Accueil > Histoire locale > Personnalités locales > L'explorateur Louis Delaporte a habité Saint-Prix et a contribué à la renommée de l'art kmer.
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

L'explorateur Louis Delaporte a habité à Saint-Prix et a contribué à la renommée de l'art kmer.

Publié le : 16-12-2019

Louis Delaporte et ses collègues en mission au Mékong.

Rue de l'explorateur DelaporteAu fil de son histoire, le village de Saint-Prix a accueilli de nombreuses personnalités comme Victor Hugo par exemple. Parmi celles-ci, certaines n'ont pas la même notoriété que l'écrivain. C'est le cas de l'explorateur Louis Delaporte qui a habité avec son épouse et ses enfants, dans une propriété du village. Il a aujourd'hui une rue à son nom mais redécouvrons son parcours exceptionnel et sa passion pour l'art kmer.

Louis Delaporte a toujours voulu être un explorateur. Avec l'accord de ses parents, le voilà à 16 ans reçu à l'Ecole navale de Brest, prêt à découvrir le monde.
Louis DelaporteAprès quelques voyages au Mexique ou en Islande, il est engagé pour la mission du Commandant Doudart de Lagrée qui doit partir à la découverte du Mékong. Il a été recruté grâce à ses talents de dessinateur qui lui seront très utiles. La mission a été un calvaire, le commandant mourrant pendant celle-ci, mais Louis Delaporte a découvert Angkor et les temples enfouis sous la végétation.

Depuis ce jour, il n'aura de cesse de promouvoir l'art kmer ! Notre explorateur repartira ainsi en 1873 pour explorer les différents monuments de la région. A Angkor, il a dessiné de nombreux croquis des temples, réalisé des moulages, des photographies et recueilli de nombreuses statues ou bas-reliefs.
Certains ont pu critiquer ce 'pillage" mais Louis Delaporte est un homme honnête : son seul but est de promouvoir l'art kmer, ce qui rejoignait l'ambition du Roi du Cambodge qui donna son accord au rapatriement en France de ces œuvres d'art, souvent négligées sur place.

Mais, à son retour, il n'a pas reçu un franc succès. Il aurait souhaité que le Musée du Louvre lui ouvre ses portes pour exposer les œuvres rapatriées mais il a dû batailler pour que le Musée d'ethnographie lui propose en 1882 un espace pour représenter l'art kmer.
Depuis cette date et jusqu'en 1924, Louis Delaporte consacrera son temps à la direction de ce musée indochinois qui doit beaucoup à ses missions exploratrices.
Il mourra ensuite à Paris le 3 mai 1925, à l’âge de 83 ans.

Que sont devenus alors les trésors présentés dans "son" musée indochinois ?
En 1936, le musée indochinois du Trocadéro est fermé, mais les objets présentés sont ensuite transférés au célèbres musée Guimet, sauf les 624 plâtres du temple d'Angkor. Ceux-ci sont visibles au Trocadéro, car ils ont été donnés en 1936 au Musée des monuments français.

Louis Delaporte et ses collègues en mission au Mékong.

Rue de l'explorateur DelaporteAu fil de son histoire, le village de Saint-Prix a accueilli de nombreuses personnalités comme Victor Hugo par exemple. Parmi celles-ci, certaines n'ont pas la même notoriété que l'écrivain. C'est le cas de l'explorateur Louis Delaporte qui a habité avec son épouse et ses enfants, dans une propriété du village. Il a aujourd'hui une rue à son nom mais redécouvrons son parcours exceptionnel et sa passion pour l'art kmer.

Louis Delaporte a toujours voulu être un explorateur. Avec l'accord de ses parents, le voilà à 16 ans reçu à l'Ecole navale de Brest, prêt à découvrir le monde.
Louis DelaporteAprès quelques voyages au Mexique ou en Islande, il est engagé pour la mission du Commandant Doudart de Lagrée qui doit partir à la découverte du Mékong. Il a été recruté grâce à ses talents de dessinateur qui lui seront très utiles. La mission a été un calvaire, le commandant mourrant pendant celle-ci, mais Louis Delaporte a découvert Angkor et les temples enfouis sous la végétation.

Depuis ce jour, il n'aura de cesse de promouvoir l'art kmer ! Notre explorateur repartira ainsi en 1873 pour explorer les différents monuments de la région. A Angkor, il a dessiné de nombreux croquis des temples, réalisé des moulages, des photographies et recueilli de nombreuses statues ou bas-reliefs.
Certains ont pu critiquer ce 'pillage" mais Louis Delaporte est un homme honnête : son seul but est de promouvoir l'art kmer, ce qui rejoignait l'ambition du Roi du Cambodge qui donna son accord au rapatriement en France de ces œuvres d'art, souvent négligées sur place.

Mais, à son retour, il n'a pas reçu un franc succès. Il aurait souhaité que le Musée du Louvre lui ouvre ses portes pour exposer les œuvres rapatriées mais il a dû batailler pour que le Musée d'ethnographie lui propose en 1882 un espace pour représenter l'art kmer.
Depuis cette date et jusqu'en 1924, Louis Delaporte consacrera son temps à la direction de ce musée indochinois qui doit beaucoup à ses missions exploratrices.
Il mourra ensuite à Paris le 3 mai 1925, à l’âge de 83 ans.

Que sont devenus alors les trésors présentés dans "son" musée indochinois ?
En 1936, le musée indochinois du Trocadéro est fermé, mais les objets présentés sont ensuite transférés au célèbres musée Guimet, sauf les 624 plâtres du temple d'Angkor. Ceux-ci sont visibles au Trocadéro, car ils ont été donnés en 1936 au Musée des monuments français.


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28