Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les chroniques de Moritz : "Le sens des sens".
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Les chroniques de Moritz : "Le sens des sens".

Publié le : 01-06-2019

Gérard Pouettre

Cette semaine, notre cher Moritz nous offre du sens... au sens ! Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

MoritzLe sens des sens

S’il est un animal attentif à ses cinq sens, c’est bien le chat. Moritz pourrait donner des leçons d’utilisation optimale des sens. Il s’est rendu compte que les humains savent de moins en moins tirer profit de leurs sens et que leurs perceptions du monde sont de moins en moins naturelles. Savent-ils encore regarder, sentir, toucher, goûter, écouter ?

Moritz sent systématiquement sa nourriture avant de manger. Il essaie parfois d’attraper un morceau avec sa patte pour paraitre un peu raffiné mais en général, il évite les intermédiaires avec sa bouche. Il pense que les humains ont toujours voulu se compliquer les choses avec leurs couverts. Mais il a découvert sur le site Lafourchette que 3.5 milliards de personnes mangent encore avec les mains et que c’est seulement depuis le 16ème siècle que les hommes utilisent la fourchette. En fait c’était plutôt les femmes et donc considéré à l’époque comme maniéré. Raison de plus pour lui de ne pas s’y mettre.

Les 3.5 milliards de raffinés qui mangent avec des couverts ne se rendent plus compte de la sensualité de la nourriture. Ce sont souvent les mêmes qui n’osent plus toucher la terre. Moritz ne pourrait pas se passer de ce contact avec la nature. Heureusement, on ne lui a jamais proposé de porter des chaussures car gratter le sol ou les écorces d’arbres est pour lui une thérapie. Il s’est donc réjoui de voir qu’une entreprise proposait à ses employés de faire du jardinage pour favoriser le bien-être au travail en installant une serre biologique sur le lieu de travail.
Cette activité leur permet aussi de ne plus avoir les yeux rivés sur des écrans et peut-être d’entendre les plantes respirer au lieu des sons artificiels des machines. La SPA (Société Protectrice des Addictions) a révélé que les français passent en moyenne 4 heures 39 par jour sur internet et qu’il y a 5 millions d’abonnés sur Netflix. Moritz se demande si les futurs vieux ne risquent pas de devenir sourds et aveugles. Sauront-ils encore remarquer l’arrivée du printemps autrement que par des images ou des pictogrammes ?

D’ailleurs, Moritz n’apprécie ni les émojis ni les émoticons car il trouve que les têtes de chat sont ridicules, caricaturées à partir de ces affreuses pastilles jaunes. 239 nouveaux sont arrivés en ce début d’année et, parmi eux, ce qui le scandalise, la loutre, le paresseux et le flamant rose. Mais où va-t-on avec ces animaux virtuels ? Faire croire que tous les animaux sont sympathiques et gentils relève pour Moritz des fake news. D’ailleurs à l’occasion des 30 ans de la toile, le créateur du web s’inquiète aussi des dérives du système (fake news, haine…). Moritz n’aime pas non plus lorsqu’il y a de grosses araignées noires sur une toile.

Les dernières recherches sur les usages d’internet l’inquiète aussi. Dans GEO (Google Envoi Odeurs), il a lu qu’on pourrait bientôt recevoir des odeurs par téléphone. Par exemple, l’odeur d’une pizza avec la photo correspondante. D’un côté, ses maitres pourraient lui faire sentir des variétés de repas avant de choisir à sa place mais d’un autre côté, cela reste virtuel et Moritz ne se voit pas avec des écouteurs sur le nez.
Par contre, les parisiens pourront à nouveau ouvrir les narines dans le métro, tout au moins dans 18 stations où la RATP (Régie Anti Transport de la Puanteur) installe des diffuseurs de senteurs pour masquer les odeurs les plus désagréables. Cela part d’une bonne intention mais pour autant Moritz n’a aucune envie de prendre le métro… même pour aller dans un bar à chat.

