Chargement ...
[Fermer]
[Fermer]

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Vous êtes ici: Page d'accueil > Tourisme > Visites guidées > Le Journal de François vous propose une visite exceptionnelle du rucher-école situé en Forêt de Montmorency !
Les rencontres de François avec les personnalisés locales

Retrouvez ici
les entreprises
locales
qui font confiance
au Journal
de François

Derniers commentaires

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Librairie spéciale Vallée de Montmorency – Val d'Oise

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

Le Journal de François vous propose une visite exceptionnelle du rucher-école situé en Forêt de Montmorency !

Rappelez-vous : « Ce sera avec un grand plaisir que nous organiserons une visite spéciale pour les lecteurs du journal ! » nous avait confié au mois de janvier David Baillivet, président de l'Association des Amis des Abeilles du Val d’Oise (AAVO).
le rucher de AAVOPromesse tenue : Le Journal de François vous propose donc une visite exceptionnelle du rucher-école, situé en Forêt de Montmorency (site accessible en voiture). Elle sera encadrée par un des responsables de l’association AAVO et aura lieu le samedi 3 juin 2017 à 10h.

Compte tenu du caractère exceptionnel du site, le nombre de participants est limité à 15. Tous les participants devront respecter quelques règles élémentaires de sécurité en prenant les précautions suivantes :
- Ne pas mettre de parfum, ni de laque ou de gel sur les cheveux.
- Prévoir une tenue vestimentaire couvrante : veste manches longues, gants, pantalon, chaussettes, bottes ou pantalon serré en bas des jambes, chaussures fermées. (pas de sandales !)
- Un voile protecteur pour le visage et le cou sera prêté aux visiteurs.
- Ne pas crier : sur le site, on parle doucement, même à l’extérieur des barrières.

Rappelons que les abeilles n’ont qu’une seule préoccupation à l’extérieur de la ruche : butiner. Ce ne sont jamais des abeilles qui viennent tourner autour d’un pique-nique, la seule chose qui les intéresse étant le pollen et le nectar des fleurs.

Visite du rucher-école le samedi 3 juin 2017
Vous pouvez dès maintenant vous inscrire
par mail à l'adresse suivante : contact@journaldefrancois.fr en indiquant le nom des participants.
Vous recevrez alors une confirmation avec tous les détails pratiques (adresse précise du site accessible en voiture, possibilité de covoiturage et rappel des précautions à prendre).
Grand merci à l'association AAVO d'accueillir les lecteurs du Journal de François pour cette visite qui se terminera par un petit apéritif convivial.

 

David BaillivetRetrouvons la rencontre avec David Baillivet, publiée en janvier.

Profitons de l'évènement pour faire le point sur l'Association des Amis des Abeilles du Val d’Oise (AAVO95). Combien d'adhérents compte l'association et les membres sont-ils obligatoirement des apiculteurs ?
Notre association, qui vient de fêter ses 30 ans, comptait 168 membres en 2016. Et non, tous ne sont pas apiculteurs ; d’ailleurs, 38% de nos adhérents ne possédaient pas (ou pas encore…) de ruches l’année dernière. Nos adhérents sont tous des personnes qui sont intéressées par l’apiculture et la vie de l’abeille.

Le rôle primordial des abeilles dans la conservation de la biodiversité est souvent évoqué ces dernières années. Est-ce que vous constatez une prise de conscience, un intérêt grandissant envers la sauvegarde des abeilles ?

Oui, c’est clair. Si cette prise de conscience pouvait être chiffrée, elle serait représentée par notre nombre d’adhérents, qui augmente régulièrement tous les ans : +68% sur les 4 dernières années ! Et nous dépassons le cadre du Val d’Oise, avec des adhérents venant du 60, 78, 91, 92, 93 et 75.
A chacune de nos réunions mensuelles, une conférence traite des différents aspects de la vie de l’abeille, de son environnement, de ses prédateurs, de ses bienfaits pour l’être humain. Elle attire à chaque fois au minimum entre 60 et 80 personnes…

