Chargement ...
[Fermer]
[Fermer]

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Vous êtes ici: Page d'accueil > Histoire locale > Rencontres de François > Les rencontres de François : les personnalités de la Vallée (série 5/6)

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Librairie spéciale Vallée de Montmorency – Val d'Oise

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

Les rencontres de François : les personnalités de la Vallée de Montmorency à l’honneur ! (série 5/6)

Tout au long de l’année, le Journal de François vous propose de nombreuses rencontres avec des personnalités de la Vallée de Montmorency.
Cet été, période où l’actualité est moins dense, retrouvons une sélection des grandes interviews publiées au cours cette année.
Aujourd’hui : Thierry Leclerc, artiste de Saint-Leu-la-Forêt.

 

Thierry Leclerc, chanteur, acteur, lecteur, animateur… L'artiste de Saint-Leu-la-Forêt est incontournable !

Thierry Leclerc"Le cri du Poilu" est devenu une référence à l'occasion du Centenaire de la Grande Guerre, ses autres spectacles consacrés au music-hall ou autres chansons yé-yé sont très demandés… Thierry Leclerc est une des personnalités incontournables de la Vallée de Montmorency. Partons à la découverte des nombreuses facettes de cet artiste attachant.

Vous vous définissez comme un comédien-chanteur et vous proposez de nombreux spectacles autour de la chanson française ("Chansons de poètes", "Music-hall et cabaret"...). Quel a été le déclic pour présenter ces diverses animations ?
Tout est parti il y a 10 ans avec les "Chansons de Prévert" !
En effet, j'ai suivi une formation au Conservatoire d'Art Dramatique de Nancy avant de rejoindre la capitale. Dans des pièces mises en scène par Nicolas Bataille dans laquelle je jouais ("Viva Maïakovski", " En route vers le Tokaïdo"), je devais chanter quelques morceaux dont certains en japonais ! Le célèbre metteur en scène m'a ensuite convaincu que je pouvais chanter seul devant un public.
LES CHANSONS DE PREVERT par Thierry LeclercC'est alors que j'ai imaginé en 2007 un spectacle consacré à Jacques Prévert, composé des poèmes mis en musique par Joseph Cosma et d'extraits de ses dialogues de films. Et lorsque j'ai présenté mon travail à Nicolas Bataille qui a côtoyé Prévert, il m'a dit : « Formidable ! » Ce fut sûrement mon audition la plus importante. Evidemment, il m'a aussi donné quelques conseils pour que j'améliore le spectacle.

C'était il y a dix ans. Aujourd'hui, vous êtes à l'affiche de nombreux rendez-vous programmés dans la Vallée de Montmorency. Aujourd'hui, vous présentez un spectacle "Paris chansons, Paris poètes" ?

C'est vrai que je propose différents spectacles qui mettent la chanson française à l'honneur. Par exemple dans "Paris chansons, Paris poètes", on retrouve Guy Béart, Guillaume Apollinaire, Francis Lemarque, Raymond Queneau, Charles Trénet, Victor Hugo, Yves Montand, Paul Verlaine, et bien d’autres artistes qui ont rendu hommage à Paris. Dans "Music-hall et Cabaret", je chante de grands succès de la chanson française signés Montand, Mouloudji, Ferré.
Souvenirs souvenirs par Thierry LeclercEnfin, deux autres spectacles rencontrent aussi un grand succès car le public chante avec moi : c'est "Souvenirs souvenirs" pour se remémorer la période yé-yé ou "Eh bien chantons maintenant !" qui revisite 50 ans de chansons françaises.

C'était votre rêve de jeunesse de vous produire sur scène ?

Vous savez, mon rêve c'était tout simplement jouer devant le public. Et quand vous y avez goûté… cela ne vous quitte plus !

Nous avons évoqué vos spectacles chantés mais, quand vous étiez encore sur les bancs du Conservatoire de Nancy, c'est le théâtre qui vous attire ?
C'est vrai et avec des amis, nous avions créé une petite troupe pour apprendre le métier en présentant des petits spectacles. En effet, au Conservatoire, on n'avait que deux fois par an un contact avec un vrai public et cela ne nous suffisait pas.
Une fois à Paris, j'ai enchainé divers petits boulots et passé de nombreux castings. J'ai même fait des voix pour des pub radio pour Fun Radio ou Montmartre FM.

EThierry Leclerc dans La Cantatrice Chauvet aujourd'hui, vous jouer toujours sur scène ?
Oui. Vous avez sûrement entendu parler de "La Cantatrice chauve", la célèbre pièce d'Eugène Ionesco qui est jouée à Paris, au théâtre de la Huchette, depuis 60 ans ! La pièce a même reçu un Molière d'honneur en 1989. J'ai la chance de faire partie de la troupe qui assure les représentations. J'interprête, en alternance avec d'autres comédiens, le capitaine des pompiers. un rôle que je reprends quelques semaines au cours de l'année. A chaque fois, je dois réviser mon texte car dans la pièce, mon personnage a une grande tirade avec des propos incohérents à dire de manière naturelle ! Si vous n'avez pas encore vu la pièce à Paris, il n'est pas trop tard !