Gérard Pouettre

Cette semaine, notre cher Moritz nous offre du sens... au sens ! Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

MoritzLe sens des sens

S’il est un animal attentif à ses cinq sens, c’est bien le chat. Moritz pourrait donner des leçons d’utilisation optimale des sens. Il s’est rendu compte que les humains savent de moins en moins tirer profit de leurs sens et que leurs perceptions du monde sont de moins en moins naturelles. Savent-ils encore regarder, sentir, toucher, goûter, écouter ?

Moritz sent systématiquement sa nourriture avant de manger. Il essaie parfois d’attraper un morceau avec sa patte pour paraitre un peu raffiné mais en général, il évite les intermédiaires avec sa bouche. Il pense que les humains ont toujours voulu se compliquer les choses avec leurs couverts. Mais il a découvert sur le site Lafourchette que 3.5 milliards de personnes mangent encore avec les mains et que c’est seulement depuis le 16ème siècle que les hommes utilisent la fourchette. En fait c’était plutôt les femmes et donc considéré à l’époque comme maniéré. Raison de plus pour lui de ne pas s’y mettre.

Les 3.5 milliards de raffinés qui mangent avec des couverts ne se rendent plus compte de la sensualité de la nourriture. Ce sont souvent les mêmes qui n’osent plus toucher la terre. Moritz ne pourrait pas se passer de ce contact avec la nature. Heureusement, on ne lui a jamais proposé de porter des chaussures car gratter le sol ou les écorces d’arbres est pour lui une thérapie. Il s’est donc réjoui de voir qu’une entreprise proposait à ses employés de faire du jardinage pour favoriser le bien-être au travail en installant une serre biologique sur le lieu de travail.
Cette activité leur permet aussi de ne plus avoir les yeux rivés sur des écrans et peut-être d’entendre les plantes respirer au lieu des sons artificiels des machines. La SPA (Société Protectrice des Addictions) a révélé que les français passent en moyenne 4 heures 39 par jour sur internet et qu’il y a 5 millions d’abonnés sur Netflix. Moritz se demande si les futurs vieux ne risquent pas de devenir sourds et aveugles. Sauront-ils encore remarquer l’arrivée du printemps autrement que par des images ou des pictogrammes ?

D’ailleurs, Moritz n’apprécie ni les émojis ni les émoticons car il trouve que les têtes de chat sont ridicules, caricaturées à partir de ces affreuses pastilles jaunes. 239 nouveaux sont arrivés en ce début d’année et, parmi eux, ce qui le scandalise, la loutre, le paresseux et le flamant rose. Mais où va-t-on avec ces animaux virtuels ? Faire croire que tous les animaux sont sympathiques et gentils relève pour Moritz des fake news. D’ailleurs à l’occasion des 30 ans de la toile, le créateur du web s’inquiète aussi des dérives du système (fake news, haine…). Moritz n’aime pas non plus lorsqu’il y a de grosses araignées noires sur une toile.

Les dernières recherches sur les usages d’internet l’inquiète aussi. Dans GEO (Google Envoi Odeurs), il a lu qu’on pourrait bientôt recevoir des odeurs par téléphone. Par exemple, l’odeur d’une pizza avec la photo correspondante. D’un côté, ses maitres pourraient lui faire sentir des variétés de repas avant de choisir à sa place mais d’un autre côté, cela reste virtuel et Moritz ne se voit pas avec des écouteurs sur le nez.
Par contre, les parisiens pourront à nouveau ouvrir les narines dans le métro, tout au moins dans 18 stations où la RATP (Régie Anti Transport de la Puanteur) installe des diffuseurs de senteurs pour masquer les odeurs les plus désagréables. Cela part d’une bonne intention mais pour autant Moritz n’a aucune envie de prendre le métro… même pour aller dans un bar à chat.


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Michèle P. - Il y a 5 mois
Je suis comme toi Moritz ! A bas les émoticons ! et bravo à vous auteur et illustrateur pour ces rubriques que je ne manque pas de lire.
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28