En Ile-de-France, quelle est la situation des abeilles ? De nombreux établissements, des mairies, des sociétés ont installé des ruches : est-ce des actions de communication ou bien une première étape pour montrer l'exemple ?
En Ile-de-France, on trouve encore des cultures intensives traitées aux pesticides, de moins en moins, certes, mais qui causent de nombreux dommages aux abeilles. Dans les villes, les abeilles trouvent de meilleures conditions de vie : en effet, les pesticides sont interdits pour la gestion des espaces verts publics depuis le 1er janvier 2017. Petit bémol : les jardiniers amateurs ne sont pas tous conscients du danger qu’ils font courir à leur entourage et aux abeilles en utilisant des pesticides ! Chers lecteurs du Journal de François : êtes-vous vraiment certains d’avoir besoin d’utiliser des pesticides dans votre jardin… ?
AbeillePour les abeilles, en ville, il y a une grande diversité florale (arbres et fleurs), et, cerise sur le gâteau : les fleurs sont arrosées… C’est le bonheur pour les abeilles, qui trouvent ainsi une grande diversité de pollen qui leur permettent d’être en bonne santé et de fabriquer des abeilles fortes, et des sources de nectar qui leur permettent de fabriquer du bon miel… pour notre plaisir…
Ensuite, pourquoi toutes ces ruches sur les toits des bâtiments publiques ou des sociétés privées ? Je vais faire mon normand : c’est par intérêt pour les abeilles, mais aussi par intérêts pour les entreprises. Certains apiculteurs passionnés ont réussi à faire installer des ruches dans leur entreprise, et s’en occupent. Cela apporte une bonne image à l’entreprise, qui peut ainsi communiquer sur son côté écologique, son amour de la nature, etc… le service marketing trouvera certainement beaucoup d’autres arguments ! Mais il y a aussi l’intérêt des entreprises. Quand elle fait appel à un professionnel pour installer et s’occuper de ruches, c’est bien souvent pour réduire l’Empreinte Ecologique de l’entreprise : « business is business », comme on dit.

Si j'étais intéressé pour accueillir une ruche dans mon jardin, les membres de l'association peuvent-ils m'aider ?
Tout à fait. Après vérification que c’est possible : position par rapport aux voisins, aux lieux publiques, ensoleillement, accessibilité du rucher.
Vous vous formez à notre rucher-école et la saison suivante, vous aurez les bases vous permettant de réaliser votre rêve. Ensuite, en adhérant à l’AAVO, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous aider dans vos débuts, en venant à nos réunions mensuelles, ou en créant des contacts privilégiés avec certains apiculteurs.
Un conseil que je donne tous les ans à notre trentaine d’élèves du rucher école : une ruche, c’est comme une voiture, il faut passer son permis avant !

AAVO logoVotre association possède un rucher-école au cœur de la Forêt de Montmorency ? Comment fonctionne-t-il et pourrait-on envisager une visite spéciale pour les lecteurs du Journal de François ? Je suis sûr que cela intéresserait beaucoup de monde.
Notre rucher école, qui est un peu le fer de lance de notre association, accueille un peu plus de 30 élèves chaque année. Pour info, la formation est déjà complète pour 2017, mais nous prenons d’ores et déjà les pré-inscriptions pour 2018 !
Notre formation est constituée d’un cours théorique mi-mars, où l’on présente les bases de l’apiculture : matériel, physiologie de l’abeille, cycle apicole, etc. Puis de 10 à 11 cours pratiques (variable selon les années et le calendrier), où les élèves pratiquent les ouvertures et les visites de ruches, apprennent à en « lire » tous les signes extérieurs, à identifier tous les symptômes ; bref, à s’occuper d’une ruche. Ces cours pratiques vont de mars à octobre, avec bien évidemment le moment très attendu qu’est la récolte de miel début août. La formation se clôture par un questionnaire écrit mi-octobre.
Si les élèves ont satisfait aux exigences des 7 moniteurs et des 6 assistants, une Attestation de Formation Apicole leur est délivrée par l’association. La remise des attestations 2016 vient d’ailleurs juste de se faire officiellement, lors de notre Assemblée Générale annuelle.
Le but de notre association est de faire découvrir l’abeille et l’apiculture à tout le monde. Nous disposons de tout le matériel pédagogique pour cela, et nous organisons régulièrement des visites de notre rucher école. Nous allons aussi faire découvrir les abeilles et l’apiculture dans des classes d’écoles maternelles et primaires, en conclusion d’un projet pédagogique concernant l’abeille. Nouveautés 2017, une de nos adhérentes a comme projet d’assister des institutrices dans leur projet pédagogique sur l’abeille.
Donc, oui, bien sûr, ce sera avec un grand plaisir que nous organiserons une visite spéciale pour les lecteurs du journal !

