deux conditions étaient imposées : il fallait le nom d'un animal pour rappeler le côté enfantin et le mot livre ou librairie pour expliciter le lieu.
Nous avons eu 400 réponses ! Nous avons gardé les 10 noms qui revenaient le plus et le public a ensuite choisi : 800 votes !! Nous n'en revenons pas. Et c'est Crocolivre qui s'est imposé ! Cela tombe bien, j'aime beaucoup ce nom !!

Avez-vous réalisé un rêve en reprenant cette librairie à Enghien ?
Oui ! C'est vrai que cette librairie représente beaucoup pour moi. En effet, je suis née à Enghien et j'ai grandi à Eaubonne. Il n'y avait pas de télé à la maison et j'ai baigné dans les livres grâce à ma maman qui m'emmenait… dans cette librairie qui existait depuis 50 ans sous le nom de "La cigale et la fourmi".
Après mon Bac, j'ai intégré une école d'Art car mon rêve c'était de devenir architecte… mais au bout d'un an, je me suis vite rendu compte que ce rêve-là ne se réalisera pas ! J'ai enchainé avec un BTS communication avec spécialisation édition… Ainsi j'ai travaillé pendant 5 ans pour des petites maisons d'éditeurs avant de rejoindre la librairie "Le Presse Papier" d'Argenteuil. J'ai été embauché sans formation je me suis vite rendu compte que ce métier de libraire ne s'improvise pas du tout. J'avais la connaissance littéraire mais cela ne suffisait pas !
J'ai alors repris des études en suivant en alternance une formation à l'INFL, l'Institut National de Formation de la Librairie. En 2 ans, ils m'ont fourni une formation complète. En littérature jeunesse j'étais "calée" mais un libraire doit savoir présenter, vendre tout type de livres : jeunesse mais aussi cuisine, romans, beaux-arts… Il faut savoir parler d'un livre sur les vampires comme d'un livre de cuisine !

CrocolivreRevenons plus précisément à "Crocolivre" : quel a été le déclic pour la reprise de la librairie ?
J'apprends que les propriétaires de "La Cigale et la Fourmi" souhaitent vendre cette librairie qui existait depuis 50 ans. Mais étant enceinte, je ne me voyais pas me lancer dans cette aventure. Mais en 2017, j'apprends que la librairie va disparaître au profit d'un kebab…
Mon mari a alors joué un rôle important : il m'a soutenu et m'a encouragé : à chaque fois que l'on passait devant la librairie, il me disait toujours : « C'est ton magasin… »
Comme je vous l'ai dit, j'avais le rêve d'avoir "ma" librairie mais, quand j'étais salariée au "Presse-papier" d'Argenteuil, le statut de salarié me convenait et, je l'avoue, j'avais peur de me lancer.
Bref, je suis désolée pour les amateurs de kébab mais j'ai franchi le pas et contacté les propriétaires de l'ancienne librairie. Avec l'aide mon mari, j'ai constitué mon dossier puis, après plusieurs étapes, nous avons obtenu notre prêt et commencé les travaux nécessaires. C'est ensuite le 29 septembre que Crocolivre a vu le jour !

Crocolivre - Tiphaine SadounComment présentez-vous votre métier de libraire ?
Souvent j'entends cette réflexion : « Libraire, c'est un beau métier qui permet de lire toute la journée. » Cela me fait rire ! Souvent je commence ma présentation du métier par cette réflexion : le métier de libraire, c'est physique ! Il y a énormément de manutention. L'autre jour j'ai reçu des commandes de dictionnaires… les cartons pesaient 40 kg !
D'autre part, la journée du libraire commence tôt. En effet, je livre les commandes des collectivités et médiathèques entre 8 h et 10 h avant de recevoir à l'ouverture de la librairie mes propres commandes : il faut donc ouvrir les cartons, ranger les livres en rayon et le tout en donnant évidemment priorité aux personnes qui viennent dans la librairie.
J'aime partager ma passion en conseillant l'achat d'un album, d'un roman jeunesse ou bien d'un coloriage pour que l'enfant soit heureux… et les parents aussi !
Depuis l'ouverture, ce sont les albums pour les 3-6 ans, ainsi que les premières lectures, petits romans pour les 7-9 ans qui remportent un franc succès ! Sans oublier les produits dérivés des succès littéraires comme le jeu "Tomtom et Nana" ou les nouveaux jeux de cartes créés par les éditeurs de jeux de cartes...
En résumé, "libraire jeunesse" aujourd'hui c'est proposer des produits qui donnent le goût de la lecture et des activités pédagogiques à tous les enfants !

