Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > "Chronique de Moritz" : Saletés et rongeurs, un cercle vicieux
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

"Chronique de Moritz" : Saletés et rongeurs, un cercle vicieux.

Publié le : 09-07-2018

Gérard Pouettre Vous l'avez adopté ! Au fil des semaines, notre Moritz a conquis de nombreux lecteurs. Chat noir, bienveillant, européen et très connecté, il aime lire la presse et dépouiller les différentes étdudes publiées. Grâce à Gérard Pouettre, il intervient régulièrement dans le Journal de François pour notre plus grand plaisir. Et merci à Jean-Marie Brochard pour ses illustrations de Moritz !

 

MoritzSaletés et rongeurs, un cercle vicieux.

Le monde croule sous les déchets. Plus les pays se développent plus ils en produisent. Et pourtant, on entend de plus en plus parler de villes propres, les conseils d’hygiène se multiplient, chaque humain est appelé à lutter contre ses pollutions personnelles.
Moritz a déjà réfléchi à son empreinte écologique pour se rendre compte qu’il n’en a pas vraiment la maitrise sauf s’il ne se nourrissait que de ce qu’il trouvait dans la nature. Il en a déduit que le confort a son prix, même écologique, et qu’il peut seulement inciter ses maitres à la vigilance : plus de nourriture faite maison et moins de sachets.

Mais l’actualité le rattrape. A Londres, des égouts sont bloqués. 130 tonnes de déchets composés essentiellement de lingettes et de couches obstruent plusieurs canalisations. L’utilisation de ces accessoires est incompréhensible pour Moritz. Pourquoi ne pas élever les enfants comme les chatons ? Mais on peut se poser la question autrement : si c’est seulement à Londres, est-ce que ce ne serait pas un effet du Brexit ? D’ailleurs, la bizarrerie anglaise va plus loin ; Moritz a entendu que certains proposaient d’exposer ce « train » de déchets au musée !

Toutes ces saletés urbaines gênent Moritz pour une autre raison : elles attirent les rongeurs. Il y aurait 4 millions de rats à Paris selon RMC (Rats, Musaraignes et Campagnols). Des campagnes de dératisation sont lancées mais les rats ont des amis ! Moritz est outré d’entendre que “Le rat est une créature intelligente, flexible et déterminée, ”, d’après The Spectator, et que certains Parisiens protestent contre cette mesure “sûrement influencés par l’adorable Rémy de Disney dans le film Ratatouille”, suggère le Daily Telegraph qui parle d’une “guerre sentimentale” entre Paris et ses rongeurs.
Plutôt que de s’occuper de leurs égouts, les anglais font croire que « notre dégoût pour les rats est purement esthétique, simplement parce qu’ils ont de longues queues sans poil. Rajoutez-y de la fourrure et nous les adorerions.” Là, Moritz est effondré sur son fauteuil.

Pourtant, la coupe n’est pas pleine. En lisant son magazine Le Chat Studieux, il apprend que dans certaines écoles, les souris mangent tout : la pâte à modeler, le papier, le plastique et même les gâteaux d’anniversaire. Décidément, tous ces rongeurs restent très primitifs ; ils ne savent pas distinguer entre les déchets nocifs et ce qui pourrait leur permettre d’échapper à la médiocrité de leur condition. Jamais ils ne rivaliseront avec les chats !

Gérard Pouettre Vous l'avez adopté ! Au fil des semaines, notre Moritz a conquis de nombreux lecteurs. Chat noir, bienveillant, européen et très connecté, il aime lire la presse et dépouiller les différentes étdudes publiées. Grâce à Gérard Pouettre, il intervient régulièrement dans le Journal de François pour notre plus grand plaisir. Et merci à Jean-Marie Brochard pour ses illustrations de Moritz !

 

MoritzSaletés et rongeurs, un cercle vicieux.

Le monde croule sous les déchets. Plus les pays se développent plus ils en produisent. Et pourtant, on entend de plus en plus parler de villes propres, les conseils d’hygiène se multiplient, chaque humain est appelé à lutter contre ses pollutions personnelles.
Moritz a déjà réfléchi à son empreinte écologique pour se rendre compte qu’il n’en a pas vraiment la maitrise sauf s’il ne se nourrissait que de ce qu’il trouvait dans la nature. Il en a déduit que le confort a son prix, même écologique, et qu’il peut seulement inciter ses maitres à la vigilance : plus de nourriture faite maison et moins de sachets.

Mais l’actualité le rattrape. A Londres, des égouts sont bloqués. 130 tonnes de déchets composés essentiellement de lingettes et de couches obstruent plusieurs canalisations. L’utilisation de ces accessoires est incompréhensible pour Moritz. Pourquoi ne pas élever les enfants comme les chatons ? Mais on peut se poser la question autrement : si c’est seulement à Londres, est-ce que ce ne serait pas un effet du Brexit ? D’ailleurs, la bizarrerie anglaise va plus loin ; Moritz a entendu que certains proposaient d’exposer ce « train » de déchets au musée !

Toutes ces saletés urbaines gênent Moritz pour une autre raison : elles attirent les rongeurs. Il y aurait 4 millions de rats à Paris selon RMC (Rats, Musaraignes et Campagnols). Des campagnes de dératisation sont lancées mais les rats ont des amis ! Moritz est outré d’entendre que “Le rat est une créature intelligente, flexible et déterminée, ”, d’après The Spectator, et que certains Parisiens protestent contre cette mesure “sûrement influencés par l’adorable Rémy de Disney dans le film Ratatouille”, suggère le Daily Telegraph qui parle d’une “guerre sentimentale” entre Paris et ses rongeurs.
Plutôt que de s’occuper de leurs égouts, les anglais font croire que « notre dégoût pour les rats est purement esthétique, simplement parce qu’ils ont de longues queues sans poil. Rajoutez-y de la fourrure et nous les adorerions.” Là, Moritz est effondré sur son fauteuil.

Pourtant, la coupe n’est pas pleine. En lisant son magazine Le Chat Studieux, il apprend que dans certaines écoles, les souris mangent tout : la pâte à modeler, le papier, le plastique et même les gâteaux d’anniversaire. Décidément, tous ces rongeurs restent très primitifs ; ils ne savent pas distinguer entre les déchets nocifs et ce qui pourrait leur permettre d’échapper à la médiocrité de leur condition. Jamais ils ne rivaliseront avec les chats !


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28