Evoquons, si vous le voulez bien, une autre facette artistique que vous développez : la lecture à haute voix.
Avec plaisir. En effet, j'interviens dans les écoles et la médiathèque de Sannois pour des ateliers de lectures à haute voix. Au collège, cela permet aux jeunes de s'extérioriser, d'être moins timides et plus à l'aise pour parler en public. Cela les aide pour les épreuves du Brevet et plus particulièrement pour la présentation demandée en "Histoire de Thierry Leclercl'Art". En primaire, les lectures sont loin d'être statiques et, au fil des séances, les enfants connaissent les textes par cœur. Cela devient alors du théâtre !

Votre talent pour la lecture à haute voix, vous l'apportez aussi auprès d'Hervé Collet lors des "Jurys valmorencéens" que notre historien local organise. Une expérience nouvelle pour vous ?
C'est vrai ! C'est passionnant de participer à ces "rendez-vous historiques" et de mettre en valeur par la voix les textes retrouvés par Hervé Collet. Récemment, nous avons posé la question ; "Charlotte Corday est-elle venue à Montmorency avant de tuer Marat ?". C'est plaisant de lire à haute voix devant un public très attentif ! Ce fut un franc succès et, pour l'anecdote, les spectateurs ont voté majoritairement "pour" le passage de Charlotte à Montmorency. En avril, je retrouverai Hervé Collet pour une évocation en musique des chanteurs eaubonnais. Une belle soirée en perspective !

PARIS CHANSONS PARIS¨POETESEnfin, impossible de terminer notre rencontre sans évoquer " Le cri du poilu". Comment vous est venue l'idée du spectacle ?
C'est le centenaire de la guerre de 14-18 et c'était donc l'occasion de créer un spectacle qui rassemble des chansons et récits de la Grande Guerre. On y retrouve des textes forts de Dorgelès, Genevoix, Barbusse entremêlés à des chants de soldat comme "La Madelon" ou "L'ami bidasse" ! Et l'accueil du public est formidable. J'espère jouer "Le cri du poilu" encore à de nombreuses reprises !

Thierry, grand merci pour votre gentillesse et votre disponibilité et rendez-vous est pris à Saint-Leu pour "Paris chansons, Paris poètes" !

 

 

Tout au long de l’année, le Journal de François vous propose de nombreuses rencontres avec des personnalités de la Vallée de Montmorency.
Cet été, période où l’actualité est moins dense, retrouvons une sélection des grandes interviews publiées au cours cette année.
Aujourd’hui : Thierry Leclerc, artiste de Saint-Leu-la-Forêt.

 

Thierry Leclerc, chanteur, acteur, lecteur, animateur… L'artiste de Saint-Leu-la-Forêt est incontournable !

Thierry Leclerc"Le cri du Poilu" est devenu une référence à l'occasion du Centenaire de la Grande Guerre, ses autres spectacles consacrés au music-hall ou autres chansons yé-yé sont très demandés… Thierry Leclerc est une des personnalités incontournables de la Vallée de Montmorency. Partons à la découverte des nombreuses facettes de cet artiste attachant.

Vous vous définissez comme un comédien-chanteur et vous proposez de nombreux spectacles autour de la chanson française ("Chansons de poètes", "Music-hall et cabaret"...). Quel a été le déclic pour présenter ces diverses animations ?
Tout est parti il y a 10 ans avec les "Chansons de Prévert" !
En effet, j'ai suivi une formation au Conservatoire d'Art Dramatique de Nancy avant de rejoindre la capitale. Dans des pièces mises en scène par Nicolas Bataille dans laquelle je jouais ("Viva Maïakovski", " En route vers le Tokaïdo"), je devais chanter quelques morceaux dont certains en japonais ! Le célèbre metteur en scène m'a ensuite convaincu que je pouvais chanter seul devant un public.
LES CHANSONS DE PREVERT par Thierry LeclercC'est alors que j'ai imaginé en 2007 un spectacle consacré à Jacques Prévert, composé des poèmes mis en musique par Joseph Cosma et d'extraits de ses dialogues de films. Et lorsque j'ai présenté mon travail à Nicolas Bataille qui a côtoyé Prévert, il m'a dit : « Formidable ! » Ce fut sûrement mon audition la plus importante. Evidemment, il m'a aussi donné quelques conseils pour que j'améliore le spectacle.

C'était il y a dix ans. Aujourd'hui, vous êtes à l'affiche de nombreux rendez-vous programmés dans la Vallée de Montmorency. Aujourd'hui, vous présentez un spectacle "Paris chansons, Paris poètes" ?

