Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les chroniques de Moritz : "Le Petit Prince et le saumon"

Les chroniques de Moritz : "Le Petit Prince et le saumon"

Publié le : 16-12-2019

Gérard Pouettre

Moritz nous offre un tour du monde d'initiatives surpenantes et revisite la fable de Saint-Exupéry.Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Le Petit Prince et le saumon.

MoritzMoritz ne connait pas de singe hurleur à manteau puisqu’ils vivent au Costa Rica. Mais il compatit à leur malheur. En effet, les pesticides et insecticides utilisés massivement dans les bananeraies, non seulement les rendent malades, mais les font jaunir. Il s’imagine avec horreur devenir lui aussi subitement jaune !

Ce pays devrait s’inspirer d’un verger bio innovant dans lequel chaque essence d’arbre défend sa voisine contre des ravageurs ou des champignons donc plus besoin de pesticide. Si les singes hurleurs le savaient, ils pourraient manifester mais ils n’ont pas internet.

Et si les chauve-souris, douées de sens exceptionnels qui font l’admiration des chercheurs, étaient migratrices, elles pourraient peut-être venir au secours des singes car dans les vignes de l’Ardèche, ce sont elles qui remplacent avec succès les insecticides.

Bien qu’elles mangent beaucoup d’insectes et qu’une partie d’entre eux disparaissent de la planète, il en reste suffisamment pour piquer les vaches ce qui est nuisible à leur santé. D’après RMC (Ruminants et Mammifères à Cornes) des chercheurs japonais ont astucieusement zébré des vaches car ils ont vérifié que les rayures du zèbre leur permettent d’éviter les piqûres d’insectes : succès immédiat auprès des vaches prêtes à assumer cette nouvelle mode. Si Moritz ne tenait pas autant à son intégrité physique, il pourrait tenter l’expérience.

Malgré leur discrédit comme productrices de méthane, les vaches restent indispensables. Les moyens pour augmenter leur rendement laitier se renouvellent : après la musique classique dans les étables, la réalité virtuelle semble faire ses preuves. En Russie, la chaine LCP (Lait du Cheptel de Poutine) a montré des vaches munies d’un écran où des images de prairies idylliques défilent. Résultat : ces vaches détendues produisent plus de lait qu’avant. Moritz n’est pas surpris car les prairies russes réelles ne font pas rêver.

Ces écrans seraient probablement utiles aux 35 vaches qui flottent dans le port de Rotterdam où la première ferme flottante du monde a été installée. Vivre sur l’eau est peut-être agréable mais Moritz pense que cette migration imposée est un déracinement pour les bovins qui ne verront plus l’ombre d’une vraie prairie.

Autant la Hollande ne manque pas d’eau et craint même qu’elle l’envahisse, autant l’Inde est en grande partie en situation de pénurie. Quelques villages indiens pionniers ont donc pris l’initiative de planter deux arbres adaptés devant chaque maison pour faire revenir l’eau. Avec 1 200 pousses et des économies d’eau ils ont reconstitué les nappes phréatiques.

Les mexicains ont une autre technique inspirée des Aztèques pour un usage efficace de l’eau : ils plantent des piquets et des roseaux au milieu d’un lac. Tout ce qui s’enchevêtre autour de cette structure aboutit à une ile artificielle très fertile. Moritz, qui se contente parfois de la rosée du matin comme boisson, ne se rendait pas compte de l’importance de l’eau mais il ne peut pas faire mieux pour l’économiser.

Il s’est souvenu de la bande dessinée Le petit Prince de Saint Exupéry. A la place du mouton dessiné et du renard de l’histoire, ce sont des saumons que l’on trouvera bientôt au milieu du désert de Dubaï. Le puits introuvable du Petit Prince va être remplacé par des tuyaux leur apportant l’eau du Golfe. Les bassins reproduiront les courants et les marées de la Mer du nord. Moritz aussi aime le poisson mais il se demande, un peu triste : est-ce une raison suffisante pour bouleverser autant le petit Prince du désert ?

