Accueil > Culture > Conférences > A Ermont, partons à la rencontre des célébrités féminines du Musée du Louvre...
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

A Ermont, partons à la rencontre des célébrités féminines du Musée du Louvre grâce à Florence Varlot.

Publié le : 05-02-2018

Florence Varlot, une fidèle des conférences des "Visages de l'art" nous propose de découvrir les "Belles du Louvre", les célébrités féminines du musée. Elle nous expliquera comment les artistes ont évolué dans la représentation de celles-ci. Passionnantes conférences en perspective.

Présentation des conférences (extrait du guide de la saison des conférences)

Lundi 5 février
Les beautés éternelles : divinités et déesses
Dès le Néolithique, dans le pourtour méditerranéen, les dieux incarnent les principes vitaux, les phénomènes universels. Ainsi en Égypte, d’abord représentées sous forme d’animaux, les divinités prennent des formes humaines puis mixtes. À la période gréco-romaine, l’anthropomorphisme est total. Les dieux de l’Olympe interviennent dans la vie des hommes, leur apparence est donc humaine. Avec la religion chrétienne l’idée d’incarnation de Dieu en homme reprend le choix esthétique anthropomorphique. Et très tôt une question devient centrale pour les artistes : un dieu peut-il être sexué, homme ou femme et quelles sont alors leurs valeurs respectives ?
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

La vierge et l'enfant de DonatelloLundi 12 février
L’image de la femme dans la religion chrétienne : vierges, saintes
Peut-on représenter le divin, le transcendant de façon esthétique ? Deux figures majeures sont retenues : la Vierge, mère du Christ, et Marie-Madeleine. La relation entre l’humain et le divin est délicate pour l’artiste. Comment faire avec cette relation qui unit le temporel, voire le charnel et le spirituel ? Que de conciles pour traiter de cette représentation artistique ! Que d’hérésies aussi ! Les enjeux sont grands pour le peintre ou le sculpteur. Comment lier maternité et divinité, sensualité et spiritualité ?
Des vierges médiévales de Cimabue, Van Eyck, à celles parfois très sensuelles du XIXe siècle en passant par Léonard de Vinci ou Georges de la Tour, la création artistique est une véritable gageure.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 5 mars
Reines et princesses : entre politique et séduction
Parmi les idées fortes qu’apportent les créateurs de la fin du XIXe siècle, celle de l’artiste (souvent maudit) créant seul, isolé et de façon subjective, devient fondamentale. Longtemps l’art demeure tributaire de deux réalités : la première est la nature des commandes passées, imposées, la seconde est la capacité de l’artiste à inventer, malgré toute obligation. Aux meilleurs de se surpasser.
Du portrait de la princesse Néfertiabet vers 2590 av. J.-C. à celui de l’impératrice Joséphine de P. Prud’hon, en passant par ceux de Livie, Marie de Médicis et autres grandes dames, la relation « pouvoir-artiste » se vérifie ambiguë mais féconde.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

La Dame en bleu de CorotLundi 12 mars
Maîtresses, amantes, légitimes ou non
La polygamie, qui a souvent été un signe de gloire et de puissance, a largement inspiré la création artistique au sein des milieux politiques et de pouvoir. Pour l’artiste qui doit représenter les charmantes 2e, voire 3e épouses, légitimes ou non, il s’agit d’une acrobatie artistique.
Évoquer la femme de cœur sans froisser la légitime, l’exercice est délicat, sa carrière peut en dépendre. Gabrielle d’Estrées au bain, la Marquise de Pompadour et Bethsabée sont là pour nous le prouver.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 19 mars
Andromède, Cléopâtre, Angélique : les amours violentes
L’image de la femme humiliée, torturée a souvent attiré et inspiré les créateurs. Peut-on représenter à la fois la douleur et la sensualité ? La contrainte et l’érotisme ? Que de contradictions ! Eros et Thanatos ne sont pas loin, l’exemple phare concernant la relation entre la femme et le suicide est celui de la mort de Cléopâtre. Les variations sont multiples. Quant aux enchaînées que sont Angélique, Andromède et consoeurs, elles sont aussi très représentées au Louvre, et ne parlons pas des Sabines !
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 26 mars
Quelques belles du Louvre dans leur intimité : mères, épouses
Après une visite à certaines dames du Louvre, installées dans leur rôle d’épouse(s) ou de mère(s), nous constatons que le domaine de l’intimité, qui n’est pas, en principe, destiné à être offert aux yeux des autres, peut lui aussi devenir source d’inspiration. Des artistes ont su mettre en scène les sentiments partagés entre un homme et une femme ; et par le rendu des attitudes physiques et des jeux de regards, suggérer les connivences comme les distances au sein d’un couple.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Florence Varlot, une fidèle des conférences des "Visages de l'art" nous propose de découvrir les "Belles du Louvre", les célébrités féminines du musée. Elle nous expliquera comment les artistes ont évolué dans la représentation de celles-ci. Passionnantes conférences en perspective.

