Accueil > Culture > Cinéma > Mercredi cinéma : les films à l'affiche cette semaine dans la Vallée de Montmorency.
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Mercredi cinéma : les films à l'affiche cette semaine dans la Vallée de Montmorency.

Publié le : 03-07-2019
PAUVRE GEORGES de Claire Devers YERTERDAY de Danny Boyle POUR LES SOLDATS TOMBES de Peter Jackson

Sorties de la semaine : la sélection du Journal !

"Pauvre Georges !" de Claire Devers avec Grégory Gadebois, Monia Chokri, Noah Parker, Pascale Arbillot, Stéphane De Groodt
"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" (Paul Eluard)
Georges a quitté la France pour le Québec et s'est installé à la campagne avec sa femme, Emma. Un soir, en rentrant du collège où il enseigne le Français à Montréal, il surprend Zack, un adolescent déscolarisé, en train de fouiller leur maison. Georges voit en ce gosse un nouveau projet de vie et se met en tête de le sauver.
Cette décision prise contre l'avis de tous va provoquer des réactions incontrôlées et faire exploser tous les liens qui les unissaient les uns aux autres.
> Bande annonce

"Yesterday" de Danny Boyle avec Himesh Patel, Lily James, Ed Sheeran
Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre.
Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.
> Bande annonce

"Pour les soldats tombés" de Peter Jackson avec Tim Bentinck, Kevin Howarth…
Entre 1914 et 1918, un conflit mondial change à jamais le cours de l’histoire. Les hommes et femmes qui y ont participé ne vivaient pas dans un monde silencieux, en noir et blanc. Faites donc un voyage dans le temps pour revivre, comme si vous y étiez, ce moment majeur de l’histoire.
> Bande annonce

 

Programme des cinémas de la Vallée de Montmorency :

Saint-Gratien (Les Toiles)
Franconville (cinéma Henri Langlois)
Montmorency (L'Eden)
Taverny (Studio Ciné) nouveau !
Enghien (Centre des Arts)
Enghien (Ugc)

Ermont (séances les mardis et mercredis)
Eaubonne (séances du mercredi)

Autres cinémas proches :

Epinay-sur-Seine (CGR)
Saint-Ouen l'Aumône (Utopia)
Montigny-lès-Cormeilles (Megarama)

 

PAUVRE GEORGES ! de Claire DeversBonus : propos de Claire Devers réalisatrice de "Pauvre Georges !"

Pourquoi avoir eu envie d’adapter ce roman ?
Je l’ai découvert il y a des années chez mon agent et me suis immédiatement sentie en phase avec le livre et l’auteure ; j’ai aimé cette cosmogonie humaine disparate et complexe dans laquelle Paula Fox nous invite à pénétrer ; la lucidité cruelle et l’humour avec lesquels elle la dépeint. Avec ce roman, écrit et publié une première fois en 1970, elle pointe, avec cinquante ans d’avance, la société des bobos, cette gauche qu’on voit s’effondrer aujourd’hui à force d’embourgeoisement et d’éloignement de leurs valeurs fondatrices. "Pauvre Georges !" est d’une modernité incroyable ; c’est vraiment l’œuvre d’une visionnaire. C’est Jonathan Franzen qui a remis cette écrivaine au goût du jour dans les années 2000. Certains n’hésitent pas aujourd’hui à la considérer comme une écrivaine majeure de la seconde moitié du 20ème siècle, comme la "Tchékhov américaine".

Tout commence lorsque Georges, enseignant français à Montréal, surprend un adolescent dans la maison en pleine nature où il vient d’emménager avec sa femme. Il a d’abord très peur puis voit aussitôt en lui un projet de vie qui pourrait les sauver tous les deux. Et ment à son épouse en prétextant que leur « visiteur » est venu solliciter son aide. On sent tout de suite que quelque chose cloche…
Le premier sentiment de Georges est la peur. Mais dès l’instant où Georges comprend qu’il a affaire à un gosse, il oublie sa frayeur. Il ne veut plus voir en Zack qu’un enfant déscolarisé enfin à la hauteur de ses espérances. Sauf que Zack est tout sauf un innocent. C’est comme si Georges dérapait sur une plaque de verglas sans s’en rendre compte. Et il va déraper jusqu’au choc. L’exaltation l’emporte sur la prudence. (...)

