Accueil > Histoire locale > Forêt de Montmorency > André Monneau : "La Forêt de Montmorency était mon terrain de jeux !"

André Monneau : "La Forêt de Montmorency était mon terrain de jeux !"

Publié le : 25-11-2013

André MonneauDepuis quelques semaines, je vous promets de vous plonger dans l'histoire de la forêt de Montmorency. Pour cette escapade historique et sylvestre, j'ai rencontré André Monneau, Eaubonnais, passionné d'Histoire, d'arboriculture et de bien d'autres domaines. Il y a quelques années, il a proposé dans plusieurs villes de la Vallée de Montmorency une exposition consacrée à notre chère forêt. Aujourd'hui, c'est grâce à ses recherches que je vous propose ce "feuilleton 2013/2014" consacré à la forêt. Ainsi, il m'a semblé normal de vous présenter André Monneau, à travers une interview très personnelle.

André, vous êtes né à Eaubonne… dans des conditions douloureuses. Pouvez-vous nous le raconter ?
En effet, je suis né en 1949 à Eaubonne dans la maison familiale. Je suis un vrai Eaubonnais !! Malheureusement, les accidents lors des accouchements étaient encore nombreux à cette date. Un problème avec le cordon ombilical a été décelé mais j'ai pu être sauvé in extremis. Malheureusement je suis devenu malentendant suite à ce souci à la naissance

Comment s'est passé ensuite  votre enfance ?
A la maternelle, je ne m'en rendais pas compte de mon handicap. C'est seulement en primaire que l'on s'est intéressé à ma surdité. Pendant toute ma scolarité, j'ai été placé soit tout devant quand l'instituteur était compréhensif, soit tout derrière et… laissé seul… Je tenais le coup comme je pouvais. Je parlais seulement, je lisais une demi ligne et puis c'est tout : je ne m'entendais pas parler…
On me mettait une pointe ou on me crochetait dans l'oreille mais cela ne servait à rien ! Mes parents m'ont emmené dans l'hôpital Rothschild. A 13 ans, ils m'ont opéré d'une oreille mais cela a échoué. D'une oreille je n'entends donc plus rien, Heureusement il reste l'autre pour percevoir très légèrement quelques sons.
C'est seulement à 21 ans, à ma majorité, quand j'ai touché un peu d'argent, j'ai tout de suite acheté un appareil auditif ! Vous rendez-vous compte ? C'est à 21 ans que j'ai entendu pour la première fois les oiseaux et le roulement des cailloux. Un pur bonheur !

Et cette forêt de Montmorency, vous l'avez découverte quand ?
Je l'ai connue en lisant beaucoup car l'histoire et la nature me plaisaient. Puis mon père allait chercher le sapin de Noël en forêt. C'est interdit maintenant ! Il allait aussi chercher du bois dans une parcelle qui nous appartenait et qui s'appelait "Le champ pourri" (située derrière le centre hippique actuel) car il y avait plein d'eau !! Il y allait avec son cheval blanc Bayard. Mon frère Raymond nous accompagnait. Lui était passionné de peinture et passait son temps à peindre
Tour du Plumet - Forêt de MontmorencyPuis, il faut dire que la Forêt de Montmorency était notre terrain de jeux. On allait jouer à la tour du Plumet qui était accessible. Il faut savoir, qu'avant le rachat par l'ONF, la forêt était un puzzle de parcelles clôturées : on se promenait dans les allées mais on ne pouvait pas entrer dans les parcelles sauf vers la tour du Plumet !! J'habitais Eaubonne : à partir de 10 ans, on y allait à pied ou à vélo avec les frères et les copains. Puis quand j'ai travaillé, j'y allais le dimanche.

Le travail, parlons-en ?

J'ai fait une carrière professionnelle bien remplie même si je n'ai pas obtenu le certificat d'études ! J'ai commencé en boulangerie mais au lieu d'apprendre à faire le pain et la pâtisserie, je passais mon temps à nettoyer les assiettes et à balayer ! J'ai ensuite travaillé pendant 23 ans dans un grand groupe de travaux publics, dans un bureau d'études. J'étais chargé du tirage des plans. Puis suite à un licenciement, j'ai travaillé dans l'imprimerie pendant 18 mois avant d'intégrer une compagnie d'assurances… Bref j'ai commencé à 14 ans et cotisé pendant 43 ans !

Vous avez réalisé il y a quelques années une exposition sur la Forêt de Montmorency. Comment avez- vous rassemblé toute votre documentation ?
Tout simplement au départ en lisant tout ce que je trouvais sur le sujet. Je pourrais même dire que j'ai appris l'histoire grâce à l'Echo Régional : l'histoire de Montlignon, de Saint-Leu-la-Forêt, du Moulin de Sannois etc.
Mon goût pour la nature et la forêt vient peut-être aussi de mes origines : tous mes cousins jusqu'au 6e degré étaient pépiniéristes depuis Louis XIV ! Mon grand-père aussi et même mon père l'a aidé à l'âge de 15 ans. Après il est devenu arboriculteur le matin et agent hospitalier l'après midi.
C'est ainsi que j'ai aussi collaboré avec Jean-Claude Henin, responsable local de l'association des "Croqueurs de pommes", pour l'édition d'un ouvrage en lui glissant deux ou trois petites infos concernant des variétés de pommes récoltées grâce à mon environnement familial !

André MonneauEnfin, petite indiscrétion pour terminer : vous avez aussi des talents de… danseur !!
Vous êtes bien renseigné !! En effet, je fais partie depuis le début de l'aventure d"Autour de Leonardo" et, en effet, je participe aux parcours spectacles au Château d'Ecouen !

Grâce à André, nous allons nous plonger progressivement dans l'histoire de la forêt de Montmorency à travers de nombreuses anecdotes qu'il a collectées. Grand merci à lui pour cette collaboration !

André MonneauDepuis quelques semaines, je vous promets de vous plonger dans l'histoire de la forêt de Montmorency. Pour cette escapade historique et sylvestre, j'ai rencontré André Monneau, Eaubonnais, passionné d'Histoire, d'arboriculture et de bien d'autres domaines. Il y a quelques années, il a proposé dans plusieurs villes de la Vallée de Montmorency une exposition consacrée à notre chère forêt. Aujourd'hui, c'est grâce à ses recherches que je vous propose ce "feuilleton 2013/2014" consacré à la forêt. Ainsi, il m'a semblé normal de vous présenter André Monneau, à travers une interview très personnelle.

André, vous êtes né à Eaubonne… dans des conditions douloureuses. Pouvez-vous nous le raconter ?
En effet, je suis né en 1949 à Eaubonne dans la maison familiale. Je suis un vrai Eaubonnais !! Malheureusement, les accidents lors des accouchements étaient encore nombreux à cette date. Un problème avec le cordon ombilical a été décelé mais j'ai pu être sauvé in extremis. Malheureusement je suis devenu malentendant suite à ce souci à la naissance

Comment s'est passé ensuite  votre enfance ?
A la maternelle, je ne m'en rendais pas compte de mon handicap. C'est seulement en primaire que l'on s'est intéressé à ma surdité. Pendant toute ma scolarité, j'ai été placé soit tout devant quand l'instituteur était compréhensif, soit tout derrière et… laissé seul… Je tenais le coup comme je pouvais. Je parlais seulement, je lisais une demi ligne et puis c'est tout : je ne m'entendais pas parler…
On me mettait une pointe ou on me crochetait dans l'oreille mais cela ne servait à rien ! Mes parents m'ont emmené dans l'hôpital Rothschild. A 13 ans, ils m'ont opéré d'une oreille mais cela a échoué. D'une oreille je n'entends donc plus rien, Heureusement il reste l'autre pour percevoir très légèrement quelques sons.
C'est seulement à 21 ans, à ma majorité, quand j'ai touché un peu d'argent, j'ai tout de suite acheté un appareil auditif ! Vous rendez-vous compte ? C'est à 21 ans que j'ai entendu pour la première fois les oiseaux et le roulement des cailloux. Un pur bonheur !

