Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les chroniques de Moritz : "Découverte du milieu aquatique"
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Les chroniques de Moritz : "Découverte du milieu aquatique"

Publié le : 03-11-2019

Gérard Pouettre

Moritz s'intéresse au milieu aquatique et découvre un monde qui lui était inconnu. Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

MoritzDécouverte du milieu aquatique

Moritz pensait que tous les événements importants se déroulaient sur terre ou dans l’air. Le fait que l’eau représente la majorité de la surface de la planète ne lui semblait pas significatif. Probablement parce qu’il est bien connu que les chats détestent l’eau et que Moritz n’a jamais passé ses vacances au bord de la mer. Par contre les humains semblent y prendre un grand plaisir et n’admettent pas que leurs activités balnéaires soient perturbées.

C’est ce qui a incité Moritz à s’intéresser à ce nouveau milieu à l’écoute d’une information insolite : des dauphins se sont opposés à une compétition de jet ski à Ajaccio en la perturbant. Il savait que les dauphins comptaient parmi les animaux les plus intelligents, sans d’après lui atteindre le niveau des félins, mais cette révolte l’a laissé bouche bée. Les dauphins auraient donc voulu défendre leur territoire. Ils seraient les porte-parole de la faune marine.

Moritz avait entendu sur BFM (Bulletin des Fonds Marins) que les habitants des mers et océans étaient en danger du fait des activités humaines et il fit le lien entre ces deux informations. Sa curiosité le poussa alors à regarder la chaine Planète Mer qu’il ignorait auparavant. Il fut étonné de voir des blocs de béton balancés dans la mer jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il s’agissait de récifs artificiels pour les poissons. Pendant qu’il se demandait comment les poissons pouvaient aimer le béton, une autre annonce le troubla encore plus : une mer de pierre ponce issue d’un volcan sous-marin en éruption pourrait revitaliser la barrière de corail.

De surprise en surprise, il crut à une plaisanterie quand il apprit que les coraux étaient des animaux. Il n’avait pas le moindre point commun avec eux mais il était tout de même content qu’il y ait des moyens de les protéger. Chez les plantes marines, il se passe aussi de drôles de choses : les algues pratiquent la self defense contre les maladies qui pourraient les tuer. Si leur système immunitaire est stimulé, elles combattent avec succès les parasites et les infections. A quoi ça sert de protéger ces plantes gluantes et puantes se demande Moritz dégoûté ?

Il trouva la réponse sur le site de la SPA (Société Protectrice des Algues) : on en a besoin dans l’alimentation, les produits de beauté, les médicaments… Moritz alla aussitôt vérifier sur son sac de croquettes qu’il ne contenait pas d’algues. Il fut plus indulgent quand il lut qu’elles étaient capables de remplacer le plastique ! Heureusement, son sac est en papier, ce qui lui évita de culpabiliser. Il applaudit même des deux pattes quand apparut l’image d’un bateau nommé Navire Ocean Clean up qui ramasse le plastique échoué dans l’océan Pacifique. Tout à coup Moritz se voyait embarquer sur ce bateau, le pelage au vent du large, et attraper un sac au vol mais ce fut éphémère.

Il prit toutefois conscience de l’importance de l’océan qui fournit 50% de l’oxygène produit sur terre. Il calcula qu’il devrait donc retenir sa respiration une fois sur deux s’il n’y avait plus d’océan. Son sommeil serait perturbé en permanence. Il ne résisterait certainement pas longtemps à ce manque. Moritz devait vraiment demander à ses maitres de découvrir la mer… même s’il n’a pas la patte marine.

Gérard Pouettre

Moritz s'intéresse au milieu aquatique et découvre un monde qui lui était inconnu. Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

MoritzDécouverte du milieu aquatique

Moritz pensait que tous les événements importants se déroulaient sur terre ou dans l’air. Le fait que l’eau représente la majorité de la surface de la planète ne lui semblait pas significatif. Probablement parce qu’il est bien connu que les chats détestent l’eau et que Moritz n’a jamais passé ses vacances au bord de la mer. Par contre les humains semblent y prendre un grand plaisir et n’admettent pas que leurs activités balnéaires soient perturbées.

C’est ce qui a incité Moritz à s’intéresser à ce nouveau milieu à l’écoute d’une information insolite : des dauphins se sont opposés à une compétition de jet ski à Ajaccio en la perturbant. Il savait que les dauphins comptaient parmi les animaux les plus intelligents, sans d’après lui atteindre le niveau des félins, mais cette révolte l’a laissé bouche bée. Les dauphins auraient donc voulu défendre leur territoire. Ils seraient les porte-parole de la faune marine.

Moritz avait entendu sur BFM (Bulletin des Fonds Marins) que les habitants des mers et océans étaient en danger du fait des activités humaines et il fit le lien entre ces deux informations. Sa curiosité le poussa alors à regarder la chaine Planète Mer qu’il ignorait auparavant. Il fut étonné de voir des blocs de béton balancés dans la mer jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il s’agissait de récifs artificiels pour les poissons. Pendant qu’il se demandait comment les poissons pouvaient aimer le béton, une autre annonce le troubla encore plus : une mer de pierre ponce issue d’un volcan sous-marin en éruption pourrait revitaliser la barrière de corail.

De surprise en surprise, il crut à une plaisanterie quand il apprit que les coraux étaient des animaux. Il n’avait pas le moindre point commun avec eux mais il était tout de même content qu’il y ait des moyens de les protéger. Chez les plantes marines, il se passe aussi de drôles de choses : les algues pratiquent la self defense contre les maladies qui pourraient les tuer. Si leur système immunitaire est stimulé, elles combattent avec succès les parasites et les infections. A quoi ça sert de protéger ces plantes gluantes et puantes se demande Moritz dégoûté ?

Il trouva la réponse sur le site de la SPA (Société Protectrice des Algues) : on en a besoin dans l’alimentation, les produits de beauté, les médicaments… Moritz alla aussitôt vérifier sur son sac de croquettes qu’il ne contenait pas d’algues. Il fut plus indulgent quand il lut qu’elles étaient capables de remplacer le plastique ! Heureusement, son sac est en papier, ce qui lui évita de culpabiliser. Il applaudit même des deux pattes quand apparut l’image d’un bateau nommé Navire Ocean Clean up qui ramasse le plastique échoué dans l’océan Pacifique. Tout à coup Moritz se voyait embarquer sur ce bateau, le pelage au vent du large, et attraper un sac au vol mais ce fut éphémère.

Il prit toutefois conscience de l’importance de l’océan qui fournit 50% de l’oxygène produit sur terre. Il calcula qu’il devrait donc retenir sa respiration une fois sur deux s’il n’y avait plus d’océan. Son sommeil serait perturbé en permanence. Il ne résisterait certainement pas longtemps à ce manque. Moritz devait vraiment demander à ses maitres de découvrir la mer… même s’il n’a pas la patte marine.


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28