Grégory Gadebois, qui interprète Georges, réussit à lui donner un vernis de sympathie.
Il le fallait, il n’y a pas de méchant réussi sans humanité. Et c’est ce qui rendait le personnage intéressant à jouer et à diriger. J’ai découvert Grégory à la Comédie Française il y a des années et lui avais déjà confié le personnage d’un trader amoral dans "Rapace", un téléfilm sur la crise économique de 2008 réalisé pour Arte. Il y était exceptionnel. Cet acteur, c’est une mine d’or, un des plus grands actuellement en France ! Il a en lui une tranquillité, une fausse douceur, une calme opiniâtreté qui laisse sourdre une violence extrême. Grégory incarne toute cette puissance empêchée qu’a Georges.

Face à Georges, Emma (Monia Chokri), sa femme, est la figure de la raison.
Elle est celle qui, dès le départ, comprend tout, voit tout. Emma perçoit très vite que ce gamin est un danger pour son couple et que Georges est en train de dérailler. Elle tente par tous les moyens la discussion, la violence, l’acceptation indifférente - de lui remettre la tête à l’endroit. Emma, c’est Cassandre, et c’est aussi Paula Fox. Elle peut sembler dure et l’est…un peu, comme une combattante. Elle finira par trouver le courage et l’énergie de quitter son mari. C’est elle la décisionnaire ; pas Georges, bien trop lâche. Comme tous les protagonistes du film, Emma elle aussi est quelqu’un de complexe. Aucun d’eux n’est tout à fait gentil, ni tout à fait méchant. Même les pires sont attachants.
(extrait dossier de presse)

PAUVRE GEORGES de Claire Devers YERTERDAY de Danny Boyle POUR LES SOLDATS TOMBES de Peter Jackson

Sorties de la semaine : la sélection du Journal !

"Pauvre Georges !" de Claire Devers avec Grégory Gadebois, Monia Chokri, Noah Parker, Pascale Arbillot, Stéphane De Groodt
"Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous" (Paul Eluard)
Georges a quitté la France pour le Québec et s'est installé à la campagne avec sa femme, Emma. Un soir, en rentrant du collège où il enseigne le Français à Montréal, il surprend Zack, un adolescent déscolarisé, en train de fouiller leur maison. Georges voit en ce gosse un nouveau projet de vie et se met en tête de le sauver.
Cette décision prise contre l'avis de tous va provoquer des réactions incontrôlées et faire exploser tous les liens qui les unissaient les uns aux autres.
> Bande annonce

"Yesterday" de Danny Boyle avec Himesh Patel, Lily James, Ed Sheeran
Hier tout le monde connaissait les Beatles, mais aujourd’hui seul Jack se souvient de leurs chansons. Il est sur le point de devenir extrêmement célèbre.
Jack Malik est un auteur-compositeur interprète en galère, dont les rêves sont en train de sombrer dans la mer qui borde le petit village où il habite en Angleterre, en dépit des encouragements d’Ellie, sa meilleure amie d’enfance qui n’a jamais cessé de croire en lui. Après un accident avec un bus pendant une étrange panne d’électricité, Jack se réveille dans un monde où il découvre que les Beatles n’ont jamais existé… ce qui va le mettre face à un sérieux cas de conscience.
> Bande annonce

"Pour les soldats tombés" de Peter Jackson avec Tim Bentinck, Kevin Howarth…
Entre 1914 et 1918, un conflit mondial change à jamais le cours de l’histoire. Les hommes et femmes qui y ont participé ne vivaient pas dans un monde silencieux, en noir et blanc. Faites donc un voyage dans le temps pour revivre, comme si vous y étiez, ce moment majeur de l’histoire.
> Bande annonce

 

Programme des cinémas de la Vallée de Montmorency :

Saint-Gratien (Les Toiles)
Franconville (cinéma Henri Langlois)
Montmorency (L'Eden)
Enghien (Centre des Arts)
Enghien (Ugc)

Ermont (séances les mardis et mercredis)
Eaubonne (séances du mercredi)

Autres cinémas proches :

Epinay-sur-Seine (CGR)
Saint-Ouen l'Aumône (Utopia)
Montigny-lès-Cormeilles (Megarama)

 

Bonus : propos de Claire Devers réalisatrice de "Pauvre Georges !"