Crocolivre - livre  frileuxC'est un très beau challenge que vous avez relevé. Quels sont les atouts de votre librairie consacrée à la littérature jeunesse ?
Je souhaite que ma librairie soit un lieu de vie ! Evidemment je présente une offre très variée de livres, albums mais aussi des coloriages, des loisirs créatifs, des jeux de cartes et même des jouets de très grande qualité.
Face à l'attrait d'Amazon ou autres grandes surfaces, la différence se fait évidemment sur le conseil qui est essentiel.
Ensuite nous rénovons un grand espace sous la librairie qui sera consacré aux animations à l'attention des enfants : contes, lecture, spectacle, loisirs créatifs. Je m'appuie pour ce projet sur ma formation à l'INFL où j'ai fait un rapport de fin de cursus sur les animations pour les enfants et sur mon expérience précédente au "Presse papier" où je recevais chaque mois une cinquantaine d'enfants pour diverses activités.

Récemment vous avez fait la "une" en recevant la Bourse de la Fondation Jean-Luc Lagardère dans la catégorie "libraire". En quoi ce coup de pouce est-il important ?

Cela représente beaucoup pour moi. Un ami m'avait conseillé de m'inscrire car il m'avait dit : « Même si tu n'obtiens pas la bourse, c'est très formateur ! » Il ne croyait pas si bien dire ! J'ai dû prendre une semaine de congé pour réaliser sérieusement mon dossier de candidature que j'ai rendu le 10 juin 2017 à la dernière minute ! Ensuite, on m'a annoncé en août que j'étais dans une "top liste", puis en septembre dans les 5 dossiers retenus, puis en octobre dans les 3 ! C'était l'heure des oraux pour les trois finalistes devant un jury d'une dizaine de professionnels. Et je fus choisie ! C'est vraiment une belle récompense pour mon engagement.
Cette gratification financière de 30 000 euros est donc un véritable coup de pouce qui me permet de peaufiner mon projet d'animations en aménageant du mieux possible l'espace dédié à ces activités. De plus, l'enseigne "Crocolivre"va être enfin posée sur la librairie ! Enfin, j'ai pu embaucher une jeune apprentie qui suit aussi la formation de l'INFL. Transmettre la passion de mon métier est aussi une de mes priorités.

CrocolivreAu bout des six premiers mois d'existence de Crocolivre, quelles sont vos premières impressions ?
J'apprends tous les jours et je n'ai pas encore tous mes repères ! Je découvre une nouvelle clientèle et je n'ai pas d'éléments de comparaison au sujet des ventes, même si le démarrage est bon.
Ce qui change, ce que l'on ne compte plus ses heures quand on est à son compte ! Au début, j'angoissais de ne pas y arriver, il m'arrivait même de saisir mes commandes la nuit ! Aujourd'hui, j'apprécie de faire ce que je veux, à ma manière et de rendre les gens heureux quand ils viennent dans ma librairie !

Merci à Tiphaine pour sa disponibilité et longue vie à Crocolivre !

Crocolivre 28 rue du Général de Gaulle (au fond de la cour). Horaires d'ouverture : du mardi au samedi de 10h à 19h et le dimanche de 10h à 13h. Contact : 01 39 64 08 98 – adresse mail : crocolivre@gmail.com

IdFMVous pouvez aussi retrouver Tiphaine le dernier vendredi de chaque mois dans la matinale d'IdFM 98.0 FM– Radio Enghien entre 8h et 9h : elle vous délivre ses coups de cœur littéraires.


Déposer un commentaire
2 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Catherine Floch - Il y a 3 mois
Grâce au journal de François j ai appris avec joie la reprise de cette librairie. J y suis allée hier samedi seulement pour voir....
C est que du bonheur pour les enfants et j ai promis de revenir avec mes 2 petits enfants a la fin du mois. Longue vie a Crocolivre
Drouet - Il y a 3 mois
Une librairie pour enfants incontournable dans le val d'Oise :)
A découvrir d'urgence!