Chargement ...
[Fermer]
[Fermer]

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Vous êtes ici: Page d'accueil > Culture > Littérature > Pierre Luneval, l'écrivain de la Vallée de Montmorency aux multiples facettes. A découvrir !
Les rencontres de François avec les personnalisés locales

Retrouvez ici
les entreprises
locales
qui font confiance
au Journal
de François

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Librairie spéciale Vallée de Montmorency – Val d'Oise

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

Pierre Luneval, l'écrivain de la Vallée de Montmorency aux multiples facettes. A découvrir !

Pierre LunevalLa 6e rencontre autour du polar d'Eaubonne est devenu au fil des années un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de cette littérature, le public ayant la chance de rencontrer et discuter avec de nombreux auteurs valdoisiens et d'ailleurs.
Parmi les invités, Pierre Luneval, un des auteurs les plus dynamiques de la Vallée de Montmorency présentera son thriller très remarqué "En souvenir… des jours à venir".
C'est une belle occasion pour le "Journal de François" de partir à sa rencontre.

Pierre, pourquoi avez-vous attendu vos 40 ans pour vous lancer dans l'écriture ?
J'ai toujours écrit ! Au départ, c'était des compositions musicales. Je suis musicien comme Philippe Di Maria que vous avez interviewé récemment. Après des nouvelles écrites sans principale ambition, je me suis lancé dans les romans.
Contrairement à la chanson, dont la création plonge dans une émotion sur un temps très court, l’écriture du roman suppose de garder un même feeling  sur une durée de quatre ou six mois, voire même un an. Dans mon tiroir j'ai deux romans que je n'ai pas repris car je ne trouve plus le feeling. Je les reprendrai plus tard peut-être. Les choses doivent mûrir. Je pense que chaque livre doit être meilleur que les autres.

"En souvenir… des jours à venir…" de Pierre Luneva
EN SOUVENIR DES JOURS A VENIR
Extrait 4e de couverture :
Mais que peut-on vouloir d'un homme qui se réveille amnésique un beau matin, en plein Manhattan ? Dépossédé de sa mémoire, traqué par des tueurs impitoyables, Christopher Robinson devra entreprendre un étrange voyage pour retrouver son identité. Entraînant avec lui le lecteur dans une course effrénée, aux rebondissements surprenants…
"En souvenir… des jours à venir…" de Pierre Luneval – Editions du Bord du Lot

Au fil de vos parutions, vous aimez changer de genres ?
J'aime me surprendre moi-même ! Apres un premier roman "Aubepierre", j'ai abordé la maladie avec "Si d'aventure…", livre sombre. Quant au polar "Prophétie meurtrière en Vexin", le ton était caustique. Puis après avoir publié des nouvelles, je propose un thriller avec "En souvenir… des jours à venir" qui touche un plus large public. Ce thriller est une réflexion sur la mémoire, la recherche d'identité, est-ce qu'on est prédestiné ? C'est aussi un hommage à Philip K Dick, auteur de "Total Recall", "Paycheck". Tout un univers avec l'image de l'homme qui vit dans un faux-semblant. Tout s'effrite … et cette situation m'intéresse ! C'est drôle car, depuis l'écriture du livre, est sorti "Sans identité" avec Liam Neeson qui reprend cette même thématique.
Et j'ai écrit ce livre sous une forme plus concise, plus alerte. Je voudrais remercier les Editions du Bord du Lot qui ont pris le risque financier de publier ces nouvelles, écrites pour certaines  il y a vingt ans, et retravaillées pour la circonstance.
Aujourd'hui, je m'oriente sur des livres plus sombres, polars noirs, thrillers mais qui restent toujours psychologiques. Des livres où les personnages se cherchent… comme moi !

