Accueil > Histoire locale > Patrimoine > Le fameux tableau de Delacroix est resté caché pendant 9 ans à… Frépillon !
Restez informés
Inscrivez-vous
aux newsletters du Journal !
Je m'inscris

"La liberté guidant le peuple" : le fameux tableau de Delacroix est resté caché pendant 9 ans à Frépillon !

Publié le : 30-11-2017

Eugène DelacroixEugène Delacroix (1798 - 1863) fait partie des peintres français les plus célèbres. Il est considéré comme le maître du romantisme et ses nombreuses toiles sont visibles dans les grands musées de France et du Monde. Mais saviez-vous que l'artiste a eu un lien particulier avec la ville de Frépillon, petite ville discrète du nord de la Vallée de Montmorency et que son tableau le plus célèbre "La liberté guidant le peuple" y séjourna caché pendant 9 ans !

Eugène Delacroix s'est fait remarquer dès l'âge de 24 ans avec un toile intitulée "Dante et Virgile" et enchaine les expositions avec un succès notoire. Mais depuis l'âge de 16 ans, il est devenu orphelin en perdant sa mère après le décès son père neuf ans auparavant. Et pour retrouver un entourage familial, il vient souvent à Frépillon pour rendre de nombreuses visites à sa tante Félicité Riesener et son oncle Henri, peintre également. Il noue aussi une belle amitié avec son cousin Léon.
En 1842, il séjournera à Frépillon plus longuement, le temps pour lui de soigner une première crise de laryngite tuberculeuse qui lui sera fatale plus tard. C'est à cette époque que son cousin Léon réalisera un daguerréotype célèbre d'Eugène Delacroix, premier portrait photographique connu du peintre (visible au Muse d'Orsay).
La liberté guidant le peuple d'Eugène DelacroixIntéressons-nous maintenant à son célèbre tableau "La liberté guidant le peuple", peut-être le tableau français le plus célèbre ! Devenue un symbole de la liberté et de la république, cette toile est réalisée en 1830 par Eugène Delacroix, qui était plutôt un nostalgique… de l'empire de Napoléon ! C'est un comble !
La scène décrit une barricade de juillet 1830 dressée à Paris pendant les "Trois Glorieuses" qui marquent la chute de Charles X et l'avènement de Louis-Philippe d'Orléans adepte d'une monarchie républicaine. L'allégorie de la Liberté placée au cœur des combats sera le "coup de maître" du peintre.
En 1831, le gouvernement achète le tableau et l'expose aussitôt au Musée du Luxembourg. Mais très rapidement, craignant que "La liberté" incite à de nouvelles insurrections lorsque le procès des ministres arrive, la toile est décrochée et reléguée au premier étage du Musée… Delacroix parvient alors à récupérer son tableau grâce au Directeur des Beaux-Arts de l'époque et l'apporte chez sa tante à Frépillon qui le conservera précieusement jusqu'à sa mort puis son cousin Léon prendra le relais jusqu'en 1848.
Le tableau exceptionnel retrouvera le Musée du Luxembourg seulement en 1848 après la "Révolution de Février" qui a mis fin à la Monarchie de Juillet, avant de rejoindre une nouvelle fois, les réserves de l'établissement.
C'est seulement en 1855, à l'occasion de l'Exposition Universelle pendant laquelle Eugène Delacroix expose ses œuvres, que le peintre exige que "La liberté" soit de nouveau présentée ! La petite histoire rapporte qu'il a fallu en référer à… Napoléon III afin qu'il donne son accord pour son exposition !
La toile retrouve ensuite le musée du Luxembourg en 1863 avant d'être exposée magnifiquement au Musée du Louvre depuis 1874 !
Quel destin pour ce tableau qui est resté pendant 9 ans à Frépillon à l'abri des regards… !

Eugène DelacroixEugène Delacroix (1798 - 1863) fait partie des peintres français les plus célèbres. Il est considéré comme le maître du romantisme et ses nombreuses toiles sont visibles dans les grands musées de France et du Monde. Mais saviez-vous que l'artiste a eu un lien particulier avec la ville de Frépillon, petite ville discrète du nord de la Vallée de Montmorency et que son tableau le plus célèbre "La liberté guidant le peuple" y séjourna caché pendant 9 ans !

Eugène Delacroix s'est fait remarquer dès l'âge de 24 ans avec un toile intitulée "Dante et Virgile" et enchaine les expositions avec un succès notoire. Mais depuis l'âge de 16 ans, il est devenu orphelin en perdant sa mère après le décès son père neuf ans auparavant. Et pour retrouver un entourage familial, il vient souvent à Frépillon pour rendre de nombreuses visites à sa tante Félicité Riesener et son oncle Henri, peintre également. Il noue aussi une belle amitié avec son cousin Léon.
En 1842, il séjournera à Frépillon plus longuement, le temps pour lui de soigner une première crise de laryngite tuberculeuse qui lui sera fatale plus tard. C'est à cette époque que son cousin Léon réalisera un daguerréotype célèbre d'Eugène Delacroix, premier portrait photographique connu du peintre (visible au Muse d'Orsay).
La liberté guidant le peuple d'Eugène DelacroixIntéressons-nous maintenant à son célèbre tableau "La liberté guidant le peuple", peut-être le tableau français le plus célèbre ! Devenue un symbole de la liberté et de la république, cette toile est réalisée en 1830 par Eugène Delacroix, qui était plutôt un nostalgique… de l'empire de Napoléon ! C'est un comble !
La scène décrit une barricade de juillet 1830 dressée à Paris pendant les "Trois Glorieuses" qui marquent la chute de Charles X et l'avènement de Louis-Philippe d'Orléans adepte d'une monarchie républicaine. L'allégorie de la Liberté placée au cœur des combats sera le "coup de maître" du peintre.
En 1831, le gouvernement achète le tableau et l'expose aussitôt au Musée du Luxembourg. Mais très rapidement, craignant que "La liberté" incite à de nouvelles insurrections lorsque le procès des ministres arrive, la toile est décrochée et reléguée au premier étage du Musée… Delacroix parvient alors à récupérer son tableau grâce au Directeur des Beaux-Arts de l'époque et l'apporte chez sa tante à Frépillon qui le conservera précieusement jusqu'à sa mort puis son cousin Léon prendra le relais jusqu'en 1848.
Le tableau exceptionnel retrouvera le Musée du Luxembourg seulement en 1848 après la "Révolution de Février" qui a mis fin à la Monarchie de Juillet, avant de rejoindre une nouvelle fois, les réserves de l'établissement.
C'est seulement en 1855, à l'occasion de l'Exposition Universelle pendant laquelle Eugène Delacroix expose ses œuvres, que le peintre exige que "La liberté" soit de nouveau présentée ! La petite histoire rapporte qu'il a fallu en référer à… Napoléon III afin qu'il donne son accord pour son exposition !
La toile retrouve ensuite le musée du Luxembourg en 1863 avant d'être exposée magnifiquement au Musée du Louvre depuis 1874 !
Quel destin pour ce tableau qui est resté pendant 9 ans à Frépillon à l'abri des regards… !

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil - Retourner à la page "Patrimoine"

Vous appréciez le Journal de François ? Soutenez-le ! Merci.

Retourner à la page d'accueil Retourner à la page "Patrimoine"


Déposer un commentaire
0 commentaire(s)

Filtre anti-spam

Aucun commentaire

Informations Newsletter
  • Inscrivez-vous aux newsletters du Journal :
    "Agenda du week-end" et "Infos de proximité"
Contact
11 allée du Clos Laisnées, 95120 Ermont
06 89 80 56 28