Accueil > Culture > Les Chroniques de Moritz > Les Chroniques de Moritz : "Comment vivre demain."

Les Chroniques de Moritz : "Comment vivre demain."

Publié le : 08-12-2019

Gérard Pouettre

Moritz expose ses réflexiosn sur le futur... Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Comment vivre demain.

MoritzDepuis que Moritz a entendu que le chat était une catastrophe pour l’environnement, sa fibre écologique s’est déclenchée. Certes, il n’était pas principalement visé puisqu’un chat domestique attraperait en moyenne 27 proies par an alors que la capture monte à 273 proies pour un chat sauvage. Mais il a été affecté par cette accusation un peu excessive et par le fait que ses congénères portent atteinte à la biodiversité.

Il est donc à l’affût de tout ce qui pourrait améliorer l’état de la planète et en particulier la vie en ville. Les chats, spécialistes de la sensibilité au moindre bruit, savent que la pollution sonore nocturne trouble le sommeil. Moritz pensait que la campagne échappait à ce problème mais, après une histoire de clocher trop matinal, c’est maintenant le coq Maurice (sans lien de parenté avec Moritz) qui est sommé de chanter plus tard. On lui a même intenté un procès mais il a été innocenté. Evidemment la biodiversité a aussi des inconvénients, chant du coq, des cigales, piqures de guêpe… mais il y a des priorités.

Si les habitations étaient mieux conçues, il y aurait moins de bruit. Deux innovations étaient présentées sur RMC (la Radio des Maisons Conviviales). Tout d’abord, le succès des Tiny House, sorte de maisons de poupées, qui s’explique par la diminution du nombre des membres au sein d’une même famille et les qualités écologiques de cette habitation mobile en bois. Moritz rêverait d’en avoir une pour lui tout seul mais du coup c’est moins écologique.

A l’inverse, pour ne pas vieillir seul, des retraités du Rhône ont fait construire un immeuble partagé, coopératif, avec des services à domicile. Plutôt que de rester chacun dans sa maison individuelle, on s’entraide, on mutualise et on fait des économies. Moritz se demande si cela convient à tout le monde, il connait quelques vieux chats acariâtres qu’il n’a pas envie de côtoyer. Il faut garder un peu d’intimité.

La mobilité est un autre problème des seniors, comme on dit maintenant. Moritz a découvert en lisant sur son paquet de croquettes qu’il était un Senior + 7 ne sachant pas s’il devait en être fier. Pour résoudre ce problème, en particulier dans les villages où les commerces ferment, un fabricant a conçu des distributeurs automatiques de tous produits même frais, voire de parfums et de médicaments usuels. Avec un système de reconnaissance digitale, Moritz pourrait acheter lui-même ses croquettes mais il bénéficie déjà du « drive » (livraison à domicile par ses maitres).

En Inde, ce sont les innombrables mobylettes pétaradantes qui assurent une bonne partie de la mobilité. Pour rester dans cette tradition tout en la modernisant, Bangalore est devenue la capitale mondiale du scooter en libre-service. Moritz préfère toujours les mobilités douces, il a passé l’âge des chevauchées fantastiques.

Pour en finir avec ce duo infernal pollution – mobilité, il y a deux possibilités. Soit la technique des fourmis contre les bouchons qui accélèrent quand la densité augmente mais ne s’engagent plus sur les voies embouteillées, soit l’utilisation massive du train.  Sur LCP (Légumes Contre la Pollution) on peut voir circuler le premier train de primeurs Perpignan – Rungis qui remplace donc un certain nombre de camions. Moritz hésite à devenir végétarien pour soutenir ces initiatives ; il met peut-être la barre un peu haut.

Gérard Pouettre

Moritz expose ses réflexiosn sur le futur... Grâce à Gérard Pouettre (écriture) et Jean-Marie Brochard (illustration) qui veillent sur lui, Moritz nous propose une nouvelle fois son regard original et humoristique sur le monde qui l'entoure.

 

Comment vivre demain.

MoritzDepuis que Moritz a entendu que le chat était une catastrophe pour l’environnement, sa fibre écologique s’est déclenchée. Certes, il n’était pas principalement visé puisqu’un chat domestique attraperait en moyenne 27 proies par an alors que la capture monte à 273 proies pour un chat sauvage. Mais il a été affecté par cette accusation un peu excessive et par le fait que ses congénères portent atteinte à la biodiversité.

Il est donc à l’affût de tout ce qui pourrait améliorer l’état de la planète et en particulier la vie en ville. Les chats, spécialistes de la sensibilité au moindre bruit, savent que la pollution sonore nocturne trouble le sommeil. Moritz pensait que la campagne échappait à ce problème mais, après une histoire de clocher trop matinal, c’est maintenant le coq Maurice (sans lien de parenté avec Moritz) qui est sommé de chanter plus tard. On lui a même intenté un procès mais il a été innocenté. Evidemment la biodiversité a aussi des inconvénients, chant du coq, des cigales, piqures de guêpe… mais il y a des priorités.

Si les habitations étaient mieux conçues, il y aurait moins de bruit. Deux innovations étaient présentées sur RMC (la Radio des Maisons Conviviales). Tout d’abord, le succès des Tiny House, sorte de maisons de poupées, qui s’explique par la diminution du nombre des membres au sein d’une même famille et les qualités écologiques de cette habitation mobile en bois. Moritz rêverait d’en avoir une pour lui tout seul mais du coup c’est moins écologique.

A l’inverse, pour ne pas vieillir seul, des retraités du Rhône ont fait construire un immeuble partagé, coopératif, avec des services à domicile. Plutôt que de rester chacun dans sa maison individuelle, on s’entraide, on mutualise et on fait des économies. Moritz se demande si cela convient à tout le monde, il connait quelques vieux chats acariâtres qu’il n’a pas envie de côtoyer. Il faut garder un peu d’intimité.

La mobilité est un autre problème des seniors, comme on dit maintenant. Moritz a découvert en lisant sur son paquet de croquettes qu’il était un Senior + 7 ne sachant pas s’il devait en être fier. Pour résoudre ce problème, en particulier dans les villages où les commerces ferment, un fabricant a conçu des distributeurs automatiques de tous produits même frais, voire de parfums et de médicaments usuels. Avec un système de reconnaissance digitale, Moritz pourrait acheter lui-même ses croquettes mais il bénéficie déjà du « drive » (livraison à domicile par ses maitres).

En Inde, ce sont les innombrables mobylettes pétaradantes qui assurent une bonne partie de la mobilité. Pour rester dans cette tradition tout en la modernisant, Bangalore est devenue la capitale mondiale du scooter en libre-service. Moritz préfère toujours les mobilités douces, il a passé l’âge des chevauchées fantastiques.

Pour en finir avec ce duo infernal pollution – mobilité, il y a deux possibilités. Soit la technique des fourmis contre les bouchons qui accélèrent quand la densité augmente mais ne s’engagent plus sur les voies embouteillées, soit l’utilisation massive du train.  Sur LCP (Légumes Contre la Pollution) on peut voir circuler le premier train de primeurs Perpignan – Rungis qui remplace donc un certain nombre de camions. Moritz hésite à devenir végétarien pour soutenir ces initiatives ; il met peut-être la barre un peu haut.


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28