En septembre sort votre nouveau roman. Pouvez-vous nous le présenter en avant-première ?
Ce sera un thriller, un roman psychologique qui s'appellera "La Vénule" (Luneval à l'envers, c'est à noter...). C'est l'histoire de deux personnes, deux narrateurs qui se rendent compte au fil du bouquin qu'ils représentent LA VENULE de Pierre Lunevalla même personne. Deux personnes dans un seul corps, ça fait beaucoup. Une partie lumineuse et  un côté noir. Il s’agit d’un jeune homme précoce, perturbé par des troubles d'épilepsie et des « absences » pendant lesquelles son double prend le contrôle.  C’est le côté sombre. Très sombre et amusant en même temps, qui va lui pourrir la vie et égayer celle du lecteur. Ce n'est pas un roman policier, il y a un meurtre certes  mais c'est surtout un roman très écrit, dont je suis très fier !
Pour ce livre, j'ai eu la chance de trouver un éditeur qui m'a tout de suite dit oui ! "Mon village" éditait au départ Bernard Clavel et des romans de terroir. Aujourd'hui, sous la houlette de Jean-Claude Piguet, les Editions  les Editions  "Mon village" s'ouvrent à d'autres domaines et ont été conquises par "La Vénule".
C'est une nouvelle étape avec un nouvel éditeur, plus important, qui va m'aider dans la diffusion du livre et ainsi celui-ci va, je l'espère, toucher un plus large public. Je dis cela tout  en saluant le travail de Marcel Gillet,  (éditions du Bord du Lot), mon éditeur actuel, qui est formidable et avec lequel je compte travailler encore sur d’autres projets.

Comment parvenez-vous à rendre ccompatible l'enseignement  (Pierre enseigne auprès de jeunes enfants en école élémentaire) et l'écriture ?
Au début, je dormais peu et j'écrivais beaucoup la nuit, ce qui me permet d'avoir des manuscrits d'avance… ! Mais maintenant, je suis dans une phase où je retravaille des textes dont  l'histoire est déjà écrite. Mon style évolue, mon écriture est plus fluide, mes phrases sont plus courtes.
Pour "La Vénule", mon prochain roman, je l'ai écrit en deux périodes : période d'inspiration pendant trois mois puis j'ai repris mon texte pendant des vacances et le ton avait changé : j'étais plus caustique et moins sombre.

Vous n'avez pas écrit de manière chronologique ?
Non le livre ne s'y prêtait pas. Je travaillais sur une voix ou sur une autre  selon mon envie. Pour "La Vénule", j'avais privilégié un personnage par rapport à l'autre mais la voix noire a réussi à se faire une belle place !

La musique vous a-t-elle aidé pour l'écriture ?
Oui, dans le rythme, dans la recherche du "truc", "du mot" qui touche comme Higelin au début de sa carrière ou Bashung avec les textes de Boris Bergman. De plus, maintenant, je pense aux lectures musicales que je propose aussi avec des musiciens et comédiens.

Pierre Luneva let son équipe - LECTURES EN MUSIQUEArrêtons-nous sur ces lectures musicales que vous proposez ? Pouvez-vous nous expliquer le concept ?
Ce sont des projets qui me motivent. Ces lectures en musique ou "lectures musicales" sont un concept nouveau en Val d'Oise, (il y en a beaucoup par contre à  Paris) : nous reprenons des extraits de mes romans et on conçoit un spectacle filé avec un thème, deux comédiens, une percussionniste chanteuse et trois musiciens. Ce sont des lectures jouées théâtralisées avec des extraits de mes livres selon les thèmes choisis : l'eau ou l'ancrage policier. Il n'est pas possible de faire tous les thèmes car cela repose sur mes romans.
Lors d’une intervention à l'hôpital d'enfants malades de Margency, j’ai aussi abordé d’autres thèmes, basés notamment sur l’écriture et le roman "Si d'aventure…".
Pour mon prochain livre "La vénule", je pense mettre en place un huis clos avec deux voix. Mais on en reparlera le temps venu.

On parle souvent de vous comme un "auteur funambule"…
J'aime bien cette image : le fait d'être toujours sur un fil, on se casse la gueule et on remonte… Sur un fil, on doit être toujours en éveil, être conscient que cela peut s'arrêter. Je suis toujours sur "le fil du roman"… Etape par étape, j'ai la chance de pouvoir écrire. Je prends cela comme un jeu, mon but principal c'est d'être diffusé.
D'autre part, j'aime les rencontres et les retours du public. Et dans le Val d'Oise, on est gâtés ! J'aime la rencontre annuelle autour du polar à Eaubonne où un public fidèle vient nous rencontrer mais j'apprécie aussi le salon de Montigny, de Méry-sur-Oise, celui de Val et Foret, de Parmain, de Nesles-la-Vallée... Dans le Val d'Oise je me sens bien. Je salue aussi le travail des médiathèques de la région.