Gérard Pouettre

Moritz nous offre un tour du monde d'initiatives surpenantes et revisite la fable de Saint-Exupéry.Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Le Petit Prince et le saumon.

MoritzMoritz ne connait pas de singe hurleur à manteau puisqu’ils vivent au Costa Rica. Mais il compatit à leur malheur. En effet, les pesticides et insecticides utilisés massivement dans les bananeraies, non seulement les rendent malades, mais les font jaunir. Il s’imagine avec horreur devenir lui aussi subitement jaune !

Ce pays devrait s’inspirer d’un verger bio innovant dans lequel chaque essence d’arbre défend sa voisine contre des ravageurs ou des champignons donc plus besoin de pesticide. Si les singes hurleurs le savaient, ils pourraient manifester mais ils n’ont pas internet.

Et si les chauve-souris, douées de sens exceptionnels qui font l’admiration des chercheurs, étaient migratrices, elles pourraient peut-être venir au secours des singes car dans les vignes de l’Ardèche, ce sont elles qui remplacent avec succès les insecticides.

Bien qu’elles mangent beaucoup d’insectes et qu’une partie d’entre eux disparaissent de la planète, il en reste suffisamment pour piquer les vaches ce qui est nuisible à leur santé. D’après RMC (Ruminants et Mammifères à Cornes) des chercheurs japonais ont astucieusement zébré des vaches car ils ont vérifié que les rayures du zèbre leur permettent d’éviter les piqûres d’insectes : succès immédiat auprès des vaches prêtes à assumer cette nouvelle mode. Si Moritz ne tenait pas autant à son intégrité physique, il pourrait tenter l’expérience.

Malgré leur discrédit comme productrices de méthane, les vaches restent indispensables. Les moyens pour augmenter leur rendement laitier se renouvellent : après la musique classique dans les étables, la réalité virtuelle semble faire ses preuves. En Russie, la chaine LCP (Lait du Cheptel de Poutine) a montré des vaches munies d’un écran où des images de prairies idylliques défilent. Résultat : ces vaches détendues produisent plus de lait qu’avant. Moritz n’est pas surpris car les prairies russes réelles ne font pas rêver.

Ces écrans seraient probablement utiles aux 35 vaches qui flottent dans le port de Rotterdam où la première ferme flottante du monde a été installée. Vivre sur l’eau est peut-être agréable mais Moritz pense que cette migration imposée est un déracinement pour les bovins qui ne verront plus l’ombre d’une vraie prairie.

Autant la Hollande ne manque pas d’eau et craint même qu’elle l’envahisse, autant l’Inde est en grande partie en situation de pénurie. Quelques villages indiens pionniers ont donc pris l’initiative de planter deux arbres adaptés devant chaque maison pour faire revenir l’eau. Avec 1 200 pousses et des économies d’eau ils ont reconstitué les nappes phréatiques.

Les mexicains ont une autre technique inspirée des Aztèques pour un usage efficace de l’eau : ils plantent des piquets et des roseaux au milieu d’un lac. Tout ce qui s’enchevêtre autour de cette structure aboutit à une ile artificielle très fertile. Moritz, qui se contente parfois de la rosée du matin comme boisson, ne se rendait pas compte de l’importance de l’eau mais il ne peut pas faire mieux pour l’économiser.

Il s’est souvenu de la bande dessinée Le petit Prince de Saint Exupéry. A la place du mouton dessiné et du renard de l’histoire, ce sont des saumons que l’on trouvera bientôt au milieu du désert de Dubaï. Le puits introuvable du Petit Prince va être remplacé par des tuyaux leur apportant l’eau du Golfe. Les bassins reproduiront les courants et les marées de la Mer du nord. Moritz aussi aime le poisson mais il se demande, un peu triste : est-ce une raison suffisante pour bouleverser autant le petit Prince du désert ?


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28