Accueil > Histoire locale > Personnalités locales > Fernand Devaux : cet habitant d'Ermont était le dernier rescapé du "convoi des 45 000" qui a relié Compiègne à Auschwitz-le 6 juillet 1942
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

Hommage à Fernand Devaux : cet habitant d'Ermont était le dernier rescapé du "convoi des 45 000" qui a relié Compiègne à Auschwitz le 6 juillet 1942.

Publié le : 11-06-2018

Fernand Devaux habitait Ermont et s'est éteint à l'hôpital de Saint-Lô, dans la Manche, à l'âge de 96 ans. Il était le dernier rescapé du fameux "convoi des 45000" qui a relié en 1942 Compiègne à Auschwitz.

Fernand Devaux

En 1937, à 15 ans Fernand Devaux adhère à la Fédération Nationale des Jeunesses Communistes de France avant de rejoindre un an plus tard le Parti Communiste. Par conséquent, lorsque la guerre est déclarée, il entre immédiatement en action contre l'occupation. Ecroué une première fois en septembre 1940 pour une distribution de tracts, il sera ensuite libéré avant d'être de nouveau arrêté car il avait continué à militer.
Il est alors interné au camp d'Aincourt, situé dans le Vexin (Val d'Oise), le seul camp pour des internés politiques. Dans un sanatorium réquisitionné, 1600 personnes y seront détenues.
Ensuite, il sera transféré au camp de Rouillé dans la Vienne puis vers Compiègne avant de faire partie des 1170 personnes déportées vers Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des "45 000". Il passera ainsi les années de guerre au camp d'Auschwitz où il portera le matricule 45472. Il parviendra à "survivre" en intégrant de nombreux Kommandos d’affectation : terrassement canalisations, tannerie, entretien, travaux sur les voies ferrées, désinfection, menuiserie et en bénéficiant parfois de l'aide précieuse d'un communiste allemand.
Il a très souvent évoqué lors de ses témoignages l'esprit de solidarité qui lui a permis de tenir dans les camps de l'horreur.
Fernand Devaux connaîtra aussi les camps de Gross-Rosen, puis Hersbrück (après quatre jours de voyage en wagons découverts) et le 24 avril 1945 à Dachau qui sera libéré quelques jours plus tard.
Rendez-vous compte : il est rentré le 19 mai 1945 en France et dès le mois d'août il reprend son travail à l'usine automobiles Hotchkiss de Saint-Denis.
Ce n'est que de nombreuses années plus tard, que Fernand Devaux, comme de nombreux rescapés, témoignera lors de nombreuses rencontres avec les jeunes notamment. (voir vidéo)
Il a aussi participé à la création de l'association "Mémoire vive des convois des 45000 et 31000" et celle de "Mémoire d'Aincourt".
Je vous invite vraiment à lire la biographie complète de Fernand Devaux et à découvrir deux vidéos passionnantes et émouvantes. Il y évoque dans l'une son séjour au camp d'Aincourt (vidéo réalisée par l'équipe de Vonews) et dans l'autre sa déportation à Auschwitz.
Enfin, pour terminer, notons qu'un hommage lui sera rendu le samedi 23 juin 2018 à 15 heures à la Maison des Métallos (94, rue Jean-Pierre Timbaud Paris).

>> Biographie complète de Gernand Devaux


Témoignage de Fernand Devaux à Aincourt (
video réalisée par Vonews)

Fernand Devaux habitait Ermont et s'est éteint à l'hôpital de Saint-Lô, dans la Manche, à l'âge de 96 ans. Il était le dernier rescapé du fameux "convoi des 45000" qui a relié en 1942 Compiègne à Auschwitz.

Fernand Devaux

En 1937, à 15 ans Fernand Devaux adhère à la Fédération Nationale des Jeunesses Communistes de France avant de rejoindre un an plus tard le Parti Communiste. Par conséquent, lorsque la guerre est déclarée, il entre immédiatement en action contre l'occupation. Ecroué une première fois en septembre 1940 pour une distribution de tracts, il sera ensuite libéré avant d'être de nouveau arrêté car il avait continué à militer.
Il est alors interné au camp d'Aincourt, situé dans le Vexin (Val d'Oise), le seul camp pour des internés politiques. Dans un sanatorium réquisitionné, 1600 personnes y seront détenues.
Ensuite, il sera transféré au camp de Rouillé dans la Vienne puis vers Compiègne avant de faire partie des 1170 personnes déportées vers Auschwitz dans le convoi du 6 juillet 1942 dit des "45 000". Il passera ainsi les années de guerre au camp d'Auschwitz où il portera le matricule 45472. Il parviendra à "survivre" en intégrant de nombreux Kommandos d’affectation : terrassement canalisations, tannerie, entretien, travaux sur les voies ferrées, désinfection, menuiserie et en bénéficiant parfois de l'aide précieuse d'un communiste allemand.
Il a très souvent évoqué lors de ses témoignages l'esprit de solidarité qui lui a permis de tenir dans les camps de l'horreur.
Fernand Devaux connaîtra aussi les camps de Gross-Rosen, puis Hersbrück (après quatre jours de voyage en wagons découverts) et le 24 avril 1945 à Dachau qui sera libéré quelques jours plus tard.
Rendez-vous compte : il est rentré le 19 mai 1945 en France et dès le mois d'août il reprend son travail à l'usine automobiles Hotchkiss de Saint-Denis.
Ce n'est que de nombreuses années plus tard, que Fernand Devaux, comme de nombreux rescapés, témoignera lors de nombreuses rencontres avec les jeunes notamment. (voir vidéo)
Il a aussi participé à la création de l'association "Mémoire vive des convois des 45000 et 31000" et celle de "Mémoire d'Aincourt".
Je vous invite vraiment à lire la biographie complète de Fernand Devaux et à découvrir deux vidéos passionnantes et émouvantes. Il y évoque dans l'une son séjour au camp d'Aincourt (vidéo réalisée par l'équipe de Vonews) et dans l'autre sa déportation à Auschwitz.
Enfin, pour terminer, notons qu'un hommage lui sera rendu le samedi 23 juin 2018 à 15 heures à la Maison des Métallos (94, rue Jean-Pierre Timbaud Paris).

>> Biographie complète de Gernand Devaux


Témoignage de Fernand Devaux à Aincourt (
video réalisée par Vonews)


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Jullien martine - Il y a 3 mois
Mon grand oncle Joseph Kermen, faisait parti de ce même convoi (résistant communiste) mais il n’a rien as résisté longtemps (dcd en juillet 42 de dysenterie) il était né en 1908, son frère Yves également résistant avait été fusillé au Mont Valérien quelques mois avant.
Toutes mes condoléances pour la famille de ce Monsieur.
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28