Présentation des conférences (extrait du guide de la saison des conférences)

Lundi 5 février
Les beautés éternelles : divinités et déesses
Dès le Néolithique, dans le pourtour méditerranéen, les dieux incarnent les principes vitaux, les phénomènes universels. Ainsi en Égypte, d’abord représentées sous forme d’animaux, les divinités prennent des formes humaines puis mixtes. À la période gréco-romaine, l’anthropomorphisme est total. Les dieux de l’Olympe interviennent dans la vie des hommes, leur apparence est donc humaine. Avec la religion chrétienne l’idée d’incarnation de Dieu en homme reprend le choix esthétique anthropomorphique. Et très tôt une question devient centrale pour les artistes : un dieu peut-il être sexué, homme ou femme et quelles sont alors leurs valeurs respectives ?
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

La vierge et l'enfant de DonatelloLundi 12 février
L’image de la femme dans la religion chrétienne : vierges, saintes
Peut-on représenter le divin, le transcendant de façon esthétique ? Deux figures majeures sont retenues : la Vierge, mère du Christ, et Marie-Madeleine. La relation entre l’humain et le divin est délicate pour l’artiste. Comment faire avec cette relation qui unit le temporel, voire le charnel et le spirituel ? Que de conciles pour traiter de cette représentation artistique ! Que d’hérésies aussi ! Les enjeux sont grands pour le peintre ou le sculpteur. Comment lier maternité et divinité, sensualité et spiritualité ?
Des vierges médiévales de Cimabue, Van Eyck, à celles parfois très sensuelles du XIXe siècle en passant par Léonard de Vinci ou Georges de la Tour, la création artistique est une véritable gageure.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 5 mars
Reines et princesses : entre politique et séduction
Parmi les idées fortes qu’apportent les créateurs de la fin du XIXe siècle, celle de l’artiste (souvent maudit) créant seul, isolé et de façon subjective, devient fondamentale. Longtemps l’art demeure tributaire de deux réalités : la première est la nature des commandes passées, imposées, la seconde est la capacité de l’artiste à inventer, malgré toute obligation. Aux meilleurs de se surpasser.
Du portrait de la princesse Néfertiabet vers 2590 av. J.-C. à celui de l’impératrice Joséphine de P. Prud’hon, en passant par ceux de Livie, Marie de Médicis et autres grandes dames, la relation « pouvoir-artiste » se vérifie ambiguë mais féconde.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

La Dame en bleu de CorotLundi 12 mars
Maîtresses, amantes, légitimes ou non
La polygamie, qui a souvent été un signe de gloire et de puissance, a largement inspiré la création artistique au sein des milieux politiques et de pouvoir. Pour l’artiste qui doit représenter les charmantes 2e, voire 3e épouses, légitimes ou non, il s’agit d’une acrobatie artistique.
Évoquer la femme de cœur sans froisser la légitime, l’exercice est délicat, sa carrière peut en dépendre. Gabrielle d’Estrées au bain, la Marquise de Pompadour et Bethsabée sont là pour nous le prouver.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 19 mars
Andromède, Cléopâtre, Angélique : les amours violentes
L’image de la femme humiliée, torturée a souvent attiré et inspiré les créateurs. Peut-on représenter à la fois la douleur et la sensualité ? La contrainte et l’érotisme ? Que de contradictions ! Eros et Thanatos ne sont pas loin, l’exemple phare concernant la relation entre la femme et le suicide est celui de la mort de Cléopâtre. Les variations sont multiples. Quant aux enchaînées que sont Angélique, Andromède et consoeurs, elles sont aussi très représentées au Louvre, et ne parlons pas des Sabines !
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Lundi 26 mars
Quelques belles du Louvre dans leur intimité : mères, épouses
Après une visite à certaines dames du Louvre, installées dans leur rôle d’épouse(s) ou de mère(s), nous constatons que le domaine de l’intimité, qui n’est pas, en principe, destiné à être offert aux yeux des autres, peut lui aussi devenir source d’inspiration. Des artistes ont su mettre en scène les sentiments partagés entre un homme et une femme ; et par le rendu des attitudes physiques et des jeux de regards, suggérer les connivences comme les distances au sein d’un couple.
14 h - Théâtre Pierre Fresnay rue Saint Flaive Prolongée - Abonnement : 31 € ou la séance : 7,5 €.

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Conférences"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Conférences"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28