Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les chroniques de Moritz : "Optimisme"
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Les chroniques de Moritz : "Optimisme"

Publié le : 08-09-2019

Gérard Pouettre

Notre cher Moritz est de retour pour une nouvelle saison et fait preuve d'optimisme pour cette rentrée ! Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Optimisme

MoritzMoritz a décidé d’être optimiste. Il est resté seul (mais nourri et logé) quelques jours cet été. Bien sûr, il était un peu inquiet mais il a tiré profit de la lecture du Monde des Animaux. Une recherche d’une université américaine vient de prouver que certains animaux, dont les chats bien sûr, sont capables d’estimer les durées. Ses maitres avaient parlé de huit jours d’absence alors Moritz a marqué d’une griffe chaque lever du soleil et, au fil des jours, il s’est rassuré sur le retour de ses maitres.

Son calcul s’est révélé juste. Son optimisme s’est alors étendu à la marche du monde. Ce n’est pas facile pour lui car les médias qu’il suit fidèlement évoquent plus facilement les problèmes du monde que les progrès. Cependant quelques manifestations récentes de l’intelligence des habitants de cette planète … de tous les habitants, l’inclinent vers l’espoir.

Lui qui est un chat urbain, puisque francilien, se réjouit de l’étude néerlandaise présentée sur LCI (le Chat Intelligent) qui démontre que la ville rend les animaux plus intelligents. Il déteste les corbeaux mais doit reconnaitre que les corbeaux japonais capables de lancer des noix sous les voitures qui roulent lentement pour récupérer ensuite leur butin sans coque sont impressionnants. Il se demande si la ville rend aussi les humains plus intelligents mais, comme il ne veut vexer personne, la réponse reste en suspens…

Par contre, les végétaux font aussi preuve de formes d’intelligence sensorielle inattendues et de talents d’adaptation. Comme le monde végétal représente 82% du poids de la vie sur terre, il y a des idées à prendre pour les autres espèces. Dans La Voix des Plantes, un biologiste italien explique qu’une plante peut voir ; bien qu’elle n’ait pas d’yeux, elle perçoit son environnement en analysant la lumière reçue. Moritz, comme tout chat capable de voir dans la nuit, n’est pas très impressionné mais pense que cela peut être utile aux humains, cette espèce diurne. Il en veut toutefois à ce biologiste qui a déclaré que les plantes étaient beaucoup plus intelligentes que les animaux !

Quant aux humains, il semble qu’ils soient de plus en plus obsédés par l’intelligence artificielle. Moritz est effrayé par ce risque de déshumanisation des décisions : il refuse qu’un robot décide de l’heure et de la quantité de ses repas. Pourquoi pas de ses heures de sortie aussi ? Heureusement, le renouveau de quelques pratiques traditionnelles compensera peut-être cette tendance.
Moritz n’aime pas trop les anglicismes qui les désigne mais lorsque ses maitres s’y exercent, il trouve que cela les humanise un peu plus : le do it yourself et le home staging c’est-à-dire le relookage de son habitat activent l’intelligence pratique. Il parait que 20% des français fabriquent leur pain et 14% une partie de leurs vêtements. De quoi alimenter l’optimisme de Moritz.

Gérard Pouettre

Notre cher Moritz est de retour pour une nouvelle saison et fait preuve d'optimisme pour cette rentrée ! Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Optimisme

MoritzMoritz a décidé d’être optimiste. Il est resté seul (mais nourri et logé) quelques jours cet été. Bien sûr, il était un peu inquiet mais il a tiré profit de la lecture du Monde des Animaux. Une recherche d’une université américaine vient de prouver que certains animaux, dont les chats bien sûr, sont capables d’estimer les durées. Ses maitres avaient parlé de huit jours d’absence alors Moritz a marqué d’une griffe chaque lever du soleil et, au fil des jours, il s’est rassuré sur le retour de ses maitres.

Son calcul s’est révélé juste. Son optimisme s’est alors étendu à la marche du monde. Ce n’est pas facile pour lui car les médias qu’il suit fidèlement évoquent plus facilement les problèmes du monde que les progrès. Cependant quelques manifestations récentes de l’intelligence des habitants de cette planète … de tous les habitants, l’inclinent vers l’espoir.

Lui qui est un chat urbain, puisque francilien, se réjouit de l’étude néerlandaise présentée sur LCI (le Chat Intelligent) qui démontre que la ville rend les animaux plus intelligents. Il déteste les corbeaux mais doit reconnaitre que les corbeaux japonais capables de lancer des noix sous les voitures qui roulent lentement pour récupérer ensuite leur butin sans coque sont impressionnants. Il se demande si la ville rend aussi les humains plus intelligents mais, comme il ne veut vexer personne, la réponse reste en suspens…

Par contre, les végétaux font aussi preuve de formes d’intelligence sensorielle inattendues et de talents d’adaptation. Comme le monde végétal représente 82% du poids de la vie sur terre, il y a des idées à prendre pour les autres espèces. Dans La Voix des Plantes, un biologiste italien explique qu’une plante peut voir ; bien qu’elle n’ait pas d’yeux, elle perçoit son environnement en analysant la lumière reçue. Moritz, comme tout chat capable de voir dans la nuit, n’est pas très impressionné mais pense que cela peut être utile aux humains, cette espèce diurne. Il en veut toutefois à ce biologiste qui a déclaré que les plantes étaient beaucoup plus intelligentes que les animaux !

Quant aux humains, il semble qu’ils soient de plus en plus obsédés par l’intelligence artificielle. Moritz est effrayé par ce risque de déshumanisation des décisions : il refuse qu’un robot décide de l’heure et de la quantité de ses repas. Pourquoi pas de ses heures de sortie aussi ? Heureusement, le renouveau de quelques pratiques traditionnelles compensera peut-être cette tendance.
Moritz n’aime pas trop les anglicismes qui les désigne mais lorsque ses maitres s’y exercent, il trouve que cela les humanise un peu plus : le do it yourself et le home staging c’est-à-dire le relookage de son habitat activent l’intelligence pratique. Il parait que 20% des français fabriquent leur pain et 14% une partie de leurs vêtements. De quoi alimenter l’optimisme de Moritz.


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28