Accueil > Histoire locale > Forêt de Montmorency > Histoire Forêt de Montmorency > rendez-vous à la Châtaigneraie de Montmorency
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Histoire Forêt de Montmorency > rendez-vous à la Châtaigneraie de Montmorency

Publié le : 07-10-2019

André MonneauFidèle au Journal de François, notre cher André Monneau nous conte tout au long de l'année l'histoire de la Forêt de Montmorency, ses lieux remarquables, ses petites anecdotes. A l'aide de cartes postales, notre historien avait déjà évoqué de nombreux lieux de guinguettes qui distrayaient les promeneurs. Aujourd'hui il nous emmène à la Châtaigneraie de Montmorency, si chère à Jean-Jacques Rousseau.

 

A la fin du XIXe siècle, de nombreux Parisiens n'hésitaient pas à faire le voyage en diligence puis partir à dos d'ânes au cœur de la forêt. Il fallait donc distraire et restaurer tous ces promeneurs.
La Châtaigneraie de MontmorencyNous avons déjà évoqué l'auberge du "Lapin sauté", le "Bouquet de la Vallée", le "Faisan doré", les l'auberges qui étaient situées à l'orée de la forêt. C'est dans ce même esprit que la Châtaigneraie de Montmorency a vu le jour !
Intéressons-nous d'abord à ce site qui a une valeur historique. En effet, la Châtaigneraie recèle de nombreux arbres remarquables aux enchevêtrements de racine impressionnants. Ce site est désormais classé par arrêté du 5 novembre 1943.
Le châtaignier de Jean-Jacques RousseauMais la renommée du lieu avait pris de l'ampleur grâce à… Jean-Jacques Rousseau qui aimait ce lieu pour se reposer à l'ombre d'un châtaignier. Il y passait souvent lorsqu'il partait herboriser dans la forêt. Ce petit bois est donc devenu un lieu de pèlerinage rousseauiste au XIXe siècle et Camille Pissarro est même venu y réaliser plusieurs dessins.
Et la guinguette me direz-vous ? Il s'agissait de de deux restaurants, d’une piste de danse et d’un stand de tir. Ils proposaient de nombreuses attractions en fin de semaine, très appréciées par les promeneurs.
L'attraction du Casino à Enghien, la mode de la bicyclette ont fait du mal à ce lieu qui a été progressivement abandonné. La ville de Montmorency a finalement acquis les lieux en 1920 et les établissements ont été démolis en 1943 lorsque le site a été classé.

La mode de la bicyclette fera progressivement déserter l’endroit et la Châtaigneraie est finalement acquise par la ville en 1920 et ouverte au public après la démolition des bâtiments parasites.

La Châtaigneraie - avenue Georges Clémenceau Montmorency.

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency (photo issue site Chemin du Philosophe)

Fidèle au Journal de François, notre cher André Monneau nous conte tout au long de l'année l'histoire de la Forêt de Montmorency, ses lieux remarquables, ses petites anecdotes. A l'aide de cartes postales, notre historien avait déjà évoqué de nombreux lieux de guinguettes qui distrayaient les promeneurs. Aujourd'hui il nous emmène à la Châtaigneraie de Montmorency, si chère à Jean-Jacques Rousseau.

 

La Châtaigneraie de MontmorencyA la fin du XIXe siècle, de nombreux Parisiens n'hésitaient pas à faire le voyage en diligence puis partir à dos d'ânes au cœur de la forêt. Il fallait donc distraire et restaurer tous ces promeneurs.
Nous avons déjà évoqué l'auberge du "Lapin sauté", le "Bouquet de la Vallée", le "Faisan doré", les l'auberges qui étaient situées à l'orée de la forêt. C'est dans ce même esprit que la Châtaigneraie de Montmorency a vu le jour !
Intéressons-nous d'abord à ce site qui a une valeur historique. En effet, la Châtaigneraie recèle de nombreux arbres remarquables aux enchevêtrements de racine impressionnants. Ce site est désormais classé par arrêté du 5 novembre 1943.
Le châtaignier de Jean-Jacques RousseauMais la renommée du lieu avait pris de l'ampleur grâce à… Jean-Jacques Rousseau qui aimait ce lieu pour se reposer à l'ombre d'un châtaignier. Il y passait souvent lorsqu'il partait herboriser dans la forêt. Ce petit bois est donc devenu un lieu de pèlerinage rousseauiste au XIXe siècle et Camille Pissarro est même venu y réaliser plusieurs dessins.
Et la guinguette me direz-vous ? Il s'agissait de de deux restaurants, d’une piste de danse et d’un stand de tir. Ils proposaient de nombreuses attractions en fin de semaine, très appréciées par les promeneurs.
L'attraction du Casino à Enghien, la mode de la bicyclette ont fait du mal à ce lieu qui a été progressivement abandonné. La ville de Montmorency a finalement acquis les lieux en 1920 et les établissements ont été démolis en 1943 lorsque le site a été classé.

La mode de la bicyclette fera progressivement déserter l’endroit et la Châtaigneraie est finalement acquise par la ville en 1920 et ouverte au public après la démolition des bâtiments parasites.

La Châtaigneraie - avenue Georges Clémenceau Montmorency.

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency

La Châtaigneraie de Montmorency (photo issue site Chemin du Philosophe)

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Forêt de Montmorency"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28