Pourquoi avoir eu envie d’adapter ce roman ?
Je l’ai découvert il y a des années chez mon agent et me suis immédiatement sentie en phase avec le livre et l’auteure ; j’ai aimé cette cosmogonie humaine disparate et complexe dans laquelle Paula Fox nous invite à pénétrer ; la lucidité cruelle et l’humour avec lesquels elle la dépeint. Avec ce roman, écrit et publié une première fois en 1970, elle pointe, avec cinquante ans d’avance, la société des bobos, cette gauche qu’on voit s’effondrer aujourd’hui à force d’embourgeoisement et d’éloignement de leurs valeurs fondatrices. "Pauvre Georges !" est d’une modernité incroyable ; c’est vraiment l’œuvre d’une visionnaire. C’est Jonathan Franzen qui a remis cette écrivaine au goût du jour dans les années 2000. Certains n’hésitent pas aujourd’hui à la considérer comme une écrivaine majeure de la seconde moitié du 20ème siècle, comme la "Tchékhov américaine".

Tout commence lorsque Georges, enseignant français à Montréal, surprend un adolescent dans la maison en pleine nature où il vient d’emménager avec sa femme. Il a d’abord très peur puis voit aussitôt en lui un projet de vie qui pourrait les sauver tous les deux. Et ment à son épouse en prétextant que leur « visiteur » est venu solliciter son aide. On sent tout de suite que quelque chose cloche…
Le premier sentiment de Georges est la peur. Mais dès l’instant où Georges comprend qu’il a affaire à un gosse, il oublie sa frayeur. Il ne veut plus voir en Zack qu’un enfant déscolarisé enfin à la hauteur de ses espérances. Sauf que Zack est tout sauf un innocent. C’est comme si Georges dérapait sur une plaque de verglas sans s’en rendre compte. Et il va déraper jusqu’au choc. L’exaltation l’emporte sur la prudence. (...)

Grégory Gadebois, qui interprète Georges, réussit à lui donner un vernis de sympathie.
Il le fallait, il n’y a pas de méchant réussi sans humanité. Et c’est ce qui rendait le personnage intéressant à jouer et à diriger. J’ai découvert Grégory à la Comédie Française il y a des années et lui avais déjà confié le personnage d’un trader amoral dans "Rapace", un téléfilm sur la crise économique de 2008 réalisé pour Arte. Il y était exceptionnel. Cet acteur, c’est une mine d’or, un des plus grands actuellement en France ! Il a en lui une tranquillité, une fausse douceur, une calme opiniâtreté qui laisse sourdre une violence extrême. Grégory incarne toute cette puissance empêchée qu’a Georges.

Face à Georges, Emma (Monia Chokri), sa femme, est la figure de la raison.
Elle est celle qui, dès le départ, comprend tout, voit tout. Emma perçoit très vite que ce gamin est un danger pour son couple et que Georges est en train de dérailler. Elle tente par tous les moyens la discussion, la violence, l’acceptation indifférente - de lui remettre la tête à l’endroit. Emma, c’est Cassandre, et c’est aussi Paula Fox. Elle peut sembler dure et l’est…un peu, comme une combattante. Elle finira par trouver le courage et l’énergie de quitter son mari. C’est elle la décisionnaire ; pas Georges, bien trop lâche. Comme tous les protagonistes du film, Emma elle aussi est quelqu’un de complexe. Aucun d’eux n’est tout à fait gentil, ni tout à fait méchant. Même les pires sont attachants.
(extrait dossier de presse)

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Cinéma"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Cinéma"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28