Chargement ...
[Fermer]
[Fermer]

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Vous êtes ici: Page d'accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > "Chronique de Moritz" : Protection animale… sans discrimination
Les rencontres de François avec les personnalisés locales

Retrouvez ici
les entreprises
locales
qui font confiance
au Journal
de François

Derniers commentaires

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Librairie spéciale Vallée de Montmorency – Val d'Oise

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

"Chronique de Moritz" : Protection animale… sans discrimination

Gérard Pouettre Quel plaisir de retrouver tous les quinze jours notre ami Moritz, chat noir, bienveillant, européen et très connecté à l'actualité revient pour nous délivrer son point de vue sur ce monde qui l'entoure.… Grâce à Gérard Pouettre, il intervient régulièrement dans le Journal de François pour notre plus grand plaisir. Et merci à Jean-Marie Brochard pour ses illustrations de Moritz !

 

Moritz (illustration Jean-Marie Brochard)Protection animale… sans discrimination.

Moritz est toujours surpris des métaphores animalières utilisées par les humains pour s’attribuer soit des vices soit des vertus qu’ils leur prêtent : malin comme un singe, sage comme une chouette, radin comme un rat…
L’expression qui l’a interpelé récemment, c’est « Balance ton porc ». Moritz n’a pas bien compris le sens de cette formule, si ce n’est que les femmes avaient l’air bien en colère vis-à-vis des mâles. Mais elle a ensuite été transférée dans bien d’autres circonstances et il a fait un rapprochement avec quelques situations aux différents coins du monde.

En Norvège, les élevages d’animaux à fourrure (visons, renards…) sont progressivement interdits. Manière de dire aux vieilles femmes riches : « Balance ton vison » ou « Balance ton renard ». Moritz n’est pas mécontent de cette protection des animaux à fourrure, et puis si l’on veut caresser une fourrure, autant adopter un vrai animal, un chat par exemple.

A l’autre bout du monde, en Australie, des oiseaux pyromanes mettent de l’huile sur le feu en transportant des brindilles enflammées lors d’un incendie pour débusquer leurs proies et ainsi assurer leur survie. Ce manque de conscience collective révolte Moritz qui voudrait lancer une pétition « Balance ton faucon ou ton milan », mais une pétition de chat ne serait peut-être pas prise au sérieux.

En Birmanie, ce sont les bébés éléphants et les bébés rhinocéros orphelins qui sont l’objet d’attentions particulières. Une vague de froid les met en péril et une association leur tricote des couvertures pour les réchauffer. Moritz était ému en lisant cet article chez le vétérinaire et avait à nouveau l’idée d’une pétition : « Balance ta couverture ». Il aurait bien donné une des siennes mais il a jugé qu’elles étaient trop petites…

A l’inverse, en Australie, la canicule révèle la fragilité des tortues mâles. Moritz n’est pas indifférent à la cause des femelles mais parfois, il faut aussi s’occuper des mâles et lui-même n’est pas exempt de certaines fragilités dont ses maitres doivent avoir conscience. Donc, si l’on veut un équilibre entre les sexes - pas comme en Chine -  il faut protéger les bébés - tortues mâles qui résistent moins à la chaleur, au-delà de 29°, que les femelles. Ne balance pas ta tortue mâle, mets-la plutôt à l’ombre.

Moritz apprécie ces initiatives pour la gente animale mais il y voit une contradiction et un risque. D’un côté, un intérêt croissant pour la protection des animaux sauvages aux quatre coins du monde et de l’autre la mise en danger de la biodiversité par les activités humaines.
Par ailleurs, il craint que les animaux domestiques, de compagnie (il préfère cette expression) ne fassent un jour les frais de cet engagement mais ce n’est qu’une angoisse personnelle, une pointe de jalousie peut-être…

Gérard Pouettre Quel plaisir de retrouver tous les quinze jours notre ami Moritz, chat noir, bienveillant, européen et très connecté à l'actualité revient pour nous délivrer son point de vue sur ce monde qui l'entoure.… Grâce à Gérard Pouettre, il intervient régulièrement dans le Journal de François pour notre plus grand plaisir. Et merci à Jean-Marie Brochard pour ses illustrations de Moritz !

 

Moritz (illustration Jean-Marie Brochard)Protection animale… sans discrimination.

Moritz est toujours surpris des métaphores animalières utilisées par les humains pour s’attribuer soit des vices soit des vertus qu’ils leur prêtent : malin comme un singe, sage comme une chouette, radin comme un rat…
L’expression qui l’a interpelé récemment, c’est « Balance ton porc ». Moritz n’a pas bien compris le sens de cette formule, si ce n’est que les femmes avaient l’air bien en colère vis-à-vis des mâles. Mais elle a ensuite été transférée dans bien d’autres circonstances et il a fait un rapprochement avec quelques situations aux différents coins du monde.

En Norvège, les élevages d’animaux à fourrure (visons, renards…) sont progressivement interdits. Manière de dire aux vieilles femmes riches : « Balance ton vison » ou « Balance ton renard ». Moritz n’est pas mécontent de cette protection des animaux à fourrure, et puis si l’on veut caresser une fourrure, autant adopter un vrai animal, un chat par exemple.

A l’autre bout du monde, en Australie, des oiseaux pyromanes mettent de l’huile sur le feu en transportant des brindilles enflammées lors d’un incendie pour débusquer leurs proies et ainsi assurer leur survie. Ce manque de conscience collective révolte Moritz qui voudrait lancer une pétition « Balance ton faucon ou ton milan », mais une pétition de chat ne serait peut-être pas prise au sérieux.

En Birmanie, ce sont les bébés éléphants et les bébés rhinocéros orphelins qui sont l’objet d’attentions particulières. Une vague de froid les met en péril et une association leur tricote des couvertures pour les réchauffer. Moritz était ému en lisant cet article chez le vétérinaire et avait à nouveau l’idée d’une pétition : « Balance ta couverture ». Il aurait bien donné une des siennes mais il a jugé qu’elles étaient trop petites…

A l’inverse, en Australie, la canicule révèle la fragilité des tortues mâles. Moritz n’est pas indifférent à la cause des femelles mais parfois, il faut aussi s’occuper des mâles et lui-même n’est pas exempt de certaines fragilités dont ses maitres doivent avoir conscience. Donc, si l’on veut un équilibre entre les sexes - pas comme en Chine -  il faut protéger les bébés - tortues mâles qui résistent moins à la chaleur, au-delà de 29°, que les femelles. Ne balance pas ta tortue mâle, mets-la plutôt à l’ombre.

Moritz apprécie ces initiatives pour la gente animale mais il y voit une contradiction et un risque. D’un côté, un intérêt croissant pour la protection des animaux sauvages aux quatre coins du monde et de l’autre la mise en danger de la biodiversité par les activités humaines.
Par ailleurs, il craint que les animaux domestiques, de compagnie (il préfère cette expression) ne fassent un jour les frais de cet engagement mais ce n’est qu’une angoisse personnelle, une pointe de jalousie peut-être…


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire