Chargement ...
[Fermer]
Fermer

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de Fançois

Le Journal de François
Vous êtes ici: Page d'accueil > Agenda > Conférences sur l'Art nouveau

Édito

Record d'audience en octobre !

Avec plus de 21000 pages visitées ce mois-ci, le Journal de François a battu son record d'audience qui datait du mois d'avril 2014. Cela fait plaisir de voir que vous êtes au rendez-vous, que vous prenez plaisir à lire toutes ces infos de proximité !
Les deux rendez-vous hebdomadaires mis en place à la rentrée connaissent un grand succès et l'agenda est de plus en plus consulté !
Je vous renouvelle mes remerciements pour votre fidélité et je compte sur vous pour soutenir "Le Journal de François" ! C'est grâce à vous que tout ce travail peut être réalisé !

Bons plans

Retrouvez les commerçants de proximité qui soutiennent le journal: ils vous proposent des bons plans. Profitez-en !

Météo du jour

Newsletter

Saisissez votre adresse mail pour être informé des nouvelles du Journal de François

Voir l'agenda culturel
Voir l'agenda expo
Voir l'agenda brocante
Voir l'agenda lotos-jeux

Agenda culturel

Voir l'agenda complet
share

Conférences sur l'Art nouveau

Lundi 7 mai / Lundi 14 mai / Lundi 21 mai / Lundi 4 juin / Lundi 11 juin
Ermont

Quand on parle en France d’Art nouveau, de modern style, voire de style « nouille », il s’agit de qualifier un mouvement artistique né autour de l’époque 1900. Style a priori reconnaissable entre tous, l’Art nouveau ne laisse pas indifférent. Il a souvent donné lieu à d’exceptionnelles audaces créatives et a touché toutes les formes d’expression artistique, du mobilier aux bijoux, en passant par l’architecture.

Les conférences sont animées par Hugues Ménès

Présentation (extrait du guide de la saison des conférences)

1ère séance
Lundi 7 mai
Sources et oubli de l’Art nouveau
Du rationalisme à l’importance de la leçon de Viollet Le Duc, en passant par le mouvement anglais Arts and Crafts. Modernité et renouveau ou échec d’une utopie ? Dès 1905, le fauvisme, le cubisme et l’expressionnisme condamnent les excès de l’Art nouveau. La Grande-Bretagne préfère se tourner vers un historicisme aristocratique. En Catalogne, la fascination pour Gaudi permet au Modernismo de mieux résister.
14 h – Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 23 € ou la séance : 6,30 €.

2ème séance
Lundi 14 mai
L’Art nouveau bruxellois et son influence sur Hector Guimard
L’Art nouveau belge est un des plus connus. La Belgique est la troisième puissance industrielle mondiale et la bourgeoisie montante souhaite affirmer son nouveau statut social. Hector Guimard voyage à Bruxelles en 1894 et y rencontre l’architecte Victor Horta. Son style, manifestement influencé par l’Art nouveau belge le conduit à privilégier la ligne en « coup de fouet », sinueuse et végétale. Il se donne le titre d’architecte d’art et affirme sa volonté d’être un architecte-artiste qui coordonne tous les corps de métiers, du maçon au céramiste en passant par l’ébéniste.
14 h – Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 23 € ou la séance : 6,30 €.

3ème séance
Lundi 21 mai
Gaudi et le Modernismo catalan
Antonio Gaudi (1852-1926), fils de forgeron, assiste au formidable développement économique de la capitale catalane pendant ses années d’études à l’école d’architecture de Barcelone. Un nouveau plan d’extension de la ville et une bourgeoisie patronale éclairée et ouverte au progrès favorisent l’éclosion d’un Art nouveau catalan. La combinaison de la tradition et de l’inventivité caractérise ainsi le Modernismo catalan.
14 h – Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 23 € ou la séance : 6,30 €.

4ème séance
Lundi 4 juin
La sécession viennoise
Le nom même de ce mouvement indique la rupture voulue par ses initiateurs. Les plus connus sont Otto Wagner (1841-1918) et Joseph Hoffmann (1870-1956). À partir de 1890, les artistes viennois prennent conscience du retard artistique de leur pays. L’empereur François-Joseph règne depuis trente ans déjà et c’est pourtant sous l’impulsion du pouvoir impérial que s’amorce cette révolution artistique. Outre la géométrisation des formes, la sécession viennoise privilégie l’ornementation raffinée et un design élégant et populaire.
14 h – Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 23 € ou la séance : 6,30 €.

5ème séance
Lundi 11 juin
L’école de Nancy la verrerie et le mobilier
Devenue capitale de la Lorraine française après 1870, et nouvelle ville frontière avec l’Allemagne, Nancy connaît un développement économique considérable. En 1901, la création de l’Alliance provinciale des industries d’art officialise une véritable École de Nancy. La personnalité d’Émile Gallé (1846-1904) est déterminante dans le développement des arts décoratifs de l’École. Quant à Louis Majorelle (1859-1926), il privilégie la ligne végétale inspirée de l’École de Bruxelles et produit de très nombreux meubles.
14 h – Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 23 € ou la séance : 6,30 €.

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page Agenda

Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

(Pour vérifier que vous n'êtes pas un robot et éviter les spams, merci de répondre à la question suivante :)

CAPTCHA Image Reload Image
Résultat :

Aucun commentaire