VIDEO EAU DE LA - LECTURES EN MUSIQUE de PIERRE LUNEVALComment voyez-vous l'évolution du marché du livre avec l'arrivée du numérique ?
Je ne suis pas un spécialiste car je suis un "benêt" dans le domaine de l'informatique. A mon avis, on ne pourra pas empêcher la technique d'évoluer. Ce support est très pratique, c'est une évolution obligatoire mais je reste attaché à l'objet, à la matérialisation du livre. Tout comme, à titre de comparaison, je me réjouis du retour du vinyle. Mais je pense que les deux technologies vont cohabiter.
En parlant d'objet culturel, je vais vous confier un petit scoop : j'aimerais réaliser un triptyque intitulé "Intégraal" qui comporterait un livre "L’autre roman du Graal", pièce que j'ai jouée avec des amis quatre ou cinq fois il ya une quinzaine d'années, un CD avec les musiques de la pièce déjà écrites et orchestrées et enfin des illustrations très psychédéliques. Un bel objet culturel ! Mais ce projet nécessite le soutien d’un éditeur motivé.

Merci à Pierre pour le partage de sa passion.

En savoir plus >> site de Pierre Luneval

 

LES CHOIX CULTURE

Enfin, nouveau rendez-vous : les invités du Journal nous donnent leurs choix culture. Voici ceux de Pierre Luneval

Littérature
"Syllogismes de l'amertume" de Cioran
"Ressacs" de Yann Dupont
"Le journal d'un corps" de Daniel Pennac

Musique
Roger Hodgson compositeur et chanteur de Supertramp
Avishai Cohen Trio 
David Hykes

Cinéma

Les réalisateurs Woody Allen et Clint Eastwood
Le tandem Bacri - Jaoui
"The Truman Show" de Peter Weir

Pierre LunevalLa 6e rencontre autour du polar d'Eaubonne est devenu au fil des années un rendez-vous incontournable pour tous les amoureux de cette littérature, le public ayant la chance de rencontrer et discuter avec de nombreux auteurs valdoisiens et d'ailleurs.
Parmi les invités, Pierre Luneval, un des auteurs les plus dynamiques de la Vallée de Montmorency présentera son thriller très remarqué "En souvenir… des jours à venir".
C'est une belle occasion pour le "Journal de François" de partir à sa rencontre.

Pierre, pourquoi avez-vous attendu vos 40 ans pour vous lancer dans l'écriture ?
J'ai toujours écrit ! Au départ, c'était des compositions musicales. Je suis musicien comme Philippe Di Maria que vous avez interviewé récemment. Après des nouvelles écrites sans principale ambition, je me suis lancé dans les romans.
Contrairement à la chanson, dont la création plonge dans une émotion sur un temps très court, l’écriture du roman suppose de garder un même feeling  sur une durée de quatre ou six mois, voire même un an. Dans mon tiroir j'ai deux romans que je n'ai pas repris car je ne trouve plus le feeling. Je les reprendrai plus tard peut-être. Les choses doivent mûrir. Je pense que chaque livre doit être meilleur que les autres.

"En souvenir… des jours à venir…" de Pierre Luneva
EN SOUVENIR DES JOURS A VENIR
Extrait 4e de couverture :
Mais que peut-on vouloir d'un homme qui se réveille amnésique un beau matin, en plein Manhattan ? Dépossédé de sa mémoire, traqué par des tueurs impitoyables, Christopher Robinson devra entreprendre un étrange voyage pour retrouver son identité. Entraînant avec lui le lecteur dans une course effrénée, aux rebondissements surprenants…
"En souvenir… des jours à venir…" de Pierre Luneval – Editions du Bord du Lot

Au fil de vos parutions, vous aimez changer de genres ?
J'aime me surprendre moi-même ! Apres un premier roman "Aubepierre", j'ai abordé la maladie avec "Si d'aventure…", livre sombre. Quant au polar "Prophétie meurtrière en Vexin", le ton était caustique. Puis après avoir publié des nouvelles, je propose un thriller avec "En souvenir… des jours à venir" qui touche un plus large public. Ce thriller est une réflexion sur la mémoire, la recherche d'identité, est-ce qu'on est prédestiné ? C'est aussi un hommage à Philip K Dick, auteur de "Total Recall", "Paycheck". Tout un univers avec l'image de l'homme qui vit dans un faux-semblant. Tout s'effrite … et cette situation m'intéresse ! C'est drôle car, depuis l'écriture du livre, est sorti "Sans identité" avec Liam Neeson qui reprend cette même thématique.
Et j'ai écrit ce livre sous une forme plus concise, plus alerte. Je voudrais remercier les Editions du Bord du Lot qui ont pris le risque financier de publier ces nouvelles, écrites pour certaines  il y a vingt ans, et retravaillées pour la circonstance.
Aujourd'hui, je m'oriente sur des livres plus sombres, polars noirs, thrillers mais qui restent toujours psychologiques. Des livres où les personnages se cherchent… comme moi !

En septembre sort votre nouveau roman. Pouvez-vous nous le présenter en avant-première ?
Ce sera un thriller, un roman psychologique qui s'appellera "La Vénule" (Luneval à l'envers, c'est à noter...). C'est l'histoire de deux personnes, deux narrateurs qui se rendent compte au fil du bouquin qu'ils représentent LA VENULE de Pierre Lunevalla même personne. Deux personnes dans un seul corps, ça fait beaucoup. Une partie lumineuse et  un côté noir. Il s’agit d’un jeune homme précoce, perturbé par des troubles d'épilepsie et des « absences » pendant lesquelles son double prend le contrôle.  C’est le côté sombre. Très sombre et amusant en même temps, qui va lui pourrir la vie et égayer celle du lecteur. Ce n'est pas un roman policier, il y a un meurtre certes  mais c'est surtout un roman très écrit, dont je suis très fier !
Pour ce livre, j'ai eu la chance de trouver un éditeur qui m'a tout de suite dit oui ! "Mon village" éditait au départ Bernard Clavel et des romans de terroir. Aujourd'hui, sous la houlette de Jean-Claude Piguet, les Editions  les Editions  "Mon village" s'ouvrent à d'autres domaines et ont été conquises par "La Vénule".
C'est une nouvelle étape avec un nouvel éditeur, plus important, qui va m'aider dans la diffusion du livre et ainsi celui-ci va, je l'espère, toucher un plus large public. Je dis cela tout  en saluant le travail de Marcel Gillet,  (éditions du Bord du Lot), mon éditeur actuel, qui est formidable et avec lequel je compte travailler encore sur d’autres projets.

Comment parvenez-vous à rendre ccompatible l'enseignement  (Pierre enseigne auprès de jeunes enfants en école élémentaire) et l'écriture ?
Au début, je dormais peu et j'écrivais beaucoup la nuit, ce qui me permet d'avoir des manuscrits d'avance… ! Mais maintenant, je suis dans une phase où je retravaille des textes dont  l'histoire est déjà écrite. Mon style évolue, mon écriture est plus fluide, mes phrases sont plus courtes.
Pour "La Vénule", mon prochain roman, je l'ai écrit en deux périodes : période d'inspiration pendant trois mois puis j'ai repris mon texte pendant des vacances et le ton avait changé : j'étais plus caustique et moins sombre.

Vous n'avez pas écrit de manière chronologique ?
Non le livre ne s'y prêtait pas. Je travaillais sur une voix ou sur une autre  selon mon envie. Pour "La Vénule", j'avais privilégié un personnage par rapport à l'autre mais la voix noire a réussi à se faire une belle place !

La musique vous a-t-elle aidé pour l'écriture ?
Oui, dans le rythme, dans la recherche du "truc", "du mot" qui touche comme Higelin au début de sa carrière ou Bashung avec les textes de Boris Bergman. De plus, maintenant, je pense aux lectures musicales que je propose aussi avec des musiciens et comédiens.