C'est vrai que je propose différents spectacles qui mettent la chanson française à l'honneur. Par exemple dans "Paris chansons, Paris poètes", on retrouve Guy Béart, Guillaume Apollinaire, Francis Lemarque, Raymond Queneau, Charles Trénet, Victor Hugo, Yves Montand, Paul Verlaine, et bien d’autres artistes qui ont rendu hommage à Paris. Dans "Music-hall et Cabaret", je chante de grands succès de la chanson française signés Montand, Mouloudji, Ferré.
Souvenirs souvenirs par Thierry LeclercEnfin, deux autres spectacles rencontrent aussi un grand succès car le public chante avec moi : c'est "Souvenirs souvenirs" pour se remémorer la période yé-yé ou "Eh bien chantons maintenant !" qui revisite 50 ans de chansons françaises.

C'était votre rêve de jeunesse de vous produire sur scène ?

Vous savez, mon rêve c'était tout simplement jouer devant le public. Et quand vous y avez goûté… cela ne vous quitte plus !

Nous avons évoqué vos spectacles chantés mais, quand vous étiez encore sur les bancs du Conservatoire de Nancy, c'est le théâtre qui vous attire ?
C'est vrai et avec des amis, nous avions créé une petite troupe pour apprendre le métier en présentant des petits spectacles. En effet, au Conservatoire, on n'avait que deux fois par an un contact avec un vrai public et cela ne nous suffisait pas.
Une fois à Paris, j'ai enchainé divers petits boulots et passé de nombreux castings. J'ai même fait des voix pour des pub radio pour Fun Radio ou Montmartre FM.

EThierry Leclerc dans La Cantatrice Chauvet aujourd'hui, vous jouer toujours sur scène ?
Oui. Vous avez sûrement entendu parler de "La Cantatrice chauve", la célèbre pièce d'Eugène Ionesco qui est jouée à Paris, au théâtre de la Huchette, depuis 60 ans ! La pièce a même reçu un Molière d'honneur en 1989. J'ai la chance de faire partie de la troupe qui assure les représentations. J'interprête, en alternance avec d'autres comédiens, le capitaine des pompiers. un rôle que je reprends quelques semaines au cours de l'année. A chaque fois, je dois réviser mon texte car dans la pièce, mon personnage a une grande tirade avec des propos incohérents à dire de manière naturelle ! Si vous n'avez pas encore vu la pièce à Paris, il n'est pas trop tard !

Evoquons, si vous le voulez bien, une autre facette artistique que vous développez : la lecture à haute voix.
Avec plaisir. En effet, j'interviens dans les écoles et la médiathèque de Sannois pour des ateliers de lectures à haute voix. Au collège, cela permet aux jeunes de s'extérioriser, d'être moins timides et plus à l'aise pour parler en public. Cela les aide pour les épreuves du Brevet et plus particulièrement pour la présentation demandée en "Histoire de Thierry Leclercl'Art". En primaire, les lectures sont loin d'être statiques et, au fil des séances, les enfants connaissent les textes par cœur. Cela devient alors du théâtre !

Votre talent pour la lecture à haute voix, vous l'apportez aussi auprès d'Hervé Collet lors des "Jurys valmorencéens" que notre historien local organise. Une expérience nouvelle pour vous ?
C'est vrai ! C'est passionnant de participer à ces "rendez-vous historiques" et de mettre en valeur par la voix les textes retrouvés par Hervé Collet. Récemment, nous avons posé la question ; "Charlotte Corday est-elle venue à Montmorency avant de tuer Marat ?". C'est plaisant de lire à haute voix devant un public très attentif ! Ce fut un franc succès et, pour l'anecdote, les spectateurs ont voté majoritairement "pour" le passage de Charlotte à Montmorency. En avril, je retrouverai Hervé Collet pour une évocation en musique des chanteurs eaubonnais. Une belle soirée en perspective !

PARIS CHANSONS PARIS¨POETESEnfin, impossible de terminer notre rencontre sans évoquer " Le cri du poilu". Comment vous est venue l'idée du spectacle ?
C'est le centenaire de la guerre de 14-18 et c'était donc l'occasion de créer un spectacle qui rassemble des chansons et récits de la Grande Guerre. On y retrouve des textes forts de Dorgelès, Genevoix, Barbusse entremêlés à des chants de soldat comme "La Madelon" ou "L'ami bidasse" ! Et l'accueil du public est formidable. J'espère jouer "Le cri du poilu" encore à de nombreuses reprises !

Thierry, grand merci pour votre gentillesse et votre disponibilité et rendez-vous est pris à Saint-Leu pour "Paris chansons, Paris poètes" !

 

 


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

(Pour vérifier que vous n'êtes pas un robot et éviter les spams, merci de répondre à la question suivante :)

CAPTCHA Image Reload Image
Résultat :

Aucun commentaire