Et cette forêt de Montmorency, vous l'avez découverte quand ?
Je l'ai connue en lisant beaucoup car l'histoire et la nature me plaisaient. Puis mon père allait chercher le sapin de Noël en forêt. C'est interdit maintenant ! Il allait aussi chercher du bois dans une parcelle qui nous appartenait et qui s'appelait "Le champ pourri" (située derrière le centre hippique actuel) car il y avait plein d'eau !! Il y allait avec son cheval blanc Bayard. Mon frère Raymond nous accompagnait. Lui était passionné de peinture et passait son temps à peindre
Tour du Plumet - Forêt de MontmorencyPuis, il faut dire que la Forêt de Montmorency était notre terrain de jeux. On allait jouer à la tour du Plumet qui était accessible. Il faut savoir, qu'avant le rachat par l'ONF, la forêt était un puzzle de parcelles clôturées : on se promenait dans les allées mais on ne pouvait pas entrer dans les parcelles sauf vers la tour du Plumet !! J'habitais Eaubonne : à partir de 10 ans, on y allait à pied ou à vélo avec les frères et les copains. Puis quand j'ai travaillé, j'y allais le dimanche.

Le travail, parlons-en ?

J'ai fait une carrière professionnelle bien remplie même si je n'ai pas obtenu le certificat d'études ! J'ai commencé en boulangerie mais au lieu d'apprendre à faire le pain et la pâtisserie, je passais mon temps à nettoyer les assiettes et à balayer ! J'ai ensuite travaillé pendant 23 ans dans un grand groupe de travaux publics, dans un bureau d'études. J'étais chargé du tirage des plans. Puis suite à un licenciement, j'ai travaillé dans l'imprimerie pendant 18 mois avant d'intégrer une compagnie d'assurances… Bref j'ai commencé à 14 ans et cotisé pendant 43 ans !

Vous avez réalisé il y a quelques années une exposition sur la Forêt de Montmorency. Comment avez- vous rassemblé toute votre documentation ?
Tout simplement au départ en lisant tout ce que je trouvais sur le sujet. Je pourrais même dire que j'ai appris l'histoire grâce à l'Echo Régional : l'histoire de Montlignon, de Saint-Leu-la-Forêt, du Moulin de Sannois etc.
Mon goût pour la nature et la forêt vient peut-être aussi de mes origines : tous mes cousins jusqu'au 6e degré étaient pépiniéristes depuis Louis XIV ! Mon grand-père aussi et même mon père l'a aidé à l'âge de 15 ans. Après il est devenu arboriculteur le matin et agent hospitalier l'après midi.
C'est ainsi que j'ai aussi collaboré avec Jean-Claude Henin, responsable local de l'association des "Croqueurs de pommes", pour l'édition d'un ouvrage en lui glissant deux ou trois petites infos concernant des variétés de pommes récoltées grâce à mon environnement familial !

André MonneauEnfin, petite indiscrétion pour terminer : vous avez aussi des talents de… danseur !!
Vous êtes bien renseigné !! En effet, je fais partie depuis le début de l'aventure d"Autour de Leonardo" et, en effet, je participe aux parcours spectacles au Château d'Ecouen !

Grâce à André, nous allons nous plonger progressivement dans l'histoire de la forêt de Montmorency à travers de nombreuses anecdotes qu'il a collectées. Grand merci à lui pour cette collaboration !

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Forêt de Montmorency"


Déposer un commentaire
1 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Marie-Odile Bênard - Il y a 6 ans
Personnalité très sympathique qui enseigne beaucoup de choses sans jamais ennuyer.
Félicitations.
Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28