Grand merci à David pour sa disponibilité et à bientôt pour la visite du rucher !

> En savoir plus > site www.abeilles95.fr

 

Rappelez-vous : « Ce sera avec un grand plaisir que nous organiserons une visite spéciale pour les lecteurs du journal ! » nous avait confié au mois de janvier David Baillivet, président de l'Association des Amis des Abeilles du Val d’Oise (AAVO).
le rucher de AAVOPromesse tenue : Le Journal de François vous propose donc une visite exceptionnelle du rucher-école, situé en Forêt de Montmorency (site accessible en voiture). Elle sera encadrée par un des responsables de l’association AAVO et aura lieu le samedi 3 juin 2017 à 10h.

Compte tenu du caractère exceptionnel du site, le nombre de participants est limité à 15. Tous les participants devront respecter quelques règles élémentaires de sécurité en prenant les précautions suivantes :
- Ne pas mettre de parfum, ni de laque ou de gel sur les cheveux.
- Prévoir une tenue vestimentaire couvrante : veste manches longues, gants, pantalon, chaussettes, bottes ou pantalon serré en bas des jambes, chaussures fermées. (pas de sandales !)
- Un voile protecteur pour le visage et le cou sera prêté aux visiteurs.
- Ne pas crier : sur le site, on parle doucement, même à l’extérieur des barrières.

Rappelons que les abeilles n’ont qu’une seule préoccupation à l’extérieur de la ruche : butiner. Ce ne sont jamais des abeilles qui viennent tourner autour d’un pique-nique, la seule chose qui les intéresse étant le pollen et le nectar des fleurs.

Visite du rucher-école le samedi 3 juin 2017
Vous pouvez dès maintenant vous inscrire
par mail à l'adresse suivante : contact@journaldefrancois.fr en indiquant le nom des participants.
Vous recevrez alors une confirmation avec tous les détails pratiques (adresse précise du site accessible en voiture, possibilité de covoiturage et rappel des précautions à prendre).
Grand merci à l'association AAVO d'accueillir les lecteurs du Journal de François pour cette visite qui se terminera par un petit apéritif convivial.

 

David BaillivetRetrouvons la rencontre avec David Baillivet, publiée en janvier.

Profitons de l'évènement pour faire le point sur l'Association des Amis des Abeilles du Val d’Oise (AAVO95). Combien d'adhérents compte l'association et les membres sont-ils obligatoirement des apiculteurs ?
Notre association, qui vient de fêter ses 30 ans, comptait 168 membres en 2016. Et non, tous ne sont pas apiculteurs ; d’ailleurs, 38% de nos adhérents ne possédaient pas (ou pas encore…) de ruches l’année dernière. Nos adhérents sont tous des personnes qui sont intéressées par l’apiculture et la vie de l’abeille.

Le rôle primordial des abeilles dans la conservation de la biodiversité est souvent évoqué ces dernières années. Est-ce que vous constatez une prise de conscience, un intérêt grandissant envers la sauvegarde des abeilles ?

Oui, c’est clair. Si cette prise de conscience pouvait être chiffrée, elle serait représentée par notre nombre d’adhérents, qui augmente régulièrement tous les ans : +68% sur les 4 dernières années ! Et nous dépassons le cadre du Val d’Oise, avec des adhérents venant du 60, 78, 91, 92, 93 et 75.
A chacune de nos réunions mensuelles, une conférence traite des différents aspects de la vie de l’abeille, de son environnement, de ses prédateurs, de ses bienfaits pour l’être humain. Elle attire à chaque fois au minimum entre 60 et 80 personnes…