Pierre Luneva let son équipe - LECTURES EN MUSIQUEArrêtons-nous sur ces lectures musicales que vous proposez ? Pouvez-vous nous expliquer le concept ?
Ce sont des projets qui me motivent. Ces lectures en musique ou "lectures musicales" sont un concept nouveau en Val d'Oise, (il y en a beaucoup par contre à  Paris) : nous reprenons des extraits de mes romans et on conçoit un spectacle filé avec un thème, deux comédiens, une percussionniste chanteuse et trois musiciens. Ce sont des lectures jouées théâtralisées avec des extraits de mes livres selon les thèmes choisis : l'eau ou l'ancrage policier. Il n'est pas possible de faire tous les thèmes car cela repose sur mes romans.
Lors d’une intervention à l'hôpital d'enfants malades de Margency, j’ai aussi abordé d’autres thèmes, basés notamment sur l’écriture et le roman "Si d'aventure…".
Pour mon prochain livre "La vénule", je pense mettre en place un huis clos avec deux voix. Mais on en reparlera le temps venu.

On parle souvent de vous comme un "auteur funambule"…
J'aime bien cette image : le fait d'être toujours sur un fil, on se casse la gueule et on remonte… Sur un fil, on doit être toujours en éveil, être conscient que cela peut s'arrêter. Je suis toujours sur "le fil du roman"… Etape par étape, j'ai la chance de pouvoir écrire. Je prends cela comme un jeu, mon but principal c'est d'être diffusé.
D'autre part, j'aime les rencontres et les retours du public. Et dans le Val d'Oise, on est gâtés ! J'aime la rencontre annuelle autour du polar à Eaubonne où un public fidèle vient nous rencontrer mais j'apprécie aussi le salon de Montigny, de Méry-sur-Oise, celui de Val et Foret, de Parmain, de Nesles-la-Vallée... Dans le Val d'Oise je me sens bien. Je salue aussi le travail des médiathèques de la région.

VIDEO EAU DE LA - LECTURES EN MUSIQUE de PIERRE LUNEVALComment voyez-vous l'évolution du marché du livre avec l'arrivée du numérique ?
Je ne suis pas un spécialiste car je suis un "benêt" dans le domaine de l'informatique. A mon avis, on ne pourra pas empêcher la technique d'évoluer. Ce support est très pratique, c'est une évolution obligatoire mais je reste attaché à l'objet, à la matérialisation du livre. Tout comme, à titre de comparaison, je me réjouis du retour du vinyle. Mais je pense que les deux technologies vont cohabiter.
En parlant d'objet culturel, je vais vous confier un petit scoop : j'aimerais réaliser un triptyque intitulé "Intégraal" qui comporterait un livre "L’autre roman du Graal", pièce que j'ai jouée avec des amis quatre ou cinq fois il ya une quinzaine d'années, un CD avec les musiques de la pièce déjà écrites et orchestrées et enfin des illustrations très psychédéliques. Un bel objet culturel ! Mais ce projet nécessite le soutien d’un éditeur motivé.

Merci à Pierre pour le partage de sa passion.

En savoir plus >> site de Pierre Luneval

 

LES CHOIX CULTURE

Enfin, nouveau rendez-vous : les invités du Journal nous donnent leurs choix culture. Voici ceux de Pierre Luneval

Littérature
"Syllogismes de l'amertume" de Cioran
"Ressacs" de Yann Dupont
"Le journal d'un corps" de Daniel Pennac

Musique
Roger Hodgson compositeur et chanteur de Supertramp
Avishai Cohen Trio 
David Hykes

Cinéma

Les réalisateurs Woody Allen et Clint Eastwood
Le tandem Bacri - Jaoui
"The Truman Show" de Peter Weir

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Littérature"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Littérature"


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

HAUTEMAISONCoryne - Il y a 4 ans
Bonjour François,
OH que OUI ! je l'apprécie Pierre, pour de multiples raisons et notamment son contact chaleureux et ouvert, son talent et sa bonne humeur, entre autres.
J'ai fait une recension qui est passée sur Facebook, en son temps, de son ouvrage "Si d'aventure, tu meurs", un livre magnifique et je vais continuer, car il a beaucoup de talent !
Je le rencontre sur les salons du livre dans le Val d'Oise, que nous faisons, l'un et l'autre.
MERCI pour cet article (et les autres, bien sûr !)
Bien amicalement. Coryphee
Je suis allée voir l'exposition de photos à Mézières à Eaubonne. SUPERBE !