En Ile-de-France, quelle est la situation des abeilles ? De nombreux établissements, des mairies, des sociétés ont installé des ruches : est-ce des actions de communication ou bien une première étape pour montrer l'exemple ?
En Ile-de-France, on trouve encore des cultures intensives traitées aux pesticides, de moins en moins, certes, mais qui causent de nombreux dommages aux abeilles. Dans les villes, les abeilles trouvent de meilleures conditions de vie : en effet, les pesticides sont interdits pour la gestion des espaces verts publics depuis le 1er janvier 2017. Petit bémol : les jardiniers amateurs ne sont pas tous conscients du danger qu’ils font courir à leur entourage et aux abeilles en utilisant des pesticides ! Chers lecteurs du Journal de François : êtes-vous vraiment certains d’avoir besoin d’utiliser des pesticides dans votre jardin… ?
AbeillePour les abeilles, en ville, il y a une grande diversité florale (arbres et fleurs), et, cerise sur le gâteau : les fleurs sont arrosées… C’est le bonheur pour les abeilles, qui trouvent ainsi une grande diversité de pollen qui leur permettent d’être en bonne santé et de fabriquer des abeilles fortes, et des sources de nectar qui leur permettent de fabriquer du bon miel… pour notre plaisir…
Ensuite, pourquoi toutes ces ruches sur les toits des bâtiments publiques ou des sociétés privées ? Je vais faire mon normand : c’est par intérêt pour les abeilles, mais aussi par intérêts pour les entreprises. Certains apiculteurs passionnés ont réussi à faire installer des ruches dans leur entreprise, et s’en occupent. Cela apporte une bonne image à l’entreprise, qui peut ainsi communiquer sur son côté écologique, son amour de la nature, etc… le service marketing trouvera certainement beaucoup d’autres arguments ! Mais il y a aussi l’intérêt des entreprises. Quand elle fait appel à un professionnel pour installer et s’occuper de ruches, c’est bien souvent pour réduire l’Empreinte Ecologique de l’entreprise : « business is business », comme on dit.

Si j'étais intéressé pour accueillir une ruche dans mon jardin, les membres de l'association peuvent-ils m'aider ?
Tout à fait. Après vérification que c’est possible : position par rapport aux voisins, aux lieux publiques, ensoleillement, accessibilité du rucher.
Vous vous formez à notre rucher-école et la saison suivante, vous aurez les bases vous permettant de réaliser votre rêve. Ensuite, en adhérant à l’AAVO, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous aider dans vos débuts, en venant à nos réunions mensuelles, ou en créant des contacts privilégiés avec certains apiculteurs.
Un conseil que je donne tous les ans à notre trentaine d’élèves du rucher école : une ruche, c’est comme une voiture, il faut passer son permis avant !

AAVO logoVotre association possède un rucher-école au cœur de la Forêt de Montmorency ? Comment fonctionne-t-il et pourrait-on envisager une visite spéciale pour les lecteurs du Journal de François ? Je suis sûr que cela intéresserait beaucoup de monde.
Notre rucher école, qui est un peu le fer de lance de notre association, accueille un peu plus de 30 élèves chaque année. Pour info, la formation est déjà complète pour 2017, mais nous prenons d’ores et déjà les pré-inscriptions pour 2018 !
Notre formation est constituée d’un cours théorique mi-mars, où l’on présente les bases de l’apiculture : matériel, physiologie de l’abeille, cycle apicole, etc. Puis de 10 à 11 cours pratiques (variable selon les années et le calendrier), où les élèves pratiquent les ouvertures et les visites de ruches, apprennent à en « lire » tous les signes extérieurs, à identifier tous les symptômes ; bref, à s’occuper d’une ruche. Ces cours pratiques vont de mars à octobre, avec bien évidemment le moment très attendu qu’est la récolte de miel début août. La formation se clôture par un questionnaire écrit mi-octobre.
Si les élèves ont satisfait aux exigences des 7 moniteurs et des 6 assistants, une Attestation de Formation Apicole leur est délivrée par l’association. La remise des attestations 2016 vient d’ailleurs juste de se faire officiellement, lors de notre Assemblée Générale annuelle.
Le but de notre association est de faire découvrir l’abeille et l’apiculture à tout le monde. Nous disposons de tout le matériel pédagogique pour cela, et nous organisons régulièrement des visites de notre rucher école. Nous allons aussi faire découvrir les abeilles et l’apiculture dans des classes d’écoles maternelles et primaires, en conclusion d’un projet pédagogique concernant l’abeille. Nouveautés 2017, une de nos adhérentes a comme projet d’assister des institutrices dans leur projet pédagogique sur l’abeille.
Donc, oui, bien sûr, ce sera avec un grand plaisir que nous organiserons une visite spéciale pour les lecteurs du journal !

Grand merci à David pour sa disponibilité et à bientôt pour la visite du rucher !

> En savoir plus > site www.abeilles95.fr

 

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Visites guidées"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Visites guidées"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire